NE PLUS S’INDIGNER ? IL FAUT SE RÉVOLTER !

Poing IC Luttes info lutteLe couperet vient de tomber. 4 salariés d’Air France viennent d’être licenciés et une procédure de licenciement est ouverte à l’encontre d’un responsable syndical CGT. Mais la direction d’Air France ne s’arrête pas en si bon chemin puisque elle vient d’annoncer également une mise à pieds sans solde de 11 autres travailleurs. Cinq salariés de la compagnie aérienne avaient été déférés le 13 octobre pour «violences aggravées». Ils seront jugés en correctionnelle le 2 décembre prochain. L’heure n’est plus à l’indignation comme le proposait Stéphane Hessel, mais à la révolte populaire, Comment accepter cette justice patronale qui, condamne sans preuve des travailleurs exaspérés qui luttent contre les plans successifs de milliers de suppression d’emploi dans leur entreprise depuis une dizaine d’années avec à la clé, la casse de leur outil de travail. Comment accepter que la répression patronale s’abatte sur des travailleurs qui portés par un ras-le-bol le manifestent à l’occasion de simulacre de négociation. A quand le fouet et les chaînes pour ceux qui lèvent la tête et résistent à la destruction de leur emplois. Il est temps que les travailleurs s’unissent et prennent en main leur destinés, à poussé les confédérations syndicales et en particulier la CGT à unifié toutes les luttes qui se déroulent dans notre pays, à sortir de la CES (confédération Syndicale européenne) véritable courroie de transmission de l’Union européenne et à appeler les travailleurs à se réunir sur les chantiers, les usines, les bureaux, les écoles pour décider ensemble la mise en œuvre d’une riposte à la hauteur de l’attaque patronale et gouvernementale. Les travailleurs seuls producteurs de richesses on besoin de se révolter, de s’unir pour reprendre enfin le chemin des conquêtes sociales comme en 1936,1945,1968. Débarrassons nous du joug patronal, de l’euro, de l’Union européenne, de l’OTAN et du capitalisme, La commission Luttes du PRCF

Les prochaines grèves

Grève des orthophonistes le 17 novembre 2015

A l’initiative de plusieurs syndicats, les orthophonistes de toute la France seront en grève le mardi 17 novembre 2015. Plusieurs revendications sont au cœur du mouvement.

Grève à l’AP-HP le 17 novembre 2015

A l’appel de plusieurs syndicats, les agents de l’ AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) seront en grève le mardi 17 novembre 2015. Ils dénoncent l’accord sur l’assouplissement des 35 heures signés entre la direction et un seul syndicat.

Grève des contrôleurs aériens dès le 17 novembre 2015

A l’appel de leur syndicat, les contrôleurs aériens seront en grève à partir du mardi 17 novembre 2015. Ils arrêteront de travailler chaque matin de 5H30 à 8H30, pendant toute la durée du mouvement. Les revendications sont diverses.

Grève à la ville d’Orthez le 17 novembre 2015

Après un premier mouvement le 10 novembre, les employés municipaux de la commune d’Orthez seront à nouveau en grève le mardi 17 novembre 2015. Les revendications portent sur le temps de travail.

Grève des finances publiques le 18 novembre 2015

A l’initiative de la CGT, les agents des finances publiques de toute la France seront en grève le mercredi 18 novembre 2015. Le mouvement porte sur les moyens humains.

Grève des bus et trams de la RATP le 18 novembre 2015

A l’appel de plusieurs syndicats, les agents des bus et trams de la RATP seront en grève le mercredi 18 novembre 2015. Ils dénoncent le manque de moyens humains.

Grève chez Air France le 19 novembre 2015

A l’initiative de plusieurs syndicats, les salariés de la compagnie aérienne Air France sont en grève le jeudi 19 novembre 2015. Ils protestent contre les poursuites judiciaires et les licenciements à l’encontre de collègues sanctionné sans preuve lors des événements survenue au CCE d’octobre.

Journée d’action au Ministère de l’écologie du développement durable et de l’énerige (MEDDE)

A l’appel de l’intersyndicale du MEDDE (écologie, transports,équipement et énergie), les travailleurs du ministère sont appelés à observer une journée d’action contre la réforme territoriale et le saccage des services publics. Des rassemblements auront lieu devant les préfectures de rétions.

Grève à la SNCM le 21 novembre 2015

A l’appel de plusieurs syndicats, les salariés de la compagnie de transport maritime (ferry) SNCM, qui assure principalement des liaisons entre Marseille et la Corse,  seront en grève le samedi 21 novembre 2015. Le mouvement concerne la repris de la société.

Grève des facteurs de Quimper et Ergué-Gabéric dès le 23 novembre 2015

A l’appel de la CGT, les facteurs de Quimper et Ergué-Gabéric seront en grève à partir du lundi 23 novembre 2015. Le mouvement concerne la suppression de tournée.

LES GRÉVES D’ICI ET D’AILLEURS

La grève générale se poursuit à Mayotte

Mayotte, 13 novembre 2015 :

La grève générale s’ est poursuivi vendredi 13 novembre 2015 à Mayotte. L’ Intersyndicale a organisé dans la matinée une marche à travers Mamoudzou . Les manifestants ont effectué le tour des différents services pour sensibiliser les personnels aux revendications d’ une réelle égalité. Les organisations syndicales ont annoncé à 12 heures que la grève est reconduite pour lundi prochain.

