Gattaz fils et père : ils nous font le même coup à 30 ans de distance! [Front Syndical de Classe]

fscCertains, y compris dans le monde syndical découvrent la lune.

Le débloquerait, ferait de la provocation, déraperait.

En réalité le MEDEF actuel est fidèle à lui même et ne fait qu’exiger dans le rapport de forces actuel ce qu’il a toujours exigé et s’est efforcé d’imposer aux salariés.

Dans un rapport de forces rendu favorable aux patrons par le pouvoir socialiste.

Outre les cadeaux par milliards déversés sur les entreprises (plus de 200 milliards par an sans compter le CICE et à présent les exonérations prévues par le pacte dit de “responsabilité”), le patronat bénéficie de la valorisation des médias au garde-à-vous et des déclarations d’amour de Valls!

Encouragé, conforté, chouchouté il en redemande en avançant l’idée :

    • de la suppression de 2 jours fériés
    • de revenir partout sur les 35 heures
    • d’envisager de travailler le soir et le dimanche par “accord social d’établissement”bien sûr, là où la pression patronal est la plus forte ainsi que la vulnérabilité des travailleurs
    • d’en finir avec le et donc d’un retour au “SMIC jeune
    • de “lisser les seuils sociaux” c’est-à-dire en parlant vrai de priver les salariés des petites et moyennes entreprises des acquis sociaux garantis par le .

Tout cela sous le prétexte et la couverture de créer 1 millions d’emplois.

Mais le père de Pierre , Yvon nous a déjà fait le coup il y a près de 30 ans.

Afin de faire sauter l’autorisation administrative de licenciement il avait promis la création de centaines de milliers d’emplois.

Dans les années qui suivirent sa suppression effective sous la cohabitation Mitterrand/ Chirac, on sait ce qui en a résulté : de 500.000 à 2 millions de chômeurs supplémentaires!

Extrait de l’article sur le site du du 8 mars 2013

Adresse : http://www.frontsyndical-classe.org/article-autorisation-administrative-de-licenciement-toute-une-histoire-116003439.html

 

L’autorisation administrative de licenciement a été instituée par la loi du 3 janvier 1975 relative au licenciement économique qui a institué l’autorisation administrative préalable à ce licenciement

Elle imposait la consultation de l’inspection du travail afin de vérifier que chaque licenciement était justifié et ne visait pas à percevoir frauduleusement les 90% du salaire antérieur, versé comme indemnité à tout licencié économique,

Le patronat, Yvon Gattaz en tête à la direction de feu le CNPF, dès 1982 (sous la présidence de François Mitterrand) n’eut de cesse de faire supprimer cette autorisation.

Il eut gain de cause en 1986 où l’assemblée nationale sous la cohabitation Mitterrand/Chirac où effectivement fut supprimée l’autorisation administrative de licenciement.

Ce texte affirmait déjà l’idée que l’absence de flexibilité dans la gestion de l’emploi décourage l’embauche.

Yvon Gattaz se targuait de créer 400. 000 emplois si la loi était adoptée.

On connaît la suite  avec le passage dans les années qui suivent de 500.000 à 2 millions de chômeurs  !

En se reportant aux débats auxquels il a donné lieu à l’assemblée nationale on s’apercevra qu’à l’époque le groupe socialiste a combattu cette suppression en accusant le gouvernement de l’époque de faciliter les licenciements.

Débats au cours desquels un certain jeune député, Michel SAPIN s’illustre par son opposition à la suppression de la loi au nom de la défense des droits des salariés !!

 

Pour le le patronat aujourd’hui, à partir d’un rapport des forces qui lui paraît favorable il s’agit de reprendre au peuple les conquis d’un siècle de luttes.

Inutile donc de cultiver les illusions comme l’a encore pratiqué à la fête de l’Huma Thierry Lepaon invoquant l’unité au sommet dans le cadre de la CES.

Ou de feindre comme Laurent Berger la colère quand la CFDT en signant et préparant à tout va avec le MEDEF des accords scélérats, en condamnant la grève courageuse des cheminots en juin a ouvert la voie à des exigences sans fin du patronat.

Car ils n’en ont jamais assez!

Il n’y a rien à attendre des négociations bidon, des conférences sociales et des rendez-vous avec le patronat!

Seule la lutte organisée, construite en vue du TOUS ENSEMBLE en même temps, appuyée sur la volonté unitaire des travailleurs en bas pourra nous permettre de bloquer les contre-réformes et de passer enfin à la contre-offensive du monde du travail.

