Les communistes de Russie et la République populaire de Chine : la coopération nécessaire pour bâtir le futur…par Michel Aymerich

LE .C. RUSSE MET EN GARDE CONTRE LES TENTATIVES ÉTATS-UNIENNES DE SÉPARER LA DE LA CHINE

Il n’est pas nécessaire d’oublier le caractère capitaliste de la Russie post-soviétique, ni d’occulter les débats en cours sur l’expérience chinoise pour comprendre que les manœuvres diplomatiques nord-américaines visant à diviser le partenariat géostratégique russo-chinois sont tournées contre la paix mondiale et la souveraineté de tous les peuples. D’où l’intérêt de la déclaration du PCFR que nous publions, ci-dessous, précédée des commentaires du camarade Michel Aymerich.

Initiative Communiste

Je partage, après mes remarques introductives, le texte suivant :

«L’avenir de la Russie et de la Chine est dans l’amitié et la coopération globale ! » Déclaration du Présidium du Comité central du Parti communiste de la fédération de Russie (27 juillet 2020 20h10 – KPRF)

Poutine n’est pas communiste et quelles que soient, parfois, voire assez souvent, les qualités appréciables de ses prises de position internationales (sa politique intérieure est beaucoup plus contestable du point de vue des travailleurs), son pouvoir n’est pas l’expression du pouvoir collectif d’un parti communiste de Russie (et d’ à reconstituer). Loin de là.

En d’autres termes, les aspects relativement positifs qui peuvent s’exprimer à travers son pouvoir de type bonapartiste face aux velléités rapaces du capitalisme-impérialisme principal que sont les USA, comme aux velléités rapaces des autres pays du capitalisme-impérialisme (sans oublier le calendrier néo-ottoman de la Turquie d’Erdogan) risquent d’être perdus, une fois Poutine malade ou décédé.

Pour ces raisons et d’autres, liées aux intérêts des peuples qui composaient l’URSS, comme aux intérêts des masses populaires du monde entier, le retour au pouvoir d’État dans la fédération de Russie des communistes organisés en parti communiste de type léniniste avec un programme marxiste-léniniste est plus que souhaitable. Il est nécessaire.

La dissolution de l’URSS avait été refusée, lors d’un référendum tenu le 17 mars 1991, par 76,4 % des citoyens des diverses républiques qui l’a composaient. COMBIEN en France en ont-ils été informés? Poser la question, c’est y répondre…

En septembre de l’année dernière, je citais l’information suivante lors d’une conversation sur WeChat (réseau social chinois) reproduite dans le cadre d’un article publié sur mon blog [1].

« Avec 13 députés, contre cinq auparavant, les candidats communistes sont les grands gagnants de l’élection. [2]»

PEGOURET Jean y répondait:  « La progression des communistes à Moscou et pas des autres partis comme Yabloko ou Russie juste ou les Libéraux-Démocrates montre que :

1. Les partis soutenus par l’Ouest au nom de la « démocratie », notamment Navalny qui représente en fait moins que Besancenot en France, n’attirent pas les Russes au-delà d’une frange de bobos descendus manifester ces derniers temps.

2. La montée des communistes montre à l’inverse une nostalgie de l’URSS et de la protection sociale motivée certainement par la crainte de l’allongement de l’âge de départ à la retraite.

Poutine n’avait pas soutenu cette réforme des retraites. C’est le gouvernement dirigé par Medvedev qui l’avait portée. [3]»

Les communistes sont la principale force d’opposition à Moscou et à Saint Petersbourg (ex Leningrad), deuxième ville du pays. « La 3ème ville du pays et capitale de la Sibérie, reste dirigée par les communistes. Novossibirsk est la capitale scientifique, culturelle et industrielle de la Sibérie. [4]»

« Initiative communiste », journal du Pôle de Renaissance Communiste en France, rappelle pertinemment la situation de l’information dans notre pays soumis à une désinformation multiforme des médias du CAC 40 :

« Vous n’en entendrez jamais parler en France mais la principale force d’opposition à Poutine en Russie c’est le parti communiste, et non les ultralibéraux au service des impérialismes occidentaux, à l’image de Navalny. Ce dernier n’existe d’ailleurs essentiellement que par le soutien médiatique occidental. [5] »

Le retour des communistes au pouvoir en Russie assurerait la continuité dans la durée des bonnes relations avec la République populaire de Chine.

