Sur les décisions du Sommet Européen sur la Grèce, par le parti communiste portugais

ICwww.initiative-communiste.fr site web du PRCF vous propose la de ce des camarades du : Le réaffirme à la lumière des derniers événements en Grèce la nécessité de la reconquête de la souveraineté populaire, de sortir de l’Euro, pour une véritable alternative populaire, de et .

1. Compte tenu des décisions du Sommet Euro visant à entamer des négociations sur un nouveau «protocole» pour la Grèce, le PCP réaffirme sa condamnation du processus de chantage, de déstabilisation et d’asphyxie financière promue par l’UE et le FMI pour imposer sur le peuple grec la continuation de l’endettement, de l’exploitation, de l’appauvrissement et de la soumission.

Un processus d’ingérence et de chantage qui, sans s’abstenir de prendre avantage des incohérences, des contradictions et des compromis par le gouvernement grec, et ayant eu des aspects encore plus graves lors de ces derniers jours, révèle la nature politique et les objectifs du processus capitaliste de l’intégration européenne et de la crise profonde auquel il est confronté. Un processus qui montre que la solidarité et la cohésion de l’Union européenne n’existent pas.

2. La PCP condamne les actions du gouvernement portugais et du président de la République dans l’alignement avec les diktats de l’Union européenne et de son organigramme des pouvoirs. Une action qui, avec la complicité du PS, sape l’intérêt national, et dénonce le but de continuer au Portugal, la politique de l’exploitation, de l’appauvrissement et de la soumission du pays aux diktats de la grande entreprise, l’Union européenne et le FMI.

3. Indépendamment des prochaines analyses selon les développement qui pourraient intervenir, les décisions annoncées aujourd’hui sont profondément contraire aux aspirations et aux intérêts des travailleurs et du peuple grec et à la volonté d’un changement de la politique exprimée dans les élections du 25 Janvier et le 5 Juillet par référendum, elles représentent la poursuite et l’aggravation de la voie qui a conduit la Grèce à la situation actuelle de catastrophe économique et sociale et de délabrement de ses ressources, des actifs et de la richesse, et qui la maintient enchainées par les restrictions et contraintes du «Mécanisme européen de stabilité” (MES), l’euro, le traité budgétaire et  la gouvernance économique et le FMI.

Le PCP note que, étant donné la taille et la nature de la dette souveraine qui est insoutenable, les institutions de l’UE elles-mêmes admettent la possibilité de restructurer les termes et les intérêts. Mais le PCP souligne et réaffirme que la renégociation de la dette doit être matérialisée en faveur des travailleurs et du peuple et intégrée dans une politique de croissance économique, pour répondre à des droits sociaux et au développement souverain et non au profit des créanciers et utilisé comme une astuce de marchandage pour plus d’exploitation et d’appauvrissement.

4. Ce que démontre le processus concernant la Grèce e ce quet la méthode et les résultats du Sommet de l’Euro groupe prouvent est que d’une véritable politique attachée aux valeurs de justice et de progrès social, au développement et à la démocratie souveraine, nécessite une rupture avec les limitations et les contraintes de l’euro et UEM (Union Economique Monétaire), dictées par les intérêts du grand capital financier et la distribution des compétences vers l’Union européenne dans une violation profonde de la souveraineté.
Un processus qui ne montre pas qu’une posture de soumission aux diktats et chantage de l’Union européenne est inévitable, mais au contraire la nécessité de la résistance et de la lutte pour une rupture avec les politiques fondées sur les inégalités et la régression économique et sociale.

5. Le PCP exprime sa solidarité aux travailleurs et le peuple grecs et à leur lutte contre les politiques d’exploitation, d’appauvrissement et de soumission que leur impose l’Union européenne et le FMI et par les gouvernements successifs au service des grandes entreprises.

6. L’évolution de la situation dans l’Union européenne et le processus concernant la Grèce prouve la validité et l’exactitude de l’analyse et des propositions du PCP, en particulier en ce qui concerne l’urgence d’une renégociation de la dette portugaise à propos de ses termes, ses montants et des intérêts (maintenant reconnu par beaucoup comme inévitable) et la nécessité d’étudier et de préparer la libération de la soumission du pays à l’euro, afin de résister à des procédés de chantage et d’assurer la souveraineté monétaire, budgétaire et économique.