Le Front Syndical de Classe

16 septembre 2014

Rappel historique sur l’unité et les rapports avec la social-démocratie (ça date de l’expérience du mouvement ouvrier en 1920) et pourtant c’est toujours d’actualité; n’est-ce pas?:

‘L’union à la base toujours, l’union à la base et au sommet, quelquefois, l’union au sommet seul, jamais”

3 Commentaires de lecteur “Gattaz fils et père : ils nous font le même coup à 30 ans de distance! [Front Syndical de Classe]

  1. alain harrison
    19 septembre 2014 at 21:07

    Bonjour.
    Le MEDEF reconduit en sa faveur le phénomène de l’exploitation de l’homme par l’homme.
    L’OMC sera bientôt remplacée par une nouvelle organisation sortant des ententes des 50 pays qui vont signer bientôt.
    Elle sera plus destructive et bien sûr L’UE s’alignera.
    Les gouvernements ne pourront que faire les lois directement dictées par cette nouvelle agence du capital.
    Nous devons nous organiser en petit véhicule de conscientisation sur les alternatives prioritaires à mettre en place
    systématiquement.
    Nous devons développer des stratégies pour mettre nos solutions en place.
    4 personnes se partagent les 4 animations sur quelques solutions (synergiques) pour conscientiser les citoyens sur les alternatives.
    Au début, les animations (une par semaine dans un local reconnu) annoncés (petits groupes pour le partage 6 à 10 personnes) sont partagées par les 4 personnes.
    Des rencontres informelles (pas besoin de paperasse ni d’administration).
    La rencontre est participative: ex les gens font le tour des avantages et des potentiels, puis font consensus, tout simplement.
    Mon exemple de sujet: le revenu de base couplé aux coopératives autogérées à temps partagé.
    Les participants invités à faire la liste des avantages, d’en discuter et de faire consensus.
    à chaque rencontre , même avec un animateur différent, le même processus. De même pour le potentiel.
    Discuter en quoi consiste ce potentiel: par ex: le potentiel de changement de la structure du pouvoir.
    L’animation est à temps partagé, et par sa simplicité (sujet limité mais essentiel dans son impacte, que ce soit social, écologique, politique, économique, au sujet de l’éducation, etc…ou des sujets couplés) que toute personne intéressée à se joindre à l’équipe peut le faire selon son aptitude à animer. Il y a des personnes, du premier coup, il y en a, ça prend plus d’initiation donc participe à autant d’animation qu’elle désire pour bien saisir le fonctionnement de l’animation et des sujets traités: respecté le rytnme de chacun, ça c’est un élément clef pour la participation des citoyens. (pas de responsabilité, temps de participetion négligeable, les gens travaillent, ont des enfants, etc, mais sont sensibles à agir pour le bien de tous en général)
    À temps partagé, une grande économie d’énergie pour chacun.
    Le tout en convivialité.
    Cela sera plus efficace que tout mouvement belliqueux.
    L’Humain d’Abord dit bien ce que ça à dire.
    Le parti citoyen, c’est le peuple qui a le pouvoir.
    Le but du Marxisme est de libérer l’Homme de tout exploitation point.
    Krishnamurti: la liberté réside dans le premier pas.
    Les mots communismes et socialismes ont été mis au banc des accusés.
    Pourquoi? Comment et par qui?
    L’histoire du siècle dernier est à considérer dans toutes ses dimensions écolo-social-économique et dans la structure des pouvoirs politiques. Ce qui c’est réellement passé pour ne pas répéter les horreurs.
    Mais à cela, la finance reprend les mêmes schèmes détestables, mais sous forme déguisée, ou le reengineering fait figure de révisionisme.
    L’impérialisme du 1% qui contrôle tous les politiques est en marche.
    Mais la résistance se développe, encore éparse, sans contenu politique adéquat et sans stratégie réelle.
    Donc, la conscientisation des Peuples passe par des contenus concrets (des millions qui ont faim et en meurrent pour les pires scénarios en ce moment,…).
    La participation citoyenne est primordiale. Mettre un terme au messianisme quelqu’il soit. Vous entendez!
    Les tables de réflexion informelle à remps partagé n’est qu’un outil de plus, simple, labile et ne coûte rien, sauf la location de salles de groupes communautaires (pour les aider), sinon, un resto, une cafétéria (université) local syndical, etc… (réunions courtes 1h 1/2…)
    Les sujets touchés: par table de réflexion, le but conscientiser.
    La constitution, nouvelle formule politique, Cà peut être un texte concernant l’histoire, certains aspects détestable récurrents (cause, conséquence, et principe de la récurrence’ comment ça se reproduit et pourquoi,…) mais aussi sur les aspecte positifs.
    Donc les citoyens peuvent faire le tour des tables et des sujets.
    Ainsi, avec peu d’énergie, à cause du temps partagé, une nouvelle mentalité pour une nouvelle forme de participation citoyenne énergisante, plutôt qu’essoufflante, peut naître et être durable.
    C’est une suggestion qui mérite notre attention.
    Nous pouvons faire le changement sans crie ni sang, mais avec intelligence et convivialité.
    Les humeurs belliqueuses sont comme le conformisme, ils sont des éteignoires du questionnement.
    Le questionnement est la clef.