Par ailleurs l’exemple de la direction par le Parti communiste chinois d’une économie où coexistent différentes formes de propriété – notamment la propriété socialiste d’État et la propriété capitaliste politiquement subordonnée – garantirait des succès économiques qui rendraient les deux pays engagés sur la voie de la construction du socialisme au sens marxiste du terme largement invincibles face aux velléités contre-révolutionnaires initiées par le capitalisme-impérialisme décadent à tous égards.

NOTES

[1] AYMERICH Michel, «Démocratie » ou dictature ? Un piège sémantique et politique…http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2019/09/democratie-ou-dictature-un-piege-semantique-et-politique-61.html

[2] http://decouverte.challenges.fr/monde/europe/elections-en-russie-revers-majeur-pour-vladimir-poutine_673461#xtor=CS1-93-20190909&xts=562191

[3] AYMERICH Michel, « Démocratie » ou dictature ? Un piège sémantique et politique… Ibid.

[4] https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/russie-le-parti-communiste-en-forte-progression-aux-elections-locales-premiere-force-dopposition-a-poutine/

[5] Ibid.

Source : http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com

KPRF: Coopérer avec la Chine

L’avenir de la Russie et de la Chine est dans l’amitié et la coopération globale ! Déclaration du Présidium du Comité central du Parti Communiste de la Fédération de Russie.

27 juillet 2020 20h10 – KPRF

Le Présidium du Comité central du Parti Communiste de la Fédération de Russie a publié une déclaration soulignant que notre pays ne devrait pas répéter les erreurs précédentes et n’a pas le droit de devenir une monnaie d’échange dans les jeux géopolitiques des États-Unis, qui ont ouvertement déclaré le désir de Washington d’entraîner la Russie dans une confrontation avec la Chine. Red Line publie le texte du document.

L’administration Donald intensifie rapidement sa politique de lutte contre le développement de la Chine socialiste. Cela se déroule dans le contexte d’une crise mondiale qui s’aggrave, d’une pandémie croissante de coronavirus et de l’approche des élections présidentielles aux États-Unis. Les mesures visant à saper l’économie et la stabilité politique en RPC se multiplient rapidement. Les instruments du «soft power» ont montré une faible efficacité dans la lutte contre Pékin. Mais Washington n’a pas emprunté la voie d’un large dialogue et d’une coopération. Au contraire, il accroît son agressivité en direction de la Chine.

Pendant de nombreuses années, les stratèges américains ont concentré leurs forces sur les tentatives de saper l’intégrité territoriale et d’affaiblir l’économie chinoise. Les États-Unis ont subi une série d’échecs pour secouer la situation dans les régions autonomes ouïgoures du Xinjiang et du Tibet, dans les régions administratives spéciales d’Aomen et de Hong Kong. Washington a reçu une rebuffade appropriée lors de ses provocations à Hong Kong. Les tentatives pour saper le pouvoir de la Chine en imposant des droits de douane élevés contraires aux règles de l’OMC n’ont rien donné. La discrimination à l’encontre de Huawei et d’autres entreprises chinoises n’a pas plus obtenu de résultats.

À ce stade, la politique des «faucons» à l’égard de la RPC a pris le dessus à Washington. Ils ont commencé à crier de plus en plus fort et à faire de plus en plus souvent des déclarations belliqueuses. Le Parti communiste chinois a été déclaré “l’une des principales menaces” à l’existence des États-Unis.

Dans une tentative d’entraîner le monde dans une nouvelle «guerre froide» et de préserver leur hégémonie, les dirigeants américains sont prêts à de nouvelles provocations et aventures. Le 23 juillet, le secrétaire d’État et ancien directeur de la CIA, , a annoncé ouvertement la volonté de Washington d’entraîner la Russie dans une confrontation avec la Chine. Cette possibilité, a-t-il dit, découle de la «relation naturelle» entre Pékin et Moscou. Et ces astuces sournoises ne peuvent être sous-estimées.

