États-Unis : “Seule la lutte des classes peut résoudre les contradictions de classe” – World Workers Party

Alors que la situation se tend aux États-Unis où Donald Trump semble prêt à tout pour se maintenir à la Maison Blanche, la mobilisation populaire ne faiblit pas pour faire entendre une revendication simple mais qui ne va pas de soi dans le pays centre de l’impérialisme capitaliste : “une personne, une voix”. Quelle que soit sa couleur de peau ou sa richesse. Une revendication en contradiction avec la nature de classe et profondément raciste des États-Unis d’Amérique. Les camarades américains du World Workers Party ont adressé à Initiative Communiste via la commission internationale du PRCF une tribune de l’ancienne candidate communiste à la présidentielle américaine Monica Moorehead pour informer de ce qui se passe aux États-Unis, lançant un message simple, “Seule la peut résoudre les contradictions de classe”, appelant à ne pas se faire d’illusion quant au duo qui se joue entre Trump et Biden.

Traduction depuis l’anglais, JBC pour www.initiative-communiste.fr


Quel que soit le résultat des élections, seule la mobilisation populaire mettra fin au racisme et à la terreur policière.

Alamance County sheriff deputies gazent aux lacrymogènes les militants et leurs enfants le 31 octobre 2020 durant une manifestation pour défendre le droit de vote à Graham en Caroline du Nord.

Le 2 novembre CNN rapporte qu’un nombre record de plus de 95 millions d’électeurs ont déjà voté dans la course à la présidence à ce jour. Ce chiffre représente déjà au moins 70 % des 139 millions de votes exprimés lors de l’élection de 2016, ce qui garantit un nombre de votes record d’ici le 3 novembre et le pourcentage le plus élevé d’électeurs éligibles depuis plus d’un siècle.

Les électeurs parcourent des centaines de kilomètres et font de longues files d’attente pendant des heures, bravant le vent et la pluie, portant des masques et se distançant dans les bureaux de vote, en espérant que leur vote sera compté en temps voulu.

Il ne fait aucun doute qu’un nombre sans précédent de ces votes ont été exprimés par des Afro-Américains, en particulier en Géorgie, en Caroline du Nord et dans d’autres États du Sud, ainsi que dans les zones urbaines, où les Noirs résident en nombre important et disproportionné. Il y a des raisons politiques et historiques qui expliquent pourquoi le vote est pris si au sérieux par les Noirs.

La principale base sociale du Parti démocrate est constituée par les Afro-Américains, en particulier depuis que les masses noires du Sud ont légalement obtenu – par une lutte de masse – le droit de vote en vertu de la loi sur le droit de vote de 1965, adoptée par le gouvernement fédéral. Mais l’exercice de ce droit démocratique fondamental a été constamment menacé.

Depuis l’adoption du Grand Compromis de 1877 – qui a violemment privé les Noirs autrefois asservis de tout droit démocratique obtenu au cours de la période radicale de reconstruction après la guerre civile – la suppression du droit de vote n’a jamais été aussi ouvertement encouragée et instituée qu’aujourd’hui, avec la bénédiction vocale de l’administration Trump.

Ceux qui ont un casier judiciaire ont soit perdu à jamais leur droit de vote, soit dû recourir à de nombreuses manœuvres juridiques pour le récupérer. Avec l’appel raciste pro-flic et anti-immigrés de Trump à sa base de milices armées, néo-fascistes et de droite travaillant main dans la main avec la police, des Noirs et d’autres personnes considérées comme des partisans du ticket /Kamala Harris ont été physiquement menacés ou même attaqués pour avoir tenté de voter ou de promouvoir le vote.

Ces attaques sont signalées dans tout le pays. Par exemple, à Graham, N.C., des manifestants noirs, dont des enfants de trois ans à peine, ont été sauvagement attaqués par la police au gaz poivré le 31 octobre lorsque, alors qu’ils se dirigeaient vers les bureaux de vote, ils se sont arrêtés pour protester devant un monument confédéré. Certains ont été arrêtés.