Au Portugal, seule une politique patriotique et de gauche peut assurer le développement et le progrès économique et social et tourner le dos au chemin du déclin et de la rédition nationale que le PS, le PSD et le CDS veulent poursuivre. C’est sur le chemin de l’affirmation de la souveraineté, fondée sur la volonté, l’intervention et la force du peuple portugais, que le PCP est déterminée à marcher en s’appuyant sur toutes les responsabilités que les gens souhaitent lui confier.
Le PCP, avec confiance dans la force du peuple portugais, et d’autres peuples de l’Europe, a la conviction profonde qu’il sera possible de construire une Europe de la coopération entre États souverains égaux en droits, de progrès, de liberté et de paix, sur la base les valeurs de solidarité, de justice sociale, la démocratie et le respect mutuel.

On the decisions announced by the Euro Summit on Greece

PCP1. In view of the decisions of the Euro Summit aimed at starting negotiations on a new ‘memorandum’ for Greece, the PCP reaffirms its condemnation of the process of blackmail, destabilization and financial asphyxiation promoted by the EU and the IMF in order to impose on the Greek people the continuation of indebtedness, exploitation, impoverishment and submission.

A process of interference and blackmail which without refraining from taking advantage of inconsistencies, contradictions and compromises by the Greek Government, and having had even more severe aspects in recent days, reveals the political nature and aims of the capitalist process of integration in Europe and the profound crisis it faces. A process which shows that the European Union’s solidarity and cohesion do not exist.

2. The PCP condemns the actions of the Portuguese Government and of the President of Republic of alignment with the dictates of the European Union and its directory of powers. An action that, with the complicity of the PS, undermines the national interest, and denounces the aim of continuing in Portugal, the policy of exploitation, impoverishment and submission of the Country to the dictates of big business, the European Union and IMF.

3. Regardless of further analysis and developments, the decisions now announced are profoundly contrary to the aspirations and interests of the Greek workers and people and the will for a change of policy expressed in the January 25 elections and the July 5 referendum, representing the continuation and enhancement of the path that led Greece to the current situation of social and economic catastrophe and dilapidation of its resources, assets and wealth, and which keeps it tied to the restraints and constraints of the “European Stability Mechanism”, the Euro, the Budgetary Treaty, the Economic Governance and the IMF.

The PCP notes that, given the size and nature of unsustainable debt, the institutions of the EU themselves admit the possibility of changing the terms and interest. But the PCP stresses and reiterates that the renegotiation of the debt must be materialised in favour of the workers and the people and integrated in a policy of economic growth, answer social rights and sovereign development and not in favour of the creditors and used as a bargaining chip for more exploitation and impoverishment.

4. What the process regarding Greece shows and the method and outcome of the Euro Summit prove is that a policy truly committed to the values of justice and social progress, sovereign development and democracy, requires a rupture with the restraints and constraints of the Euro and EMU, dictated by the interests of big financial capital and the directory of the European Union powers in a deep violation of sovereignty.
A process that shows not the inevitability of a posture of submission to the impositions and blackmail of the European Union, but the need of resistance and struggle for a rupture with policies based on inequalities and economic and social regression.

5. The PCP expresses its solidarity to the Greek workers and people and their struggle against policies of exploitation, impoverishment and submission imposed on them by the European Union and the IMF and by successive governments at the service of big business.

6. The evolution of the situation in the European Union and the process concerning Greece prove the validity and correctness of PCP’s analysis and proposals, particularly as regards the urgency of a renegotiation of the Portuguese debt about its terms, amounts and interest (now recognized by many as inevitable) and the need to study and prepare the release of the country’s submission to the Euro, in order to resist processes of blackmail and to ensure monetary, budgetary and economic sovereignty.

In Portugal, only a patriotic and left-wing policy can ensure development and economic and social progress and halt the path of decline and national surrender that PS, PSD and CDS want to continue. It is this path of sovereign affirmation, based on the will, intervention and force the Portuguese people, that the PCP is determined to tread assuming all the responsibilities that the people wish to assign to it.
The PCP, with trust in the force of the Portuguese people, and other peoples of Europe, has the profound conviction that it will be possible to build a Europe of cooperation among sovereign states with equal rights, of progress, freedom and peace, based on the values of solidarity, social justice, democracy and mutual respect.