Les chiffres du chômage sont mauvais, très mauvais et montrent que la politique Macron, identique à la politique Hollande, identique à la politique Sarkozy et Chirac, – et pour cause puisque c’est l’application des ordres de l’Union Européenne et du MEDEF – mènent les travailleurs de France tout droit à la misère.

On se souvient que l’une des premières actions de Macron à l’Élysée aura été de supprimer la publication mensuelle des chiffres du chômage pour passer à une publication plus obscure, trimestrielle. Un aveu immédiat de son absence de volonté de transparence sur le sujet alors que sa politique, dictée par le grand patronat et son Union Européenne consiste à maintenir un chômage de masse pour exploiter toujours plus les travailleurs.

La publication en cette fin d’année des chiffres du chômage par la DARES du ministère du Travail permet de faire le bilan du quinquennat Macron. À l’image du quinquennat Hollande, dont Macron était le secrétaire à l’Élysée avant de devenir son ministre du chômage à Bercy, le bilan de Macron, c’est un niveau catastrophique de chômage et un nombre record de chômeurs. Que même l’inique réforme de l’assurance chômage ordonnée par l’Union Européenne, ainsi que les artifices pour maquiller les chiffres ne sauraient masquer.

Les mois se suivent et se ressemblent et les milliards d’euros données aux riches ont une conséquence dure et scandaleuse : plus de 6 millions de chômeurs, plus du quart de la population active, près de la moitié de la population salariés dans le secteur privé !

Les vrais chiffres du chômage en novembre 2021 : 6.1 millions de chômeurs

Contrairement aux annonces de la propagande des médias des milliardaires et des chaînes publiques aux ordres de l’Élysée, voila les vrais chiffres du chômage selon le ministère du Travail d’après les inscriptions officielles auprès de Pôle Emploi

  •  catégorie A : chômeurs en recherche active d’emplois sans aucun travail : 3 087 800 inscrits
  • catégorie B : chômeurs en recherche active d’emplois, avec un travail très réduit de courte durée (moins de 78h travaillées dans le mois) : 723 000 inscrits
  • catégorie C :  chômeurs en recherche active d’emplois, avec un travail très réduit de courte durée : 1 568 100 inscrits
  • catégorie D : chômeurs (formation ou stage, arrêt maladie) : 347 100 inscrits
  • catégorie E : chômeurs en emplois aidés : 360 700 inscrits
  • total : 6 086 700 inscrits

Alors que le gouvernement claironne via les médias des milliardaires sur une baisse du chômage, il faut observer que le nombre de chômeurs inscrits à pôle emplois est stable. Il a diminué depuis mai 2017 de 195 300 inscrits, soit une variation de -3,11%. Surtout avec un peu de recul c’est toujours 1 millions de chômeurs de plus qu’en mai 2012 !

Dans le détail, la statistique affiche une baisse significative des inscrits en catégorie A (-11,64% pour 406 800 inscrits sortis des listes). Mais 70% de cette baisse s’explique par la hausse massive des inscriptions en catégorie C (chômeurs sans emplois ayant une activité très précaire : +17,5% et +233 300 inscrits) et catégorie D (en formation : +13% et +39 600 inscrits)

Entre mai 2017 et novembre 2021, pôle emplois a enregistré 28 913 500 inscriptions mais seulement 5 911 400 reprises d’emplois déclarées contre 17 399 000 radiations des listes dont 2 147 500 radiations administratives. Démontrant l’absence effective de retour à l’emplois pour des millions de travailleurs.

Ce point est confirmé par l’augmentation de la durée moyenne d’inscription à Pôle Emplois, et ce en dépit des radiations et du durcissement des conditions d’indemnisation par l’assurance chômage : en mai 2017 la durée moyenne d’inscription à Pôle Emplois était de 583 jours. Elle est passée à 690 jours en novembre 2021. Un record absolu !

Si on prend un peu plus de recul, au terme du double quinquennat Macron, le bilan est le suivant :

  • catégorie A : +5.66% – +165 400 chômeurs
  • catégorie B : +25.78 % ; +148 200 chômeurs
  • catégorie C : +82.78% ; +710 200 chômeurs
  • catégorie D : +41.44% ; +101 700 chômeurs
  • catégorie E : -1.56% ; – 5700 chômeurs
  • total : +22.55% ; + 1 119 800 chômeurs

En moyenne le bilan de la politique du régime Hollande-Macron depuis mai 2012 ce sont 681 travailleurs qui s’ajoutent chaque jour aux listes de Pôle Emplois, dont une centaine en catégorie A, et ce en dépit de la politique effrénée menée pour les en effacer, sans leur avoir trouvé un travail décent.

JBC pour www.initiative-communiste.fr