La violence policière s’intensifie

Le gouverneur de Pennsylvanie, Tom Wolf, a envoyé la Garde nationale à Philadelphie pour imposer un couvre-feu à la suite du meurtre par la police d’un homme noir de 27 ans, Walter Wallace Jr, qui a été abattu de plusieurs balles devant sa maison. Sa mère avait appelé une ambulance pour son fils, qui avait des antécédents de maladie mentale, mais la police est arrivée à la place et l’a exécuté en plein jour. Wallace est le dernier ajout à la liste tragique de près d’un millier de personnes tuées jusqu’à présent par la police en 2020.

Plusieurs heures après la fusillade de Wallace, une jeune mère, Rickia Young, a vu sa voiture encerclée par la police de Philadelphie alors qu’elle tentait de quitter une zone où se déroulait une manifestation. Elle et son neveu adolescent ont ensuite été battus par la police alors que son fils de 2 ans était assis dans son siège de voiture. Malgré les nombreuses arrestations et l’appel de la Garde nationale, les militants communautaires et politiques ont maintenu une forte présence dans les rues pour demander justice pour Walter Wallace, quelques jours avant l’élection.

Un autre signe inquiétant de la répression raciste de l’État à Philadelphie a été l’arrestation totalement injustifiée par le Bureau fédéral d’investigation de Ant Smith, un leader de la coalition REAL [Racial, Economic and Legal] Justice de Philadelphie. REAL Justice a été formée pour défendre la question des vies noires en luttant contre toutes les formes de répression raciste. Un appel national est lancé sur les médias sociaux et dans les rues pour réclamer la liberté de ce militant noir dynamique et l’abandon de toutes les fausses accusations portées contre lui.

Il est très difficile de séparer tous ces événements à Philadelphie de l’atmosphère répressive générale qui prévaut à l’approche des élections.

Une guerre permanente contre les Noirs

Alors que la suprématie blanche et la brutalité policière ont toujours été utilisées pour maintenir la domination capitaliste, le lynchage de George Floyd a fait que l’intensité de la brutalité policière a été encore plus scrupuleuse. Selon une étude de Bellingcat et Forensic Architecture, au moins 950 incidents de violence policière contre des manifestations pacifiques ont été enregistrés au cours des cinq derniers mois, y compris “plus de 500 cas d’utilisation par la police de balles moins mortelles, de gaz poivré et de gaz lacrymogène ; 60 cas d’utilisation par des officiers de rassemblement illégal pour arrêter des manifestants ; 19 cas de police permissive envers l’extrême droite et faisant preuve de deux poids deux mesures face aux tenants de la suprématie blanche ; cinq attaques contre des médecins ; et 11 cas de bousculade”. (Guardian, 29 octobre)

La misogynie, la bigoterie anti-LGBTQ2S+, le capacitisme et d’autres oppressions sont également intensifiés sous la suprématie blanche dont Trump et ses semblables font preuve.

La crise actuelle de la violence policière et néofasciste, instiguée par la Maison Blanche, prouve une fois de plus que la lutte contre l’État est un élément clé de la lutte des Noirs pour l’autodétermination. Au plus fort des luttes de libération des Noirs ici et dans le monde entier dans les années 1960, la Jeunesse contre la guerre et le fascisme, une unité de masse du Workers World Party, a apporté au mouvement le slogan “Stop the War Against Black America”. Ce slogan visait à établir une large solidarité entre le mouvement anti-guerre et les groupes de militants noirs confrontés à une agression brutale, sanctionnée par l’État et dirigée par le FBI, qui comprenait l’incarcération, l’intimidation, l’infiltration et l’assassinat.

