Les inégalités : le véritable scandale en France ! l’UE du Capital, le véritable problème.

Pendant que Macron s’attaque au Code du travail, les , c’est cela le véritable problème en France

Rapport de l’observatoire des inégalités : le véritable scandale en France

Les chiffres de l’Observatoire sont on ne peut plus clairs, en France, avec le système capitaliste, il n’y en a que pour la classe capitaliste. Les 10% des français les plus riches accaparent 25% des revenus,  soit dix fois plus que les 10% les plus pauvres

Et Sarkozy, Hollande et maintenant Macron n’ont fait qu’accroître ces inégalités en appliquant, en serviteurs zélés, les directives de l’Union Européenne, qui ne sont que les ordres des multinationales, des grandes banques, du grand patronat. En 10 ans, entre 2003 et 2013, si le revenu des plus modestes a stagné (+2,3%), celui des 10% les plus riches a lui explosé (+42%). Le 1% des français les plus riches concentre 17% des richesses là où la moitié de la population ne dispose que de 8% du total. Par exemple, avec 31 milliards d’euros, la patronne de L’Oréal dispose d’une fortune équivalente à à la totalité des de 1 millions de smicards en 40 ans de carrière !

Ces 10 dernières années, la France compte 1,2 millions de pauvres supplémentaires, tandis que près de 8 millions de travailleurs sont privés d’emplois ou en situation de mal emplois (précaire, temps très partiel …). Cependant le CDI reste aujourd’hui la norme avec 19,5 millions de salariés en CDI contre 3,4 millions de précaires. Avec les ordonnances, Macron veut faire sauter le CDI et plonger tous les travailleurs dans la précarité.

 

Chômage et baisse des salaires pour les travailleurs, explosion des profits pour les capitalistes !

En 2016, les patrons du ont vu leurs rémunérations moyennes bondir de +5%. Rappelez-vous que ce sont les mêmes qui dans les médias – leurs médias – vous crient à longueur de journées que le problème c’est “le coût du travail”, c’est-à- dire votre salaire. Et justement les salaires, tous secteurs confondus, n’ont quasiment pas bougé selon l’INSEE en 2016, avec une phénoménale augmentation de 0,57% ! Tandis que le SMIC demeure à 1153€ net mensuel, les patrons du CAC 40 se remplissent les poches de 4,5 millions d’euros annuels en moyenne. 325 fois plus.

En 2016, les entreprises du CAC 40 ont versé pour 57 milliards d’euros de dividendes et de rachats d’actions à leurs actionnaires. Un montant record, dépassant la rémunération annuel de plus de 4 millions d’ouvriers au SMIC. Des dividendes en augmentation de 32% par rapport à 2015 !

À l’évidence, le problème ce ne sont pas les salaires des travailleurs, mais plutôt les profits du patronat qui sont obtenus en renforçant de façon toujours plus violente l’exploitation des travailleurs.

Faut-il rappeler qu’après les lois Hartz menées par le PS local (SPD) si l’Allemagne a fait baisser les salaires d’une bonne partie de ses travailleurs, le résultat principal obtenu si on se place du point de vue des travailleurs, c’est l’explosion du taux de pauvreté : 17% en Allemagne quand il est de 14% en France. Aux États-Unis, où les droits des travailleurs sont encore plus réduits, dans le pays le plus riche du monde, 73 millions de travailleurs américains sont en grande difficulté financière, 40% des américains ne peuvent pas faire face à une dépense supérieure à 400€ !

Euro-austérité, euro-dumping social = augmentation du chômage, explosion des inégalités

Si l’on compare la situation de 1980 et celle de 2010, le nombre de ménages pauvres a augmenté de 60%, le nombre de ménages riches a augmenté de 33% et 27% des ménages de la classe moyenne ont été déclassés. C’est ce  que montre une étude de NGuyen, professeur auprès de HEC.. Une étude qui confirme ce que tous les ouvriers savent, le bilan de l’Union Européenne et de l’Euro est effroyable pour les travailleurs : baisse des salaires, augmentation de la pauvreté, chômage de masse. En dehors de l’Allemagne, le système productif des pays européens a été ravagé. En France, la part de l’industrie dans le PIB est ainsi passée de près de 35% à moins de 20% !