    Voici un article “historique” très bien articulé qui nous” instruits”.

    Comment ce fait-il que nous ne sortions pas des pièges du passé?

    Seul une compréhension adéquate des méfaits historiques récurrents peuvent nous aider. Une vraie prise de conscience de leurs dommages collatéraux nous est nécessaire à tous.

    Nous sommes tous sous le jougue d’un conformisme (préjugé, idée arrêté, opinions et arguments conflictuels, etc..)

    Notre conscience doit évoluer en dehors du conformisme cet éteignoire du questionnement.

    C’est par le questionnement que l’intelligence se déploie en créativité, en découverte, en épanouissement de nos vies.

    Et seul le coopératisme, entre nous humains conscients, peut nous ammener vers un monde harmonieux.

    Crimes contre l’humanité : L’ultime retour des barbares
    Par Fethi Gharbi
    Mondialisation.ca, 06 août 2014
    ««« En effet, le volk anglo-saxon, dans le cadre de son projet euro-atlantique compte aplanir l’espace allant de l’Europe du nord aux confins de l’Oural. La mondialisation néolibérale a bien besoin d’un espace vital à la hauteur de sa démesure. Tous les volk qui font obstacle seront systématiquement réduits. La tragédie du monde arabe est de se trouver géographiquement et énergétiquement en travers du chemin de cette vaste entreprise de démolition. »»»
    http://www.mondialisation.ca/lultime-retour-des-barbares/5394869

    Ce texte met en perspective le développement du capitalisme historique (qui a pris bien des masques mais avec toujours le même modus operendi).

    Les mots communismes, socialisme ont été dévoyés.

    Qu’est-ce qui c’est passé ?

    Le Stalinisme ?

    Le Maoïsme ?

    Nous devons être honnêtes et bien regarder l’histoire.

    L’Éducation (qu’est-ce que nous sommes humainement parlant) est notre fondement, l’instruction (nos connaissances adéquates en histoire, en art, en socioligie, anthropologie, etc..) est notre culture et l’académique

    ( math, technologie, la science, se servir d’un marteau…..) est notre outil.

    Ne plus confondre.

    Je conseille toujours de lire les chapitres 1 et 9 du livre de Jean-Maris Abgrall: tous manipulés tous manipulateurs

    L’Écosse a dit non (55%), c’est la peur induite par le conformisme et les chantages et menaces par la finance, ce tigre de papier (commerciale, qui n’a pas été inquiété et continue son petit bonhomme de chemin destructeur)

    La gauche se cherche. A-t’elle quelque chose à proposer d’unificateur?

    Quel sens donné à l’Humain d’Abord ? Y a-t’il un contenu significatif, synergique…?

    Sortir de la stérilité des……

  2. le bourg
    20 septembre 2014 at 19:51

    dans le figaro magazine les 4 vérités de l’économiste Pascal Salin
    il trouve le MEDEF trop trop mou, il propose
    -” revoir la durée légale du travail ” ” que cette durée soit déterminée au niveau de chaque entreprise ”
    -” déroger au salaire minimum ”
    – ” supprimer toutes les dispositions qui empêchent les licenciements ”
    -” supprimer la progressivité de l’impôt …introduire la concurrence dans l’assurence maladie …passer à un régime de retraite par capitalisation ”
    si vous voulez je vous envoie le scan de l’article

    en parlant de promesses le sinistre Mitterand au moment de Machtricht avait promis un million d’emplois…