Les USA veulent la guerre nucléaire : Trump sort du traité INF !

Le président américain Donald a annoncé samedi 21 octobre que les États-Unis décident unilatéralement de se retirer du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF  – Intermediate-range nuclear forces treaty, Le traité vise l’élimination de de croisière et de balistiques lancés depuis le sol et ayant une portée se situant entre 500 et 5 500 km, ces pouvant emporter des charges explosives conventionnelles ou nucléaires)

En 1987, à la suite de la crise des missiles Pershing, l’URSS et les États-Unis signent un pour restreindre le déploiement des missiles à capacité à courte et moyenne portée. Rappelons que l’Union Européenne,et notamment les régimes Kohl en Allemagne, Mitterrand en France, et Thatcher en Grande-Bretagne, soutiendront jusqu’au bout le déploiement des missiles Pershing et l’escalade vers la confrontation . À l’opposé, un large mouvement pacifiste, avec une importante participation communiste – à l’exception notable des eurocommunistes – se mobilisera pour la et le désarmement nucléaire. On se souvient aussi de l’action d’Olof Palme, premier ministre suédois, assassiné en 1987.

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, le faucon John Bolton s’est envolé samedi pour la Russie, afin, semble-t-il, de signifier officiellement à la Russie la fin du traité INF.

2010, Barack Obama et Dmitri Medvedev avaient signé un nouvel accord nucléaire, le Traité New START de réduction des armes stratégiques. Il arrivera à expiration en 2021 et pourrait ne pas être renouvelé par Donald Trump. À ce moment-là, souligne Malcolm Chambers, “nous pourrions nous trouver dans un monde où il n’existera plus aucune limite au développement des arsenaux nucléaires des États pour la première fois depuis 1972”.

Trump veut “développer ces armes” nucléaires

Sans fournir aucune preuve, le président des États Unis d’Amérique justifie sa décision de se retirer du traité INF pour développer ces missiles nucléaires de courte et moyenne portées, en disant que la Russie viole ce traité “depuis de nombreuses années”.

M. Trump a accusé la Russie de violer ce traité “depuis de nombreuses années”, sans fournir de preuve, devant des journalistes lors d’un déplacement à Elko dans l’État du Nevada (ouest). Il a assuré que son pays allait désormais “développer ces armes”.

Le retrait officiel des USA du traité INF est un pas franchi dans la course aux armements nucléaires et l’objectif des États-Unis et de l’OTAN d’obtenir une hégémonie de la menace nucléaire sur le globe. De fait, le lancement puis le déploiement du programme de bouclier anti-missile des États- Unis étaient déjà une violation potentielle du traité INF, puisqu’ils ont massivement déployé – en Europe notamment – des missiles à capacité d’emport de têtes nucléaires de moyenne portée, les missiles SM 3 du systèmes AEGIS  d’une portée d’entre 700 et 2500 kilomètres.

La Russie condamne la course aux armements dangereuses des USA et dénonce une tentative de chantage.

Le président du conseil des affaires étrangères de la Fédération de Russie, Konstantin Kosachev souligne que le retrait du traité INF n’est normalement possible que dans le cas de circonstances exceptionnelles, qui doivent être démontrées sous six mois. ” À ce jour, aucune des démarches formelles n’a été entreprise à cet effet, ce qui donne matière à considérer la déclaration de Trump comme une tentative de chantage plutôt que d’un acte légal”

L’agence chinoise Xinhua rapporte que Kosachev a averti que le possible retrait de Washington du traité pourrait impliquer le même retrait de ses alliés ce qui pourrait mener à la guerre. ” la situation est critique, et les menaces contre la paix s’élèvent à un niveau particulier”.

Kosachev a précisé que Moscou se tient prêt à répondre à tout mouvement concret des USA en violation du traité et que “la Russie dispose de toutes les technologies militaires pour cela et que sa réaction sera rapide”.

Le silence de l’Élysée et du quai d’Orsay en dit long. Comme si la France – puissance nucléaire théoriquement indépendante – n’existait plus. Il est vrai que le régime Macron est totalement vassalisé, à la botte des USA et d’un Trump qui se permet d’humilier Macron et ses pellicules lorsqu’il le reçoit à Washington.

L’ USA--OTAN menace la paix mondiale

N’importe qui regardant un carte du monde devrait s’interroger sur l’intérêt pour les États-Unis d’Amérique de développer des missiles nucléaires à courte et moyenne portée. Il n’est en aucun cas défensif. Sauf à ce que les USA se considèrent menacés par les armées du Canada et du Mexique, armées ne disposant pas de missile nucléaire tactique à courte et moyenne portée. Le développement de ces armes ne peut donc concerner qu’un déploiement offensif, en dehors du continent américain. En Europe, pour viser la Russie, et en Asie, pour viser la Chine ! Il s’agit donc clairement d’un mouvement belliqueux et offensif de l’impérialisme américain. Observons que l’Union Européenne est totalement silencieuse, même si l’OTAN à laquelle elle est totalement intégrée a immédiatement soutenu la décision dangereuse de Trump.

Pour une grande manifestation pour la paix et contre la venue de Trump à Paris le 11 novembre

La décision dangereuse et menaçante de Trump et des USA, soutenue par l’OTAN, doit motiver chaque personne soucieuse de défendre la paix, de passer à l’action et de se mobiliser. Le PRCF avait proposé dès le mois de septembre, une grande manifestation pour la paix le 11 novembre : une manifestation qui est désormais lancée et organisée par un très large collectif de mouvements politiques et associatifs.

Alors pour la paix, passons à l’action