Alors que Macron et En Marche – en application des ordres passés depuis Bruxelles par le grand patronat – se préparent durant l’été à s’attaquer au Code du Travail, une nouvelle fois après l’ANI, les lois Macron et la loi travail, pour faire baisser les salaires, le bilan de cette politique de dumping social ne souffre plus aucune discussion : c’est l’appauvrissement généralisé pour les travailleurs, la destruction de l’appareil productif du pays. Les seuls bénéficiaires de cette politique sont bien connus : grandes banques, grand patronat, multinationales, en un mot cette petite minorité qu’est la classe capitaliste.

C’est ce bilan qui explique que les travailleurs, au Royaume-Uni ont massivement voté pour le BREXIT. Les faits démontrent qu’il y a urgence à échapper à cette machine à exploiter massivement qu’est l’Union Européenne.

Macron en exécutant les ordres de l’UE/MEDEF va faire exploser les inégalités : c’est l’OFCE qui le dit

Dans un rapport publié le 12 juillet dernier, les spécialistes de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) ont évalué les conséquences dramatiques des mesures du pouvoir Macron/Philippe pour le quinquennat 2017-2022  lire ici [PDF].  Il se résume à deux conséquences principales :

  • explosion des inégalité et baisse du pouvoir d’achat
  • hausse du chômage

Hausse d’impôts pour les pauvres, des milliards pour les riches

L’OFCE a calculé que 46% des baisses d’impôts annoncées par Macron profiteront seulement aux 10% les plus riches : sortie des actions de l’ISF, baisse de la fiscalité sur l’épargne avec un taux unique non proportionnel et prélèvement forfaitaire unique d’environ 30%. Coût pour le budget de l’État selon l’OFCE : 4 milliards d’euros chaque année. De quoi verser 300 000 SMIC chaque année.

L’ensemble de la réforme fiscale de Macron coûterait 9,1 milliards d’euros à l’État, de quoi embaucher un demi-million de profs, médecins,infirmières etc… 9,1 milliards d’euros profitant quasi exclusivement aux plus riches.

Les classes moyennes également perdantes

Le tableau suivant montrent les effets positifs (au dessus de 0) et négatifs pour chacune des tranches de la population des 10% les moins riches (D1) au 10% les plus riches (D10)

Les 10% des plus riches vont bénéficier de l’essentiel des effets positifs. Selon l’OFCE, c’est même parmi ces 10% les plus riches, le 1% les plus riches, soit environ 280 000 personnes qui vont en profiter. Il est rigolo de constater que ce sont les classes moyennes supérieures, celles qui ont le plus voté Macron qui seront les plus perdantes, même si en pratique, déjà favorisée, ce ne sont pas elles qui seront les plus violemment touchées. Contrairement aux retraités qui vont voir leur retraite baisser de 2%.

 

Augmentation des inégalités : Macron roule pour les riches contre les travailleurs

Selon l’OFCE, les mesures proposées accentueront probablement les inégalités. Et cela d’autant plus que pour financer ces cadeaux fiscaux tout en se pliant aux ordres imposés au nom de l’euro d’un déficit de moins de 3%, Macron et son gouvernement vont réduire le nombre de fonctionnaires et tailler dans les budgets des services publics qui servent en premier les plus pauvres, les services publics étant le seul bien de ceux qui n’en ont pas. Sans compter les conséquences dramatiques sur l’économie avec baisse d’activité et hausse du chômage;

Selon l’OFCE, l’euro-austérité associée à ces mesures va surtout empêcher une baisse du chômage que la conjoncture mondiale pourrait amener

JBC pour www.initiative-communiste.fr