Révisionisme nazi à Kiev : Nuremberg, un procès truqué selon l’ambassadeur d’Euro Maidan à l’ONU

L’agence de presse russe ITAR-TASS rapporte les déclaration de Youri Sergeïev ambassadeur des nouvelles autorités de auprès de l’ONU qui  dans la pure tradition des révisionnistes remet en cause le procès de Nuremberg.

“Les preuves présentées par l’Union soviétique lors du jugement des criminels de guerre Nazis ont été falsifiées”

Rappelons que le centre Simon Wiesenthal avait dès 2010 fermement condamnée la célébration des fascistes ukrainiens collaborateurs nazis lors de la “révolution” orange de Yuschenko.

Geoffroy Géraud Legros dans un article de 7 lames lamer met les points sur le i

Les Nazis ukrainiens victimes d’un faux procès, selon l’ambassadeur d’Ukraine à l’ONU

Les collaborationnistes ukrainiens ont été calomniés à l’issue de la Seconde guerre mondiale, comme le sont aujourd’hui les militants du parti néo-nazi « Svoboda », estime le diplomate.

JPEG - 25.6 ko
Les éléments produits à Nuremberg contre Stepan et les colaborationnistes ukrainiens étaient des faux, déclare l’Ambassadeur d’ aux Nations-Unies. Photo : VoR

Les attaques contre les déclinaisons ukrainiennes du nazisme au procès de Nuremberg étaient « injustes », a affirmé hier Youri Sergeïev à la tribune des Nations-Unies, rapportait ce matin l’agence Itar-Tass. « Les preuves présentées par l’Union soviétique lors du jugement des criminels de guerre Nazis ont été falsifiées », a-t-il précisé, visant les éléments produits contre le dirigeant nationaliste et collaborateur Stépane Bandera. En conséquence, a-t-il déclaré, ni les militants du parti « Svoboda » [1] ni des « millions d’Ukrainiens » ne doivent être confondus avec des Nazis.

JPEG - 148.7 ko
Le portrait du collaborateur Stépane Bandera déroulé par les militants de “Svoboda” à l’intérieur de la mairie de Kiev. Photo : Tweeter/MS

Chef de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), Bandera avait été recruté par le IIIe Reich avant même l’attaque allemande contre l’Union soviétique, rappelle l’historien américain, Norman J. Goda (Tales from Spandau, Cambridge University Press, 2008).

Artisan de l’indépendance ukrainienne proclamée en 1941 dans le sillage de l’invasion nazie, il fut l’un des instigateurs du pogrom déclenché contre les Juifs de Lvov la même année. Emprisonné par ses anciens protecteurs du fait de divergences sur le contenu de l’indépendance, il retrouva leur faveur à la fin de la guerre. S’il évita de s’engager personnellement dans la division SS « Galicie » créée en 1943 — il en critiquait avant tout la mainmise allemande — Stépane Bandera y envoya nombre des cadres de son organisation, tentant — en vain — d’en prendre le contrôle.

JPEG - 43.3 ko
Nostalgiques de la défilant avec le portrait de Stépane Bandera (Photo:Sergei Chuzavkov)

« Récupéré » par les services secrets américains, à l’instar de nombreux criminels de guerre nazis et de collaborateurs étrangers tels que le dirigeant Oustachi croate Ante Pavelic, il tenta de garder le contrôle de la lutte armée menée contre l’Armée soviétique par les nationalistes ukrainiens, dont les derniers foyers furent liquidés en 1953.

Portée au rang d’histoire officielle de l’Ukraine depuis la « Révolution orange » de 2004, la théorie selon laquelle Bandera et ses troupes auraient lutté sur deux fronts, contre les Soviétiques et contre l’Armée allemande, a été forgée par les collaborationnistes eux-mêmes et reprise par les services américains afin de légitimer leur emploi, précise l’ancien procureur et officier du renseignement américain John Loftus dans son ouvrage Belarus Secret (Knopf, 1982). Réfugié en Allemagne fédérale — à l’instar, comme l’a montré l’historien Alfred Wahl, de bons nombre de bénéficiaires d’une dénazification limitée — Bandera fut exécuté par le KGB en 1959.

PNG - 453.8 ko
L’idéologie collaborationniste ukrainienne d’hier et d’aujourd’hui identifie le Juif, Satan et le Bolchévisme. Images : archives.

Déclaré « héros national ukrainien » en 2010 — ce qui valut à Kiev la réprobation du Parlement européen — Stépane Bandera demeure la référence centrale de l’extrême-droite ukrainienne, et plus particulièrement du parti « Svoboda », qui rend également hommage à la division SS « Galicie ».

Selon l’historien Karel Berkhoff (Harvest of despair, Belknap, 2008) le projet banderiste visait à « évincer » du futur État indépendant tous les « ennemis, les étrangers » ainsi que « les Juifs », qui, selon l’OUN, « avaient sucé le sang de nos paysans par l’usure » et « soutenaient désormais le communisme. » (…) « Les Juifs de l’Union soviétique sont les plus loyaux partisans de l’idéologie Bolchevik, et l’avant-garde de l’impérialisme moscovite (sic) en Ukraine ».

« Les dirigeants banderistes en concluaient qu’ils devaient être tués », écrit Karel Berkhoff. « Quant aux Russes, ils étaient tout simplement à leurs yeux des Bolchevik, comme d’ailleurs quiconque possédait des livres en Russe ou savait parler la langue russe » écrit M. Berkhoff.

JPEG - 64.3 ko
Le ministère de Sergeï Lavrov s’est déclaré “indigné” cet après-midi par les déclarations du diplomate ukrainien. Photo : Kaïmork.

Une idéologie synthétisée aujourd’hui dans le mot d’ordre de Svoboda : « tabassons les youpins et les ruskoffs ».

Réagissant ce mardi, le Ministère russe des affaires étrangères s’est dit « indigné » par les propos de M. Sergeïev. « Par ces termes, le représentant de l’Ukraine à l’ONU offense la mémoire des Russes, des Polonais, des Juifs, et des citoyens d’autres nationalités victimes des atrocités commises par les collaborateurs ukrainiens des Nazis. Les preuves de ces faits abondent, et nous sommes prêts à permettre à M. Sergeïev d’en prendre connaissance » conclut la partie russe.

GGL

http://www.wiesenthal.com/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=lsKWLbPJLnF&b=4441467&ct=7922775#.UyDNMM4k-So