Le 2 décembre, le PRCF dans l’action à Bobigny et partout en France ! #airfrance

stop répression syndicalistesLe 93 était présent au rassemblent de soutien aux travailleurs d’Air-France devant le tribunal de BOBIGNY. Compte rendu par les militants de Seine Saint Denis

Les liens avec les travailleurs de la Zone industrielle de l’aéroport de ROISSY ne datent pas du conflit actuel d’. Ils se sont forgé avec l’aide de syndiqués CGT, qui nous ont facilité une rencontre qui s’est tenue avant l’ouverture du congrès de l’union locale CGT de Roissy en avril 2014. A cette époque nous avions eu un débat sur l’abstention aux élections Européennes.

En dehors de l’aéroport, c’est l’une des plus grandes concentrations industrielles de France.(700 entreprises, près de 100.000 emplois).

A l’annonce du conflit d’Air-France, c’est naturellement que nous avons voulu apporter notre soutien à la lutte des travailleurs. En cela nous avons été aidé par le travail de Jo Hernandez et du secrétariat national qui à plusieurs reprises ont adressé des communiqués de soutien aux organisations syndicales. Il restait donc à mettre en place notre présence.

Nous avons donc assisté sur le site de l’aéroport à une assemblée de soutien. Mais tout avait été cadré, il y avait Pierre LAURENT (l’homme qui vient défendre les travailleurs qui sont sanctionnés et qui va s’allier au 2ème tour des régionales avec ceux qui les traitent avec mépris et arrogances en les traitant de voyous parce qu’ils s’opposent à un plan de licenciement), ASSENSSI, Clémentine AUTAIN… Cela ressemblait plus à un meeting du Front de gauche !

Nous avons donc décidé de procéder autrement à l’avenir. D’abord avec l’aide de syndiqués d’Air France, nous avons eu la date de l’audience du tribunal le 2 décembre. Aussitôt nous l’avons inscrite à l’ordre du jour des notre assemblée du 21 novembre et nous avons préparé minutieusement notre venue devant le tribunal de BOBIGNY avec tracts et drapeaux de façon que le P.R.C.F. puisse apporter tous son soutien aux travailleurs d’Air France, aux syndicalistes attaqués.

Ce 2 décembre, l’heure du rassemblement été fixé à 12h.dans un grand parc situé juste en face du tribunal, dès 11h.30 nous étions en place avec 3 portes drapeaux et les distributeurs de notre tract. Pendant près de trois heures nous avons tracté (très peu de refus), 1200 tracts.

On peut dire que pratiquement tous les participant on pu entendre ce que dit  le P.R.C.F. C’est tellement vrai que même Mélenchon accompagné de son état-major est venus nous serrer la main. A noter aussi que nous étions les seuls à avoir des drapeaux politiques. Nous avons senti une vrai sympathie des arrivants de voir les drapeaux rouges frappés de la faucille et du marteau.

Ensuite les manifestants sont sortis pour accompagner les salariés au tribunal. En attendant la fin de l’audience, beaucoup de délégations de province ont souhaité discuter avec nous sur le P.R.C.F.,( la FILPAC de la Chapelle d’Arblay, des syndiqués de Oissel (76) … D’autres individuellement nous ont questionnés sur notre organisation et sur des passages de notre tract. On peut dire que beaucoup de manifestants ne nous connaissaient pas et qu’ils sont repartis avec notre texte dans la poche. Nul doute que pour le P.R.C.F. cela a été une bonne journée.

D’autre part nous voulons aussi signaler la présence près du métro Pablo PICASSO de Bobigny, deux camarades du 94 qui sont venus faire la distribution de 400 tracts.de plus.

Mobilisation du Limousin aux Alpes, de la Cote d’Azur au Nord Pas de Calais …

De la Corrèze où les militants du PRCF avait convoqué une conférence de presse au Nord Pas de Calais, où ils ont été demandé des explications en préfecture en remettant à l’occasion d’une délégation une motion, partout, le PRCF s’est mobilisé contre la répression de Valls Medef !

Relaxez les salariés d’Air France injustement trainés devant les tribunaux

Le pôle de renaissance communiste en France juge scandaleuse la manière dont ont été traités les salariés d’Air France, qui sont convoqués aujourd’hui même devant un tribunal ; il juge scandaleuse cette convocation elle-même.

Qu’est-ce qui peut justifier que la police soit descendue chez eux au petit matin ?

La chemise déchirée d’un directeur des ressources humaines ?

