7 ans après la Libye toujours dans la guerre impérialiste

Sept ans après l’anéantissement du gouvernement de Mouammar Kadhafi par allié des impérialistes britanniques et étasuniens , la vit une situation de chaos politique et sécuritaire.

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est du pays, veut s’emparer de la capitale libyenne. Haftar a pris par surprise ses rivaux et la communauté internationale. La Libye se prépare à la tenue dans quelques jours d’une conférence nationale sous l’égide de l’ONU à Ghadamès (sud-ouest) censée établir une nouvelle feuille de route pour sortir le pays du chaos. L’émissaire de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, père de Léa Salamé présentatrice chic et choc de France inter et France 2, a déclaré ce samedi que la conférence serait maintenue malgré l’assaut. « Nous sommes déterminés à organiser » cette conférence.

Il semble bien que la faction de Haftar veuille s’imposer sur le terrain face à Fayez al-Sarraj, chef du Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli, soutenu et reconnu par les puissances impérialistes (UE et E-U). Les Libyens, livrés aux milices armées et meurtris par les violences, sont fatigués des ingérences des impérialistes occidentaux. Le fait que ceux-ci aient littéralement imposé Fayez Sarraj ne peut que lui porter préjudice et c’est cela qui a encouragé Haftar à lancer son offensive militaro-diplomatique.

Toutes ces factions tentent de s’allier aux tribus qui prospèrent en l’absence de toute structure étatique et toutes visent les revenus du pétrole et des richesses du pays.

Ne doutons pas que les partisans de l’organisation État islamique (EI) qui sont en embuscade ne profitent de cette déstabilisation.

Ne doutons pas que les réfugiés d’Afrique ne voient leur calvaire s’intensifier du fait de cette situation chaotique.

Il faut encore remercier Bernard Henri Lévy, ce “phare” de la pensée contemporaine, dont le culot n’a d’égal que sa nullité, pour son rôle dans ce dossier libyen dont certaines dimensions sont investiguées par la justice puisque Nicolas Sarkozy est mis en examen pour corruption passive, recel de fonds publics (étrangers) et financement illégal de campagne électorale.

Commission Internationale du PRCF – 7 avril 2019

Le point sur la situation militaire en Libye au 7 avril 2019

Après avoir rapidement progressé, plaçant les troupes de Haftar aux portes de Tripoli, les combats font toujours rage, les deux camps ayant d’ailleurs mobilisés leurs aviations. La ville de Tripoli est sous pression. Le commandement US a dû procéder à l’évacuation en urgence de ses soldats via une opération amphibie. Le président du conseil présidentiel, Fayez Sarraj (Tripoli) a officiellement protesté auprès de l’ambassadrice de la France en Libye, Béatrice du Hellen en raison de ce qu’il indique être le soutien de la France au maréchal Haftar dans leurs attaques sur Tripoli. Régulièrement la France est accusée de continuer à participer à des opérations militaires sur le sol libyen. On se souvient qu’alors qu’officiellement il n’y a aucune opération militaire de l’armée française en Libye, plusieurs soldats français y ont trouvé la mort dans le crash d’un hélicoptère.

Au soir du 7 avril la situation était très confuse

JBC pour www.initiative-communiste.fr

D’après information d’agences