En ce qui concerne la Chine, les États-Unis suivent la même logique qui a été utilisée pour détruire l’Union soviétique. Comme à l’époque, l’image d’un ennemi est façonnée à partir d’un pays qui est devenu une «menace mortelle pour le monde libre». Le discours de Pompeo à la bibliothèque présidentielle Richard Nixon est une copie du discours de Churchill à Fulton. Maintenant les États-Unis appellent à une croisade contre la RPC.

«Si le monde libre ne change pas la Chine communiste, alors la Chine communiste nous changera sûrement», proclame le chef de la diplomatie américaine. “Le monde libre doit triompher de la nouvelle tyrannie!” Dans le même temps, Pompeo appelle à la création d’une «alliance d’États démocratiques» et commence à y entraîner la Russie. Selon lui, si Washington et Moscou apportent ensemble des réponses aux «grands défis stratégiques», le monde «peut devenir plus sûr».

Cette proposition est extrêmement dangereuse et destructrice. Cela conduit à une tension internationale accrue et à une accélération de la course aux armements. Dans le même temps, l’objectif est d’enfoncer un coin dans le partenariat stratégique et les liens amicaux entre la Fédération de Russie et la République populaire de Chine.

L’initiative américaine de l’alliance mondiale anti-chinoise est due au fait que les États-Unis sont incapables de faire face seuls à la RPC. Dans le même temps, la structure lâche de l’OTAN ne convient pas à de telles fins. Un certain nombre de pays européens coopèrent activement avec la RPC sur le plan économique, et la confrontation avec Pékin n’est pas rentable pour eux. De plus, sans la participation de la Russie à cette alliance criminelle, il est tout simplement impossible de mettre en œuvre la politique d’isolement de la Chine.

Récemment, les autorités américaines ont révélé de plus en plus leur vrai visage, défiguré par l’anticommunisme, la russophobie et la colère anti-chinoise. La Maison Blanche reproduit avec agressivité les pires exemples de sa politique belliqueuse. Les peuples du monde n’ont pas le droit d’oublier les aventures de l’impérialisme américain en Corée et au Vietnam, en Yougoslavie et en Irak, en Afghanistan et en Libye. Parmi les dernières victimes figure le peuple ukrainien, livré aux mains des forces les plus réactionnaires, et la population du Donbass, victime d’un massacre brutal et d’une existence à moitié affamée.

La rage croissante des mondialistes est compréhensible. La Chine, sous la direction du Parti communiste, continue de construire avec succès le socialisme. Le pays surmonte avec confiance les conséquences de la pandémie de coronavirus. Contrairement à la plupart des grands États, l’économie de la RPC restera à un niveau positif d’ici la fin de l’année. Les dirigeants chinois montrent à la planète entière comment éradiquer l’extrême pauvreté et développer la haute technologie. Pékin a toutes les chances de prendre une position de leader dans l’économie mondiale, dans le développement scientifique et technologique, dans le domaine de l’innovation.

Le modèle de relations internationales proposé par la Chine devient également plus attractif. Il n’y a pas de place pour les vices du mondialisme avec ses terrifiantes inégalités, sa confrontation croissante et l’expansion mondiale des colonialistes nouvellement arrivés. Le concept du président de la République populaire de Chine Xi Jinping de la “Communauté du destin commun de l’humanité” contient des principes extrêmement prometteurs de coopération égale entre les peuples pour le bien commun.

Le Parti communiste se félicite du fait que la Russie et la Chine se sont tendu avec confiance la main de l’amitié et d’une coopération étroite. Le chiffre d’affaires croissant du commerce et les projets communs à grande échelle, l’unité de vues sur les événements clés de l’histoire du monde, la victoire commune sur le fascisme allemand et le militarisme japonais, la similitude des évaluations des événements et des phénomènes de la politique internationale – ces fils forts ont étroitement lié nos pays.

Le Parti communiste joue un rôle central dans l’avancée rapide de la Chine. Fidèle à la cause du socialisme, le PCC évalue avec précision les défis et les menaces et leur apporte des réponses convaincantes. Le Parti communiste a toujours contribué à renforcer les relations entre les deux pays. Nos liens interpartis avec le PCC visent à rapprocher les deux peuples, à renforcer la sécurité et à harmoniser les relations internationales. En décembre 2019, ces aspirations communes ont été renforcées par la signature d’un nouveau protocole de coopération entre nos partis.