Allons donc : ce cadre très supérieur perçoit les émoluments de son rang, et ceux-ci sont très supérieurs aux salaires des salariés mis en cause : ce chef du personnel ne remarquera même pas la dépense que représente le remplacement, même par une chemise de soie, de la chemise déchirée !…

Ce qui est reproché à ces salariés, au fond, c’est de refuser l’arbitraire des jugements portés par plus riches qu’eux sur leurs conditions de vie, c’est de clamer leur refus de l’injustice qui les frappe, c’est de dénoncer l’injustice des licenciements qui sont aujourd’hui un moyen constant de réaliser les profit escomptés par les actionnaires, c’est de revendiquer leur droit de vivre dignement !

C’est cela et rien d’autre ! C’est pourquoi nous demandons pour eux la relaxe !

Cette revendication du droit de vivre dignement est celle de tous les travailleurs de notre pays, et pas seulement des salariés : elle est celle des travailleurs précaires, de toutes les femmes et de tous les hommes que l’économie capitaliste a privés de travail, souvent même dès avant qu’ils aient travaillé : cette revendication est juste, et le pôle de renaissance communiste en France la soutient sans réserve.

Ce que nous avons vécu en France entre l’automne de 1 944 et le mois de mai 1 947, ce fut le puissant redémarrage de l’économie de notre pays sous l’effet du commencement de réalisation du programme du Conseil national de la Résistance, « les Jours heureux », et les trente années de relative aisance pour tous les habitants de ce pays que nous avons vécues ensuite, que les journalistes ont appelé « les trente glorieuses », en furent la conséquence directe : ces trente deux ans et demie sont la preuve qu’il est possible de satisfaire cette revendication des membres de notre peuple, pourvu que notre pays renoue avec la politique d’indépendance nationale que notre peuple avait mise en œuvre en libérant notre pays, la renouvelle dans les conditions d’aujourd’hui, et la continue.

Nous dénonçons toute criminalisation de l’ syndicale, ainsi que toute criminalisation du communisme, comme autant d’obstacles dressés par le patronat capitaliste et par ses serviteurs au sein de l’Etat pour se prémunir contre les progrès d’une telle alliance, et pour continuer sa lamentable politique de désintégration de la République, de désindustrialisation de notre pays et de destruction de la Nation.

Pour notre part, nous voulons mettre en œuvre dans les conditions qui sont aujourd’hui les nôtres une politique continuant et étendant la politique autrefois définie par le Conseil national de la Résistance, et nous voulons le faire dans les conditions d’une alliance nationale de progrès dont nous considérons l’alliance résistante victorieuse en 1 944 comme la préfiguration.

Le 2 décembre 2015 ;

pour l’Association corrézienne de renaissance communiste,

Jean-Pierre Combe

En Isère,le 2 décembre à midi un rassemblement devant la préfecture de Grenoble réunissait quelques centaines de manifestants à l’appel de la CGT et de Solidaires. Le PRCF qui avait proposé un tel rassemblement aux organisations progressistes dès le 27 octobre était évidement présent. Un tract a été diffusé et a reçu un accueil chaleureux de la part des militants syndicalistes.

Sur Nice et à l’appel de l’Union Locale de Nice, une cinquantaine de syndiqués Cgt se sont rassemblés à 10h au terminal de l’aéroport de Nice Côte d’Azur pour montrer notre solidarité avec les camarades d’Air France qui étaient convoqués au tribunal de Bobigny, ce jour même. Le rassemblement s’est tenu à peu près 2 heures et durant ces 2 heures une dizaine de camarades ont pris la parole, dont une syndicaliste CGT militante du PRCF, pour dénoncer aussi bien ce qui se passe au niveau national, les attaques du gouvernement et du Medef contre le monde du salariat ainsi que les attaques au niveau local, les conditions de travail et licenciements répétés. Etaient représentés à ce rassemblement: Air France, Ul de Nice, les hôpitaux, les retraités, la poste, la formation auprès de Pôle Emploi, Amadeus, IBM et bien d’autres….

Dans les Pyrénées orientale, les camarades du PRCF outre la participation aux manifestations se sont largement adressés aux médias

COMMUNIQUÉ DU PRCF 66 :

Demain, les salariés d’Air France seront traduits devant un tribunal comme des délinquants. Leur crime : avoir protesté contre les licenciements de leurs 3000 camarades. Autant de vies sacrifiées sur l’autel du profit capitaliste, autant de familles mises en difficulté, autant d’hommes et de femmes rejetés dans la précarité. Les dirigeants d’Air France, avec la morgue qui caractérise les patrons les ont provoqués. L’un d’eux s’est retrouvé sans sa chemise. Voilà le délit pour lequel ils ont été appréhendés à l’aube à leur domicile comme des malfaiteurs..
L’Association de Renaissance Communiste des P.O. (PRCF) proteste énergiquement contre ce déni de justice. Les communistes du PRCF affirment leur solidarité avec les travailleurs d’Air France en lutte pour leur outil de travail qui est en même temps un fleuron de la nation française.
Elle appelle à la solidarité tous les travailleurs qui pourraient demain être dans le même cas.