Hommage à Neus Català et Domingo Tejero Pérez militants communistes, républicains espagnols, résistants.

Le 9 octobre 1942, le militant communiste résistant FTP-MOI de Paris est abattu par la police. Un hommage lui a été rendu ce 4 octobre 2019.

https://photos.google.com/share/AF1QipPAvoZWZV81U6qlesbZuXnMIrJzuGqZ0ETBQ8X4xItdz_WxFdi-z_v5lfVIQMdUIQ?key=dW9qcGVNVERfeC11ZTdJaG9sbTFucmZPbjVlc1hR

le 4 octobre, un hommage était également rendu à Neus Català à Paris, avec l’inauguration d’une allée à son nom. Militante communiste du PSUC, elle est résistante durant la seconde guerre mondiale. Dénoncée par un pharmacien de Sarlat, elle est déportée à Ravensbruck où elle réussit à poursuivre des actions de .

https://photos.google.com/share/AF1QipMpfZd681XTYjZa8YlmOOJOTShTMDPBu84nC5meb0FhOmEtEi5LpiD_-Xz5aF1q2g?key=NV9ETS1VdHFuUF9TcHBIRW53UGN4aDNJNTRyejd3

Annette Mateu, militante communiste du PRCF (66) et fille de militants communistes républicains espagnols (père , mère andalouse) leur rend hommage, à cette occasion, ainsi qu’à tous les républicains espagnols dont nombre ont participé à la résistance et à la libération de la France. Au moment où le Parlement européen vote une scandaleuse résolution criminalisant le communisme et réhabilitant, de fait, les fascistes en réécrivant l’histoire, ne perdons pas la mémoire !

Neus CATALÀ, membre du PSUC (Parti Socialiste Unifié de )

Bravo pour cet hommage à Neus Català, tant mérité. Tout comme Neus qui militait avec les Jeunes du PSUC (Parti Socialiste Unifié de Catalogne créé en 1936, faisant partie du Komintern et fédéré au Parti Communiste espagnol), mes parents Républicains espagnols communistes ont lutté contre le franquisme dans les rangs du PSUC à Barcelone. Exilés en France le 13 février 1939, ils ont participé également à la Résistance contre les nazis, notamment en Savoie et dans l’Isère. Je suis très fière et reconnaissante à ces communistes qui, après s’être battus en Espagne contre le fascisme, ont continué, dans l’exil, leur combat contre le nazisme aux côtés des Résistants français et des nombreux Résistants étrangers, notamment ceux des FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans de la Main d’Œuvre Immigrée), encadrés par le Parti Communiste Français, dont faisait partie Domingo TEJERO PÉREZ qui tomba à 29 ans et auquel on vient de rendre un juste hommage à Paris. A ces FTP-MOI, appartenait aussi Léon LANDINI, actuel président du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF), un des rares survivants, peut-être même le seul, à bientôt 94 ans, des bataillons Carmagnole-Liberté intervenant dans la région lyonnaise. Honneur à tous ces combattants étrangers, souvent anciens des Brigades internationales ; nombre d’entre eux sont morts pour la France en luttant contre les nazis, aidés par Pétain et les collaborateurs, notamment les industriels et banquiers français dont l’historienne Annie Lacroix-Riz a rendu compte dans son livre connu internationalement « Industriels et banquiers français sous l’Occupation ».

Annette Mateu Casado (PRCF 66)

Domingo TEJERO PÉREZ, membre du Parti Communiste d’Espagne

Saluons cet hommage à des Républicains espagnols qui ont donné leur vie pour combattre le nazisme/fascisme aux côtés des Résistants français et des nombreux résistants étrangers, notamment les FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans de la Main d’Œuvre Immigrée) auxquels appartenait Domingo TEJERO PÉREZ. 

Annette Mateu Casado, fille de Républicains espagnols communistes et résistants.

Commentaire de lecteur “Hommage à Neus Català et Domingo Tejero Pérez militants communistes, républicains espagnols, résistants.

  1. Richard p.
    15 octobre 2019 at 20:50

    Merci pour cet hommage qui me remémore l itinéraire de mon pere , anarchiste membre de la CNT engagé volontaire a 18 ans dans l armée républicaine espagnole qui a poursuivi ensuite son combat contre les nazis dans une compagnie de travailleurs
    Étrangers de l armée française sur le front de SEDAN puis comme agent de liaison des maquis de la forêt d ORLEANS , une pensée également pour son frère PACO engagé volontaire dans les gardes d assaut le corps d élite de la republique espagnole fait prisonnier et torturé par les franqusités puis interdit de séjour et exilé dans un petit village jusqu à la mort de FRANCO …gloire a tous ces anonymes qui ont sacrifiés leur jeunesse voire leur vie pour la défense de nos libertés ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.