Irak, Syrie : Dangereuse, ruineuse et contraire au droit international, la conférence de Paris n’a aucune légitimité

LOGO-PRCF+INI du secrétariat politique du à propos de la « coalition de Paris », 16 septembre 2014

“L’impérialisme a la rage ». Le Lien, organe du PADS

contremaitre de l’impérialisme mondial

Posant dérisoirement au chef de guerre pour faire oublier son pitoyable naufrage dans la gestion de la France, Hollande appelle à une nouvelle croisade contre le djihad. C’est en effet à Paris que, pour le plus grand déshonneur de notre pays, se tient la soi-disant conférence internationale décidée par Washington pour habiller sa nouvelle guerre au Proche-Orient aux couleurs de la prétendue « communauté internationale ».

  • Comme si ce n’était pas le blocus, puis l’invasion états-uniens de l’, qui avaient détruit ce pays, disloqué ses frontières et créé les conditions d’une guerre civile intercommunautaire à prétexte religieux en ouvrant la voie au djihadisme sanguinaire payé et commandité par les Pétromonarchie vassales de Washington.
  • Comme si ce n’était pas l’ingérence flagrante des U.S.A. et de la diplomatie « française » pilotée par Fabius qui avait déstabilisé la Syrie en favorisant les manigances du Qatar, dont les milieux d’affaires français sont de plus en plus proches.
  • Comme si ce n’était pas l’agression de Sarkozy (approuvée par le PS) contre la Libye souveraine, puis contre le Mali, qui avait ouvert un boulevard aux intégristes et aux mafieux dans toute une partie de l’Afrique.
  • Comme si des actions exterminatrices peu différentes en leur principe de celles de « l’Etat islamique au Levant » (sic) n’avaient pas été commises par « Tsahal », avec la bénédiction du camp euro-atlantique et de Hollande lui-même, à l’encontre de la population civile de Gaza : tirs sur des écoles, sur des sites de l’O.N.U., arasement de quartiers entiers, assassinats de dirigeants palestiniens élus par la population, utilisation de boucliers humains, etc.
  • Comme si les forces euro-atlantiques, France hollandienne en tête, ne soutenaient pas actuellement en Ukraine un régime de putschistes pronazis qui opprime les russophones, interdit le P.C. ukrainien, courtise les antisémites, encense les anciens S.S. ukrainiens de la division Das Reich, bombarde les villes ouvrières du Donbass et cherche la bagarre, avec l’appui de l’O.T.A.N., contre la seconde puissance nucléaire mondiale, la Russie, en créant les conditions d’un futur conflit atomique pan-destructeur.

Aujourd’hui, Hollande vend la mèche quand il explique que la « coalition » va « armer l’opposition démocratique » en Syrie. En clair, le vrai but de guerre de la « coalition » sera de renforcer le régime fantoche installé à Bagdad  par Washington; en Syrie, le but de guerre inavoué sera d’inverser les résultats du conflit syrien qui a vu Damas défendre la souveraineté syrienne en refoulant l’insurrection armée par l’Occident et les Pétromonarchies : il ne serait pas étonnant d’ailleurs qu’au cours du conflit, certaines bombes visant l’EIL frappent par malchance les conseillers russes en Syrie (comme on avait vu les bombes de l’O.T.A.N. frapper l’ambassade chinoise à Belgrade pendant la guerre des Balkans).

En fait, le but de l’expédition orchestrée par Hollande et par ses maîtres U.S. n’est pas d’abattre les égorgeurs de l’E.I.L. mais de venger la DEFAITE subie par les insurgés pro-occidentaux face à la riposte nationale du peuple et de l’Etat syriens ; il s’agit en fait pour Obama-Hollande-Cameron-Merkel d’imposer leurs hommes à Damas en renversant un régime fort critiquable certes, mais dont le « tort » principal est de demeurer laïque, national et allié à la Russie. Le moment venu, s’il s’en sent la force politico-militaire, le cynique Oncle Sam suscitera, avec l’aide de Fabius, une coalition « syrienne » de tous les opposants armés, djihadistes inclus, pour installer à Damas un régime tribal mettant fin à l’existence de l’Etat syrien : c’est déjà ce qui s’est déjà passé, mutatis mutandis, à l’issue de la guerre en Libye, où les buts de guerre « humanitaires » proclamés à l’usage des gogos ont été grossièrement bafoués. Or partout, de la Somalie à l’Erythrée, de l’Afghanistan à l’Irak, de la Libye au Soudan-Sud, cette politique d’ingérence et de manipulation a aggravé le sort des populations. Bref, terrible est la responsabilité du P.S., traître à Jaurès et au peuple français, qui feint à nouveau de croire que l’impérialisme peut régler les problèmes des peuples ; car s’en remettre à l’Oncle Sam et à son caniche hollandien pour « sauver les peuples », c’est prier les pyromanes d’éteindre lincendie qu’ils ont allumé, c’est demander au Frankenstein euro-atlantique d’amadouer les créatures sauvages, intégristes de toutes confessions, néonazis, etc. qu’il finance pour désosser les Etats constitués et créer les conditions d’une mondialisation rampante des guerres !

