À PROPOS DE LA DÉCLARATION COSIGNÉE PAR LES CINQ PUISSANCES NUCLÉAIRES MEMBRES DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS-UNIES – 5 janvier 2022

Nul ne regrettera que les cinq États nucléaires membres du Conseil de sécurité aient cosigné, à l’initiative de la Russie, un texte où elles s’engagent à ne pas se faire la guerre nucléaire et à éviter la course aux armements.

Bien entendu, on peut  soupçonner certaines puissances comme les USA, la seule à ce jour à avoir utilisé la bombe atomique contre le peuple japonais, de faire montre d’une grande hypocrisie en l’occasion, en se souvenant que  ; on peut aussi se dire que, puisque tous ces pays ne comptent pas utiliser l’arme nucléaire les uns contre les autres (contre des tiers seulement? Iran, Corée du nord, etc. ? Serait-ce plus moral?), elles peuvent immédiatement commencer à démanteler leurs stocks nucléaires capables de détruire plusieurs fois la planète s’ils étaient employés simultanément. Mais un chemin d’une lieue commence par un premier pas et il faut se souvenir qu’en 1983, l’URSS qui s’était engagée à ne pas utiliser la première l’arme nucléaire contre les USA, n’avait pas pu obtenir la réciproque de la part de Reagan (la doctrine US était alors au « first use »(usage en premier de l’arme nucléaire dans le cadre d’un conflit soviéto-américain) et au « first strike » (engagement de la guerre par les USA au moyen d’une frappe nucléaire massive dite « désarçonnante » contre l’URSS).

Il se trouve simplement que de nos jours, la Chine et la Russie ont amélioré fortement leurs capacités nucléaires et balistiques (notamment avec les missiles hypersoniques), si bien que les USA peuvent -provisoirement ? – moins qu’avant jouer les matamores même s’ils travaillent à combler, à coups de milliards, leurs lacunes stratégiques…

Quoi qu’il en soit, ce type de nouvelle montre, contre les pseudo-léninistes qui croient que l’inévitable guerre nucléaire mondiale est la condition de la révolution (ou de l’extermination?), qu’il est possible de marquer des points dans la bataille la plus décisive du moment: la lutte contre le « conflit de haute intensité » que préparent les États de l’OTAN à l’encontre des peuples russe et chinois. C’est dans cet esprit que nous publions le communiqué du Mouvement de la paix.
Georges Gastaud

 

Suite aux déclarations des cinq États dotés de l’arme nucléaire: prévenir la guerre nucléaire et éviter les courses aux armements

Le Mouvement de la Paix estime que la déclaration des « 5 Etats dotés » en faveur du désarmement nucléaire (en date du 3 janvier) va dans le bon sens, mais il demande à ces Etats de passer immédiatement aux actes en stoppant leurs programmes de modernisation et en signant le traité sur l’interdiction des armes nucléaires entré en vigueur le 22 janvier 2021.

Le Mouvement de la paix se réjouit de la déclaration commune faite par les 5 Etats parties au Traité de non-prolifération nucléaire et dénommés les « Etats dotés » à savoir la Chine, la France, les USA, le Royaume-Uni et la Russie. Cette déclaration a été préparée pour être rendue publique avant la conférence d’examen du traité de non-prolifération qui devait commencer début janvier mais a été repoussée de 6 mois.

Le Mouvement de la Paix voit dans cette déclaration un premier résultat des mobilisations des opinions publiques partout dans le monde. Ces mobilisations réunissent les sociétés civiles, les syndicats, la confédération syndicale internationale, des autorités religieuses, les mouvements de paix, les scientifiques, de nombreux prix Nobel, des réseaux de maires, de parlementaires, de collectivités locales, la Croix-Rouge internationale etc. Ces mobilisations bénéficient du soutien de nombreux Etats et de l’Onu qui a fait du désarmement nucléaire une de ses principales priorités.

En effet, le mouvement mondial pour l’élimination totale des armes nucléaires prévue par le droit international et en particulier l’article 6 du traité de non-prolifération s’amplifie de jour en jour.

Le « 5 Etats dotés » sont obligés de tenir compte de la puissance de cette exigence du désarmement nucléaire soutenue par les peuples dans le monde entier.

Mais une fois de plus notre expérience nous conduit à dire « des paroles c’est bien, maintenant il faut passer aux actes ! ».

Le Mouvement de la paix voit dans ce premier pas un encouragement à poursuivre les actions et mobilisations. Il appelle ses comités, ses amis et partenaires, toutes les personnes indépendamment de leurs opinions philosophiques, religieuses, de leurs sensibilités politiques ou de leurs appartenances syndicales ou associatives à accroître partout les actions et les pressions auprès du président de la République, du gouvernement, des parlementaires, des élus locaux pour exiger l’arrêt immédiat des programmes de modernisations des armes nucléaires. L’arrêt immédiat des programmes de modernisation dans les « 5 Etats dotés » dégagerait des dizaines de milliards utiles pour faire face aux défis climatiques, sanitaires et sociaux.

Le Mouvement de la Paix appelle à signer la pétition pour la ratification par tous les Etats du monde du traité sur l’interdiction des armes nucléaires entré en vigueur le 22 janvier 2021(1) (traité non signé par les 5 Etats signataires de la déclaration du 3 janvier), à développer partout en France des actions autour du 22 janvier date du premier anniversaire de l’entrée en vigueur du traité d’interdiction des armes nucléaires ; à porter cette exigence lors de la journée du 9 janvier à Brest avant la réunion des 54 ministres de l’Union Européenne (défense et affaires étrangères), à exiger que la France assiste en tant qu’observateur à la première réunion des États parties au TIAN qui se tiendra du 22 au 24 mars 2022 à l’Office des Nations Unies à Vienne.

La meilleure façon d’éviter un conflit nucléaire c’est d’engager immédiatement et concrètement le processus d’élimination totale, négociée et vérifiable des armes nucléaires.

Le Mouvement de la Paix – le 4 janvier 2022