ESPAÑA, QUE VIVA LA REPÚBLICA !

7378686-interview-les-espagnols-ont-l-habitude-de-jeter-leur-roiProtégé de Franco, mis en place à la mort du dictateur pour conjurer les risques d’offensive populaire et républicaine que comportait la « transition », le roi Juan CARLOS vient d’abdiquer.

Ce personnage, mensongèrement présenté comme garant de la démocratie par la presse bourgeoise, est surtout signalé depuis trente ans par son train de vie somptueux, par les affaires de corruption dans son entourage et par son hostilité viscérale envers le Venezuela bolivarien.

Sa présence sur le trône d’Espagne devenait une menace pour la monarchie et pour la bourgeoisie espagnole, au moment où l’euro-austérité martyrise la population, provoque d’énormes manifestations et suscite la remontée des revendications républicaines, accompagnées de l’exigence du socialisme.

Il est à signaler que la consolidation des BOURBON sur le trône d’Espagne n’a pas seulement été voulue en 1976 par la réaction néo-franquiste du Mouvement National. Elle a aussi été portée par l’oligarchie européiste qui y voyait le moyen d’intégrer en douceur l’Espagne à l’UE Atlantique, de tenir en laisse le prolétariat espagnol aux fortes traditions communistes et anarchistes ; enfin, et c’est le plus triste, le retour au pouvoir des BOURBON a été soutenu par l’un des pires renégats du communisme occidental, chef de file de l’ – de plus en plus d’euro, de moins en moins de communisme -, le sinistre Santiago CARRILLO.

Divisant profondément le PCE, poignardant dans le dos la Révolution portugaise des œillets et le PCP d’Alvaro CUNHAL, avec l’aide de l’italien BERLINGUER, dénigrant sans cesse l’URSS et le Marxisme-Léninisme, ce personnage a considérablement nuit au PCE de DIAZ, de LISTER et de  : en pleine « transition » il a renié le drapeau républicain et, par syndicat interposé, il a accepté le qui a paralysé le combat de classe pendant cette période.

Rappelons qu’à l’époque, l’Europe latine et la Grèce risquaient de virer au rouge (PCF à 22% en France, PCI à 34% en Italie, Révolution portugaise, chute de la dictature des Colonels en Grèce). Bourbonnisation de l’Espagne, construction européenne et dé-communisation des PC occidentaux ont alors marché du même pas.

Aujourd’hui, le régime de Madrid change de monarque pour sauver la monarchie. Mais la réalité, c’est que l’Espagne reste en ébullition, que la gauche populaire est de plus en plus républicaine et anticapitaliste. Une bonne partie des patriotes espagnols a d’ailleurs compris que l‘euro-monarchie des BOURBON avait aggravé la division des peuples d’Espagne, menaçant l’Etat d’éclatement. (Prochain référendum sur l’indépendance de la Catalogne et du Pays Basque dans le cadre de l’ et du « big-bang territorial » annoncé par François HOLLANDE en France).

Dans ces conditions, le PRCF salue les mobilisations de masse qui se succèdent à Madrid et où la « bandera tricolor » est omniprésente, ainsi que la montée en puissance du communisme léniniste et opposé à l’UE, avec notamment l’émergence du .

Plus que jamais, le PRCF s’associe aux forces populaires espagnoles qui crient « Vive la République, Vive le socialisme, Vive la fraternité entre les Peuples d’Espagne, Vive la renaissance léniniste du Communisme espagnol, point d’appui pour tous ceux qui veulent combattre l’euro, l’UE, l’OTAN et le capitalisme.

Pour le secrétariat politique du PRCF :

  • Jean-Pierre Hemmen, président du Comité Internationaliste pour la Solidarité de Classe (CISC), fils de Jean Hemmen, militant de l’Internationale Communiste, commandant des Brigades internationales d’Espagne et de la Résistance française, fusillé au Mont-Valérien,
  • Annette Mateu-Casado, fille de communistes républicains d’Espagne, trésorière nationale du PRCF,
  • Jany Sanfelieu, secrétaire à l’organisation du PRCF, fille de Jean Sanfelieu, combattant républicain antifasciste espagnol.

Rassemblement à la Puerta del Sol de Madrid de 50.000 personnes exigeant la tenue d’un référendum pour la III è République et l’abolition de la monarchie.

Commentaire de lecteur “ESPAÑA, QUE VIVA LA REPÚBLICA !

  1. etoile rouge
    4 juin 2014 at 17:36

    Pour ceux qui souhaitent que l’UE change de stratégie comment ne pas remarquer que tous les euro dépendants, ump, ps, fn en France et en Espagne , la vieille droite franquiste, l’église catholique, le ps soi-disant de gauche tous soutiennent l’homme de FRanco et la royauté. C’est dans l’Europe entière et en France même que doit s’engager le combat en faveur de la tercera en Espagne et de la défense de la république en France , de la laicité pour tous les peuples d’Europe, des droits sociaux et républicains pour tous les peuples d’Europe et d’abord du peuple d’espagne de sa classe ouvrière, de sa jeunesse populaire .Sont contre les soi-disant démocrates valets des USA, soutien des néo nazis en Ukraine du néo franquisme en Espagne. Debout les damnés de la terre!
    Affiches tracts et manifs s’imposent en France même contre les gauleiter euro américains, pour la république et des droits au peuple travailleur et non à la caste capitaliste!