La voie de développement de la civilisation mondiale que propose la RPC n’est pas une menace pour les peuples, mais pour les impérialistes, avec leurs appétits d’exploiteurs et de prédateurs. Dans leurs attaques agressives contre la Chine, ses ennemis n’hésitent pas à faire quoi que ce soit. Ils lancent une campagne de calomnie, mènent des guerres commerciales, cherchent à fomenter le séparatisme et à embrouiller la RPC avec les pays voisins.

Visiblement, les stratèges américains sont prêts à attribuer un rôle particulier à notre pays dans leurs plans insidieux. Ils essaieront de rompre la relation entre Moscou et Pékin, promettant des avantages pour la Russie d’un changement d’orientation géopolitique. Le KPRF a des raisons d’être alarmé, et il n’y a aucune certitude que les cercles oligarchiques russes ne vacilleront pas. Les positions des disciples d’Eltsine aux plus hauts échelons du pouvoir, dans l’économie et la finance, dans la politique et les médias sont toujours très fortes. Leur lien étroit avec le “comité régional de Washington” est indiqué par l’ampleur des sorties de capitaux, des “scandales offshore” réguliers et des actifs de plusieurs milliards de dollars des sacs russes à l’étranger. Pour ce public, le «virage vers l’Est» officiellement proclamé n’est qu’une manœuvre temporaire. Ils associent leur avenir et leur progéniture au “paradis occidental”.

Le Parti communiste est favorable au renforcement du partenariat stratégique entre la Russie et la Chine. Nous sommes sûrs que derrière les douces promesses de Washington se cachent des plans dangereux et perfides. Brouiller Moscou et Pékin signifie nous briser un par un. Pour l’élite mondialiste, désireuse de perpétuer sa domination, nos pays représentent des obstacles majeurs. Elle continuera à étouffer de façon maniaque la Russie avec son potentiel militaire et ses énormes ressources, que la capitale mondiale rêve de reprendre. Elle détruirait volontiers également la Chine en tant que concurrent faisant un bond en avant puissant, devenant le moteur de la croissance économique mondiale.

Pour Washington, renvoyer nos pays “sur des côtés opposés du ring” signifie affaiblir chacun d’eux. Pour les mondialistes, c’est une façon de réaliser les plans les plus sombres. En cas de succès, l’Asie centrale pourrait éclater. Le Moyen-Orient pourrait devenir un grand point chaud. L’Extrême-Orient peut devenir une zone de conflits aigus … Le capital ne s’arrêtera à aucun crime pour préserver sa domination et ses profits.

La Russie a ses propres intérêts nationaux. Le Parti communiste de la Fédération de Russie en est sûr : nous n’avons pas besoin d’aides momentanées de l’Occident, mais du renforcement des relations stratégiques avec tous ceux qui luttent pour la paix et le progrès social. Pour nous, la relation d’amitié et de partenariat avec la Chine est une opportunité de développer conjointement l’économie et la technologie, de renforcer la paix et la sécurité et de protéger notre souveraineté face à toute menace.

Nous sommes convaincus des perspectives d’approfondissement de la coopération stratégique avec Pékin. Elle est basée sur les réalités économiques et politiques et a une base historique solide. Le renforcement de nos liens nous permettra d’atteindre un nouveau niveau de relations sans précédent et garantira le développement souverain des deux États. Nous sommes tous extrêmement intéressés par la lutte efficace contre l’anticommunisme et l’anti-soviétisme, la russophobie et l’hystérie anti-chinoise.

Les stratèges de Washington sont prêts à entraîner notre pays dans la fameuse «alliance des démocraties». Pour cela, ils peuvent promettre tout ce qu’ils veulent: de la levée des sanctions aux préférences. Nous ne pouvons pas exclure que la coïncidence dans le temps du discours anti-chinois de Pompeo avec la conversation téléphonique entre Poutine et Trump n’est pas accidentelle. Nous espérons que le président Poutine est bien conscient du caractère aventureux de telles propositions.

