Sommet de la Francophonie ou Olympe de l’hypocrisie?

Se servant de la comme d’un faire-valoir pour lui même et pour sa politique atlantique et néocoloniale, veut utiliser le Sommet d’Erevan pour promouvoir à la tête de l’ la candidature d’une Rwandaise proche du despotique Kagame. L’absence totale de souci pour l’avenir de la , y compris en Afrique où se trouve en grande partie l’avenir de notre langue commune, est flagrant ; en effet, pour des raisons qui ont plus à voir avec l’alignement pro-américain du Rwanda qu’avec l’aspiration des peuples africains à s’émanciper de la Françafrique, Paul Kagame a décidé que, dans son pays, l’anglais serait substitué au français en tant que langue de l’enseignement. Et c’est à une émanation de ce régime clairement anti- que Macron veut confier les rênes de la mondiale !

Comme si en Afrique même on manquait de grands écrivains qui aiment notre langue commune et qui sont capables de promouvoir sa foisonnante diversité !

Le pire c’est que, en France même, le français recule chaque jour devant le patronal et transatlantique, Macron personnifiant cette inavouable politique linguistique. Pour ne prendre qu’un exemple, le Salon de l’auto vient de se rebaptiser “Paris Motor Shaw” et la Poste est en train de lancer “My French Bank”. Bien plus gravement, et sans le moindre débat démocratique, Blanquer a décidé que, de la maternelle à l’Université, plusieurs matières seraient enseignées en anglais de manière à faire de cet idiome une “langue native” en France. Bref sans que les forces populaires mesurent en rien le caractère totalitaire de cette marche vers la langue mondiale unique, on va vers la substitution systématique du Business Globish à la langue d’Aragon, de Cesaire et de Kateb Yacine…

Inutile, faut il le dire, de compter sur le Pcf-Pge pour contrer cette orientation mortifere: à la fête de l’Humanité, la boutique du Pcf s’intitulait RED SHOP et son argument de vente était “Made in Pcf”…
Décidément, quand les bornes de l’opportunisme sont franchies, il n’y a plus de limites: pas même celles du ridicule. ..

par Georges Gastaud pour www.initiative-communiste.fr