Preuve éclatante de l’hypocrisie de cet « armement de l’opposition démocratique syrienne » fomenté par Washington et Paris, la France hollandienne, « humaniste », a pour 1er débouché militaire commercial le régime féodal d’Arabie saoudite (où l’on décapite, où l’on tranche publiquement les mains, etc. sans que cela n’émeuve nos « grands journalistes* ») ; et c’est bien le régime de Riyad, nanti d’armes fabriquées chez nous, qui a envahi le Bahreïn et qui a noyé dans le sang la révolution démocratique du Bahreïn (* voire les statistiques ci-dessous) !

Par ailleurs, la coalition appelée par le « normal-impérialiste » Hollande bafoue grossièrement le droit international. L’engagement servile de l’Elysée dans cette aventure néocoloniale annule aux yeux du monde entier la position honorable qui fut celle de notre pays en 2003 quand le gouvernement Chirac-Villepin avait refusé – pour des raisons qui ne sont pas toutes désintéressées, certes ! – d’engager la France dans la « coalition » anti-irakienne mise en place par Bush en violation du veto de l’O.N.U.

Non seulement la « grande coalition » de Paris désavoue l’action passée de Paris, mais elle signe l’arrêt de mort de l’O.N.U., humiliée avec la complicité de ses dirigeants, ainsi que l’enterrement par la France, son pays d’origine, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et l’existence même d’un droit international. C’est un nouveau coup porté à la souveraineté de la France, un nouveau pas vers la décomposition programmée de notre pays dans cette U.E. transatlantique qui strangule les pays européens et tend belliqueusement à s’étendre en Ukraine, dans le Caucase, au Proche-Orient, en Afrique, etc. Redisons-le : de même que l’impérialisme est l’ennemi principal des peuples, l’impérialisme français est l’ennemi principal des travailleurs, de la nation et du peuple français.

Enfin, il y a tout à craindre des mesures qui vont être adoptées au Parlement en accompagnement de la guerre en cours de lancement. Avec le social-réactionnaire Valls au pouvoir, alors que B. Obama a maintenu sans états d’âme le centre de tortures étatsunien de Guantanamo, alors que la Toile est déjà mondialement espionnée par la N.S.A., les « mesures antiterroristes » prises par les Etats impérialistes puissent en rien améliorer la sécurité des Français seront utilisées pour FLIQUER davantage la population, les quartiers pauvres et le mouvement anti-impérialiste.

Cela ne signifie évidemment pas qu’il faille avoir la moindre indulgence pour les égorgeurs du prétendu E.I.L., y compris pour ceux qui sont d’origine française ; cela signifie que nous devons exiger, y compris pour tarir le recrutement de desperados fanatiques dans notre pays :

  • Que la France officielle cesse de s’ingérer dans les affaires des pays du Proche-Orient, de la Syrie, de la Libye, du Mali, etc. ; HOLLANDE, AU LIEU D’AGGRAVER L’AUSTERITE CHEZ NOUS et d’INCENDIER LES PAYS ETRANGERS, UTILISE L’ARGENT DES IMPOTS pour REDUIRE LE CHOMAGE, LA PRECARITE, LA PAUVRETE et le MAL-LOGEMENT EN FRANCE même ! Car les guerres impérialistes ne sont que le prolongement extérieur de la guerre sociale menée par Valls-MEDEF et par l’U.M.P. contre le mouvement ouvrier et populaire.
  • Qu’il faut dénoncer encore plus fort les crimes de guerres de l’Etat d’Israël, dont l’agressivité sans bornes est un foyer permanent de violence et de haine entre les peuples.
  • Que les communistes, les syndicalistes, les internationalistes, les patriotes véritables qui veulent revenir aux principes de 1789 doivent renforcer leur unité d’action contre les guerres. Sans attendre, multiplions les rassemblements unitaires devant les préfectures et sous-préfectures en disant NON A TOUTES LES GUERRES DE HOLLANDE, de l’U.E. et de l’O.T.A.N., DISSOLUTION de l’ALLIANCE ATLANTIQUE, NON à l’ EURO-AUSTERITE, l’argent public pour sauver les acquis, pas pour frapper la Syrie ! PLUS QUE JAMAIS LA DEFENSE DE LA PAIX MONDIALE EST INSEPARABLE DU DROIT DES PEUPLES A DISPOSER D’EUX-MEMES !

