Non, ce qui se passe en Afghanistan n’est pas une « guerre des civilisations » ! – par Bruno Drewski

Après la débandade US en Afghanistan : notre ami Bruno Drweski réplique à Michel Rogalski dans « ‘Initiative communiste »

Non, ce qui se passe en Afghanistan n’est pas une « guerre des civilisations » !

Réponse de Bruno Drweski à un article de Michel Rogalski paru dans « Liberté », hebdomadaire du PCF-59

 Bruno Drweski, Maître de conférence HDR, INALCO, Paris

 Dans un entretien accordé par Michel Rogalski paru dans Liberté-Hebdo du 20/26 août, ce dernier constate que la défaite des Etats-Unis face aux talibans en Afghanistan change l’ordre international, ce à quoi on peut a priori souscrire. Ce qui surprend par contre, c’est son affirmation péremptoire que l’hyperpuissance US avec son complexe militaro-industriel, semble devoir désormais s’évanouir puisqu’il ne devrait plus y avoir « de grandes expéditions guerrières possible de la part des Etats-Unis », y compris en Amérique latine donc ? Pour ce qui est du Moyen-Orient, les jeux semblent définitivement faits car « Il n’y a plus aucune force pour s’opposer » à « l’islam radical (qui) s’est affirmé ». La Syrie laïque et victorieuse avec ses alliés semble donc avoir disparu, à moins évidemment de repousser, selon des critères essentialistes, les pays musulmans de « l’axe de la résistance » dans le même camp des « islamistes radicaux » que celui des pétromonarchies pro-occidentales, de leurs réseaux de mercenaires et de terroristes. Ce destin funeste devrait d’ailleurs être aussi le nôtre puisque « La France est dans la même situation vis à vis du Sahel aujourd’hui ». On remarquera au passage qu’Israël, qui joue tout de même un rôle majeur dans la fragilisation de la région et dans la généralisation des frustrations des populations musulmanes, est carrément oublié comme fauteur de guerre. Dès lors, la suite coule de source, exit la lutte des classes, exit l’impérialisme, la cause des conflits peut être réduite à un « choc de civilisations » car, Rogalski l’affirme : « Samuel Huntington prédisait qu’il n’y avait pas de guerre gagnable contre une autre civilisation  (…). Depuis vingt ans on a beaucoup assisté à de nombreux conflits de type civilisationnel ». Pour un « chercheur » se réclamant en principe du socialisme scientifique et de l’internationalisme, on croit rêver. Ce n’est même plus du marxisme à géométrie variable, c’est carrément de l’opportunisme rejoignant les conceptions essentialistes de la droite la plus réactionnaire et la plus rance.

« Islam radical » ou pillage impérialiste ?

Et pour enfoncer le clou, les conséquences de la défaite US devraient, selon l’auteur, entrainer des exodes de masse car « ce type de régimes radicaux va provoquer des mouvements de populations ». Les migrations seraient donc dues à ces régimes, et non aux d’intervention étrangère ni au pillage par le capitalisme mondialisé. On se demande dès lors si les masses d’Ukrainiens, de Baltes, de Syriens, de Bangladais ou autres Sénégalais et Marocains qui fuient vers l’Ouest ou vers le Nord, le font aussi à cause de l’« islam radical » et non pas à cause de la misère, des guerres et de l’absence de perspectives de développement endogène. Cerise sur le gâteau, des pays comme l’Iran, le Pakistan ou la Turquie « émergent de plus en plus du fait de l’absence des Etats-Unis ». Conclusion, « quand le chat n’est pas là, les souris dansent », et ces pays ne posséderaient aucune vitalité propre qui pourrait expliquer pourquoi ils « émergent ». Vision néocoloniale que l’on espère inconsciente ! Peu après les attentats du 11 septembre 2001, lors de la réunion du Conseil d’Orientation d’Espaces Marx, Michel Rogalski croyait sans doute pouvoir profiter de l’effet de surprise pour prolonger le communiqué d’un PCF alors en pleine « mutation » qui appuyait la réaction des « Etats-Unis et des dirigeants qu’ils se sont donnés ». Il prôna ouvertement à cette occasion une alliance des communistes avec les Etats-Unis pour combattre l’islam. Ce qui fut rejeté. Vingt ans plus tard, la même idée resurgit sous une forme plus habile, et elle trouve à s’affirmer dans un hebdomadaire qui se réclame d’une tradition anti-impérialiste!

Un monde sans perspective ou des possibilités de progrès ?

Le monde que nous promet Rogalski est donc sans aucune perspective progressiste puisque Etats-Unis, France, Russie, Chine, Pakistan, Iran,  Turquie « Chacun va avancer ses pions. Le problème c’est que ce sera sur le dos des populations », donc aucune lutte, aucune révolution, aucun progrès possible semble-t-il, les jeux sont faits. Rogalski a toutefois raison sur deux points, cette défaite de l’ensemble USA/OTAN est plus profonde encore que la défaite du Vietnam car on pouvait tenter de justifier cette dernière par la force du camp d’en face, alors soutenu par l’URSS, alors qu’en Afghanistan, il n’y a pas de camp d’en face… et pourtant, c’est la défaite. Et un autre grand perdant en Afghanistan, c’est bien l’Inde… ce qui permet toutefois à Rogalski de ne pas mentionner l’autre grand perdant, Israël, car on peut supposer que le processus d’ de l’Eurasie allant de l’Asie orientale jusqu’aux rivages syro-libano-palestiniens de la Méditerranée va peut-être s’accélérer si les talibans à la recherche de développement économique s’y insèrent, diluant du coup leur « radicalisme » au passage. 

Car, sans qu’il soit question de baisser la garde contre l’obscurantisme qu’ont favorisé partout la contre-révolution anticommuniste et l’unilatéralisme états-unien de moins en moins triomphant, peut-être existe-t-il des perspectives réelles et prometteuses de progrès dans une région débarrassée des armées impérialistes ?