Plus de 50 ans plus tard, le même message politique s’applique toujours. Mais aujourd’hui, le mouvement Black Lives Matter poursuit la lutte pour la justice et l’égalité avec une large base multinationale. Depuis plus de huit ans, depuis le meurtre raciste de Trayvon Martin, 17 ans, en Floride, le mouvement BLM est en première ligne pour lutter contre la brutalité policière sous toutes ses formes, embrassant tous les courants politiques sans distinction de nationalité, de sexualité, de sexe, d’expression sexuelle, de génération et de capacités.

Il a été reconnu que le BLM constitue le plus grand mouvement de masse de l’histoire des États-Unis, impliquant des millions de personnes tout en gagnant des partisans internationaux. Cette résurgence sans précédent de l’activisme a été principalement stimulée par l’exécution publique de George Floyd par la police de Minneapolis le 28 mai dernier, qui a duré près de neuf minutes. Depuis lors, des protestations contre la police ont eu lieu dans des milliers de villes et sous diverses formes, notamment des grèves spontanées d’athlètes professionnels de basket-ball, de base-ball, de hockey et de football – malgré les restrictions imposées par la COVID-19.

Seule la lutte des classes peut résoudre les contradictions de classe

S’il est compréhensible que des millions de personnes poussent un soupir de soulagement si l’équipe Biden/Harris bat l’administration Trump/Pence, les relations entre les classes ne changeront pas fondamentalement. Une élection ne peut pas rectifier les contradictions de classe, même si elle sert de baromètre pour tester l’humeur politique au sein de la société. En fin de compte, le vote se résume à savoir quel représentant de l’un des deux principaux partis capitalistes – Républicain et Démocrate – administrera le mieux l’appareil d’État capitaliste répressif pour maintenir au pouvoir les milliardaires, les patrons d’entreprises et les banquiers afin qu’ils puissent exploiter sans pitié les travailleurs et les opprimés.

En termes de politique étrangère américaine, bien qu’il puisse y avoir différentes stratégies et approches, les démocrates et les républicains sont sur la même longueur d’onde lorsqu’il s’agit de faire avancer les objectifs impérialistes d’expansion de l’empire américain pour le profit, par opposition au respect du droit d’un pays à la souveraineté et à l’autodétermination. L’histoire a montré que les Démocrates pourraient très bien déclencher une guerre, tout comme les Républicains.

S’il n’est pas surprenant que les syndicats de police aient soutenu Trump, Biden a clairement fait savoir qu’il s’oppose à tout appel du BLM visant à défrayer la police. Harris a été critiqué pour avoir été le “top cop” en Californie en tant que procureur de l’État avant de devenir sénateur.

La police n’a jamais été aussi isolée et impopulaire, selon les sondages d’opinion. Cela n’a pas empêché leurs tactiques brutales de se manifester pleinement en vue des luttes à venir, y compris les rébellions qui se profilent à l’horizon alors que la crise économique se profile à l’horizon des prochains mois. Cette crise se manifestera par une augmentation du chômage, des expulsions et de la faim en plus de l’aggravation de la pandémie COVID-19. Le parti démocrate s’est montré inefficace en poussant les républicains à soutenir un deuxième plan de relance qui pourrait apporter un soulagement économique temporaire aux masses qui souffrent.

Une présence policière militarisée et occupante ne fera qu’accroître l’instabilité capitaliste, car les masses deviennent de plus en plus rebelles avec le désir et le besoin. Et quiconque occupera la Maison Blanche pendant les quatre prochaines années ne sera pas en mesure de contenir les masses en colère si elles sont d’humeur combative et désespérée.

Les masses, avec l’aide des forces politiques de gauche, n’auront d’autre choix que de faire face au et à la suprématie blanche de la classe dirigeante et de s’unir pour lutter et s’organiser pour répondre aux besoins humains immédiats – aujourd’hui plus que jamais pendant cette crise pandémique. C’est pourquoi il est important de rester dans la rue une fois les élections passées – pour lutter pour un avenir socialiste.

Moorehead a été le candidat du Parti Mondial des Travailleurs aux élections présidentielles de 1996, 2000 et 2016.