Grève des ouvriers intérimaires à Renault-Flins

Le Parisien, 13 novembre 2015 :

Grève surprise ce vendredi matin à l’usine Renault de Flins. Une partie des quelque 1 800 intérimaires du site a débrayé dans la matinée afin de protester contre des « irrégularités récurrentes sur les fiches de paie ». « Trop souvent, il y a des samedis ou des heures non payées. La responsabilité en incombe à la direction de Renault et aux agences d’intérim », dénonce Ali Kaya, représentant de la CGT. Selon ce syndicaliste, la production de l’usine – de l’ordre de 850 véhicules par jour – est à l’arrêt. Mais selon la direction du site, « la production est perturbée et ralentie, mais certains secteurs fonctionnent bien. »

Grève massive sur les chantiers genevois

communiqué du syndicat UNIA Genève, 11 novembre 2015 :

3000 maçons genevois se sont rassemblés dès 7h30 ce matin à la Place des XXII Cantons à Genève pour manifester leur colère contre la Société suisse des entrepreneurs (SSE), qui bloque toute négociation sur l’amélioration de leur convention collective et le maintien de la retraite à 60 ans. Signal fort de leur détermination, les maçons ont ensuite bloqué le Pont du Mont-Blanc où ils ont été rejoints par le personnel de la fonction publique et parapublique, également en grève. En fin de journée, les travailleurs de la construction ont décidé de remettre une résolution à la section genevoise de la SSE, en se donnant rendez-vous le 10 décembre, pour décider de la suite du mouvement.

Dans le cadre des journées de protestation, qui ont vu plusieurs milliers de travailleurs de la construction arrêter leur travail dans toute la Suisse. La raison de leur colère est facile à comprendre : Dans un secteur particulièrement frappé par la sous-enchère salariale et la précarisation des conditions de travail à travers l’utilisation massive du travail temporaire, dans un métier qui reste à haut risque pour la santé, il n’est pas acceptable que la Société suisse des entrepreneurs (SSE) refuse depuis ce printemps de négocier les nécessaires améliorations de la convention collective du travail.

Plus de protection et pas touche aux 60 ans
Les travailleurs doivent finalement bénéficier de davantage de protection face au dumping, aux licenciements et en cas d’intempéries. Grande avancée sociale datant de 2005, les maçons défendent par ailleurs le droit de partir à la retraite à 60 ans, droit qui est actuellement remis en question par les entrepreneurs.

Québec : Nouvelle grève tournante jeudi et vendredi

La Presse, 11 novembre 2015 :

Une nouvelle grève tournante des employés de l’État s’amorce, jeudi et vendredi, en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le Front commun implique non seulement les enseignants des écoles primaires et secondaires, le Cégep de Trois-Rivières, le Collège Shawinigan et les employés du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec, mais aussi les employés du Syndicat de la fonction publique du Québec de la région.

Il y a aura donc 1500 personnes de plus en grève, au cours de ces deux jours, en Mauricie et 500 de plus au Centre-du-Québec par rapport à la grève tournante d’octobre dernier. Au total, ils sont donc 19 677 syndiqués en grève en Mauricie et 11 525 au Centre-du-Québec.

Évidemment, les écoles de la région sont fermées et le transport scolaire annulé pour les deux jours.

La grève touche non seulement le milieu scolaire primaire et secondaire, mais aussi l’éducation aux adultes dans les trois commissions scolaires de la région.

Lisses : grève à IKEA

Essonne Info, 10 novembre 2015 :

Ce lundi matin, des salariés du centre d’appel d’IKEA, situé à Lisses, ont fait grève durant toute la matinée. Ils souhaitaient dénoncer leurs conditions de travail et leurs salaires. En effet, ce n’est pas la première fois que les salariés descendent devant leur entreprise pour faire grève. « Il y a 2 ans, on avait déjà fait grève » affirme Jean-Louis Betoux, secrétaire de l’union locale de la CGT. C’est donc devant le centre de relation clients (CRC) que les salariés se sont retrouvés pour protester. C’est avant tout pour dénoncer les conditions de travail que les salariés sont dehors. « On a un métier, certes pas physique, mais qui est psychologiquement très difficile » déclare Vincent Allain. « Parfois, des femmes sont en pleurs ». Les revendications sont claires. Ils veulent améliorer les conditions de travail mais il n’y a pas que ça. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est le service web. « Il est un peu à part et se compose 8 à 10 personnes qui s’occupent des commandes internet. Eh bien, ces gens-là vont toucher 1,2% en plus sur le mois de novembre. Alors que nous, nous ne toucherons rien de plus. C’est injuste » affirme Vincent Allain. Les salariés espèrent avoir des propositions de la part de la direction avec de vrais compromis.

Selon la CGT, ils étaient 97 salariés sur 130 salariés à poursuivre le mouvement. Ils souhaitent donc une revalorisation des salaires du CRC, l’arrêt d’un management « de pression », une prime qui correspond au même montant que le service e-commerce et, enfin, un engagement écrit de la direction sur le maintien de leurs horaires.