L’expérience historique de la destruction de l’Union soviétique prouve que les promesses d’outre-mer ne sont pas fiables. Il est impensable de mettre ces promesses éphémères à la même échelle avec l’approfondissement de la coopération entre la Russie et la Chine, les autres pays BRICS et OCS, et le renforcement de l’intégration eurasienne. Pour notre pays, succomber aux convictions américaines équivaut à trahir ses propres intérêts. Mais c’est précisément le but de la «cinquième colonne». Elle n’est pas gênée par l’expulsion massive de diplomates russes, ni par la saisie de biens russes aux États-Unis, ni par le gonflement des listes de fonctionnaires et de députés russes interdits d’entrer en Occident, ou par toute une série de sanctions diverses.

La Russie ne doit pas répéter ses erreurs précédentes et n’a pas le droit de devenir une monnaie d’échange dans les jeux géopolitiques américains. Les Russes, les Chinois et tous les peuples ont le droit de suivre la voie du développement souverain, de se fixer des objectifs prometteurs et de les atteindre avec confiance!

L’avenir des peuples est dans l’amitié et la coopération globale !

, Président du Comité central du Parti Communiste.

Commentaire de lecteur “Les communistes de Russie et la République populaire de Chine : la coopération nécessaire pour bâtir le futur…par Michel Aymerich

  1. SNOWDEN
    4 août 2020 at 22:33

    On pourrait aussi parler de l’explosion de la technologue chinoise qui, partie de rien il y a 30 ans, est devenue N°1 mondial avec Huawei, TIK-TOK, etc…, que Trump veut interdire aux USA et en Europe, officiellement pour des raisons d’espionnage (j’avais cru comprendre au contraire grâce à SNOWDEN que ce sont les GAFAM US qui espionnent toutes nos données personnelles en temps réel et en permanence, mais justement la CIA ne peut pas espionner TIK-TOK et HUAWEI…) mais à mon avis la vraie raison est l’avance technologique foudroyante qu’a acquise la Chine communiste grâce à une politique industrielle puissante à très long terme grâce aux investissements massifs en R&D de l’Etat communiste Chinois, tel que la pratiquait la France sous De Gaulle, avec Plan quinquennal dans les Télécom, le nucléaire, les TGV, le spatial, l’aréonautique, la R&D dans le domaine de la santé (Médicaments, Vaccins, etc..).
    C’est ce qui permet à Huawei par exemple d’avoir 10 ans d’avance dans la 5G au moment où Nokia crucifie la R&D d’Alcatel en France, et de devenir N°1 mondial pour la vente de Smartphones devant Apple et Samsung Quant à Ericsson lui a été condamné en 2019 à 1 milliard d’amende par la Justice américaine pour corruption. Mais le Justice américaine est le bras armé du gouvernement US grâce au dollar pour faire rentrer dans le rang yankee les entreprises trop indépendantes (BNP Paribas a dû ainsi payer plusieurs milliards d’amende, on se demande encore bien pourquoi, et cette pression impérialiste a « convaincu » le gouvernement français à vendre la branche énergie, aves les turbines nucléaires et le nucléaire militaire, à General Electric, groupe US., Macron, Ministre de l’économie d’Hollande, était à la manœuvre comme pour la vente d’Alcatel à Nokia..
    Contrairement à ce que dit le maire de Grenoble, la 5G est certainement la plus grande rupture technologique depuis 50 ans dans le monde des télécoms et grâce à Trump, à sa Chloloquine (le Pr Raoult a dit en dehors de la Chloroquine, des choses très pertinentes sur la Chine et sa R&D en matière de lutte contre les maladies infectieuses et sur ce qui caractérise les pays les plus atteints par le COVID 19 dans le monde) et à ses gargarismes d’eau de javel, nous avons pris le mauvais train (Trump clamais il y a 6 mois qu’Apple allait pouvoir déployer la 5G aux, USA, Apple qui a dû être très surpris de devenir un équipementier réseau de la 5G….la 5G ne s’improvise pas à coups de tweet).
    Et Orange a cédé à Trump ce qui va faire perdre beaucoup d’argent et de temps pour la 5G.
    On en est là hélas….