Les autoroutes augmentent les péages : le scandale des privatisations

Les effets de communication du gouvernement et de Ségolène Royal n’auront duré que quelques mois. Sans surprises, les sociétés privées gérant les autoroutes privatisées viennent d’annoncer une nouvelle augmentation des péages. Et ce alors que les salaires stagnent ou baissent, et que l’inflation est nulle.

En application des directives européennes qui sont les ordres des multinationales capitalites les partis du système, l’UMPenS – en bon soldats du Parti Maastrichien Unique (UMP, PS,FN,EELV,UDI ) – ont organisé et soutenu la du patrimoine public de la nation : routes et , chemin de fer, transport aérien, transport maritime, énergie, télécommunication …. Le résultat c’est des hausses de tarifs. Et à la suite des , c’est dans le secteur de l’énergie (Gaz et électricité) qu’il faut constater les hausses, dramatiques pour les foyers les plus pauvres.

Le scandale des privatisations

Le a déjà eu l’occasion de dénoncer à plusieurs reprises le processus de privatisation, plus ou moins rampant, des infrastructures de ce pays, de liquidation du service public de l’aménagement du territoire.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/non-la-privatisation-des-routes-nationales/

Après que les sociétés d’autoroutes ont été vendues pour une bouchée de pain, pour le plus grand bonheur des actionnaires des majors du BTP, après que la décentralisation de la majeure partie des routes nationales aux départements s’est traduit par une externalisation massive des missions de services publics, Hollande et son gouvernement prévoit de poursuivre le mouvement de bradage et de liquidation des routes, ce patrimoine national qui appartient à l’ensemble des citoyens.

  • Ecotaxe confiée à un consortium privé Ecomouv
  • Prolongation des durée de concession et augmentation de tarif. Une année supplémentaire de concession, c’est 2 milliards d’€uro pour les actionnaires, à un taux de rentabilité à 8%
  • et la privatisation de nouvelles section du réseau routier national (des Directions Interdépartementales des Routes – DIR) : les routes nationales déjà financées par l’impôts deviendront d’une manière où d’une autres payantes demain (péage urbains, augmentation des sur les portions concédées ou prolongation de leur concessions)

C’est qu’il s’agit de satisfaire es appétits des capitalistes qui lorgnent sur de juteux profits tout en obéissant aux diktats de privatisation, de libéralisation de l’UE du capital.

En 2005-2006, les autoroutes ont été bradées avec pour conséquences :

  • l’augmentation continue des péages pour les usagers, alors que les emplois sont supprimés (essayer de payer à un être humain désormais…. il n’y a plus que des automates)
  • les bénéfices des sociétés d’autoroutes non réinvestis rentrent directement dans la poche des actionnaires alors qu’ils seraient si utiles à la collectivité. Par exemple dans le cadre d’une politique de transport multimodale capable de profiter de la complémentarité des différents modes de transports (ferroviaire,fluvial et maritimes,routes)

Assez de beaux discours ! des actes. A commencer par la des autoroutes. Ce qui appartient aux travailleurs, qui a été fabriqué et payé par les travailleurs doit revenir aux travailleurs ! Et bien sûr, pour nationaliser, il faut sortir du carcan qui aujourd’hui l’interdit, en sortant par la porte de gauche de l’Union Européenne

La “concurrence libre et non faussée” de l’Union Européenne.

Inscrites depuis l’origine dans tous les traités européenns, la “concurrence libre et non faussée” est le slogan résumant l’un des “but de guerre” de la construction européenne : permettre à l’oligarchie capitaliste de mettre la main sur l’ensemble des services et entreprises publics échappant au “marché libre” c’est à dire à l’exploitation capitaliste la plus brutale, leur permettant de se gaver de profit. C’est en application de ces traités européens – et ce depuis le traité de Rome – qu’on été bradé EDF, la SNCF, Air France, les autoroutes, France Telecom etc…

En ce moment, le gouvernement Valls, en application des directives européennes, privatise les barrages hydroélectriques : il s’agit pour l’oligarchie capitaliste de se mettre dans la poche les milliards d’euros de bénéfices qu’ils dégagent et de prendre en otage l’ensemble de la production d’électricité pour y faire revenir le règne de la spéculation. En ce moment, le gouvernement Valls en application des directives européennes, privatise la SNCF. En application des diktats de la Commission Européenne et de postérieure, et à la suite de SarKozy, il vend à tour de bras et à bas prix les participations de la Nation dans des entreprises stratégiques (comme Safran par exemple, après avoir organisé l’année dernière la liquidation d’Alstom après celle d’Arcelor !). Il brade les routes et organise la privatisation rampante des voies navigables. Il bradent les aéroports … Ca suffit, refusons l’euro austérité, stop à l’exploitation capitaliste. Sortons de la dictature patronale de l’Union Européenne et de l’Euro. Place aux travailleurs !


Pour briser les chaines de l’Union Européenne, signez la pétition pour un référendum sur l’euro et l’Union européenne