*La décapitation d’Occidentaux par les monstres sadiques de l’EIL soulève le cœur. Mais pourquoi nos spécialistes médiatiques ès droits de l’homme n’ont-ils pas dit un mot quand un fils de Khadafi a été dépecé par les « libérateurs » soutenus par l’Occident, avant d’être exécuté sommairement ?

 

Nous reproduisons la note suivante

Armement : Arabie Saoudite, Singapour et Maroc, meilleurs clients de la France en 2013

Michel Cabirol  |  10/09/2014, 15:00

Arabie Saoudite (1,92 milliard d’euros), Singapour (651,3 millions) et Maroc (584,9 millions). Voici les trois meilleurs clients des industriels de l’armement français en 2013. L’an dernier, ils ont cumulé à eux trois près de la moitié des exportations d’équipements militaires français (3,15 milliards) sur un total de 6,87 milliards d’euros de prises de commandes, qui ont explosé de 43 % en 2013 (4,8 milliards). Huit contrats d’un montant de plus de 200 millions ont été gagnés en 2013 (contre 3 en 2012). Soit un pactole de 2,82 milliards d’euros. Une performance qui permet à la France de rester au quatrième rang des exportateurs mondiaux d’armements, selon le rapport 2014 au Parlement sur les exportations d’armement de la France.

Par ailleurs, l’an dernier, la France a livré pour 3,8 milliards d’armements, dont 924 millions au Proche et Moyen-Orient. Des livraisons stables sur les cinq dernières années (3,3 milliards en 2012, 3,7 milliards en 2011, 3,7 milliards en 2010, 3,7 milliards en 2009).

Quinze pays ont commandé plus de 100 millions à la France

Outre les trois premiers clients de la France en 2013, douze autres pays ont acheté du matériels français pour plus de 100 millions d’euros : Indonésie (480 millions), Brésil (339 millions),  Émirats Arabes Unis (335,2 millions), Ouzbékistan (208 millions), Inde (180 millions), Bolivie (161 millions), Qatar (124,9 millions), États-Unis (125,2 millions), Allemagne (115,3 millions), Malaisie (108,9 millions), Chine (107,8 millions) et Oman (104,1 millions). A noter que les exportations vers la Chine de matériels duals restent stables par rapport aux années précédentes (114,3 millions en 2012, 93,7 millions en 2011, 109,8 millions en 2010).

Selon une étude d’impact réalisée par le ministère de la Défense, le conseil des industries de défense (Cidef) avec le cabinet McKinsey & Co, environ 40.000 emplois en France sont concernés par les ventes d’armes à l’exportation, auxquels s’ajoutent 10.000 emplois indirects chez les fournisseurs. “Dans une France frappée par le chômage et menacée de désindustrialisation, ces 50.000 emplois sont d’une importance vitale”, a souligné mardi le ministre, Jean-Yves Le Drian. Sans les exportations d’armements, “le déficit de la balance commerciale aurait été de 5 à 8 points plus élevé chaque année” sur la période 2008-13, selon cette étude.

Pour Jean-Yves Le Drian, les opérations militaires “nombreuses, difficiles” dans lesquelles la France est engagée, notamment en Afrique, “font pleinement partie de cette dynamique” des exportations, en démontrant “la puissance et la fiabilité” du matériel issu de l’industrie de défense. Il s’est également félicité de l'”état d’esprit d’action en commun” des industriels français, évoquant “l’équipe de France des exportations d’armement”.

Arabie Saoudite dépasse le milliard de commandes

Pour la première fois depuis 2007 (1,1 milliard), Ryad a commandé à la France pour plus d’un milliard d’euros d’armements. Le contrat qui pèse le plus en Arabie Saoudite et d’une façon générale dans le bilan des commandes françaises, est bien sûr LEX (Life Extension Sawari 1), la modernisation de quatre frégates et de deux pétroliers ravitailleurs de la marine saoudienne d’un montant de 1,1 milliard. A cette commande de DCNS, il faut rajouter un premier contrat engrangé par le groupe naval pour la modernisation de trois frégates Sawari 2 (programme ERA) d’un montant de 150 millions.

Par ailleurs, MBDA a conclu plusieurs contrats avec le royaume. Le missilier européen a vendu des missiles sol-air VL Mica à la Garde nationale, l’armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah (150 millions d’euros) ainsi que des Mistral, un missile surface-air de très courte portée. Surtout, le missilier a vendu un nouveau lot de missiles de croisière Storm Shadow (environ 500 millions), fabriqués en France.

2 Commentaires de lecteur “Irak, Syrie : Dangereuse, ruineuse et contraire au droit international, la conférence de Paris n’a aucune légitimité