Non à l’UE et oui à la coopération avec les BRICS! l’appel du 23e congrès du Parti Communiste (Suisse)

partito-communista-suisse

www.initiative-communiste.fr est heureux de pouvoir rendre compte des travaux du 23 congrès du Parti Communiste (suisse). qui s’est tenus à Lugano les 27 et 28 novembre dernier. Chacun pourra constater la convergence des analyses avec le PRCF, notamment concernant la nature impérialiste, belliciste, de classe de l’. Les camarades suisses sont d’ailleurs signataires, de l’appel lancé par les communistes français et italiens du PRCF et du Fronte Popolare appelant à la sortie de l’UE

Massimiliano Ay confirmé à la direction du Parti Communiste, qui réitère son «Non à l’UE et oui à la coopération avec les !”

Après deux jours de travaux, le XXIIIe Congrès du Parti Communiste () s’est conclu dimanche 27 Novembre. L’événement a eu lieu au Palais des Congrès à Lugano, en présence d’une centaine de personnes, dont de nombreux invités étrangers: en effet des dirigeants politiques importants étaient présents provenant de pays comme l’Italie, la Croatie, la Turquie, la Corée, le Laos et le Maroc. Les ambassadeurs de la République populaire de Chine en , de la République de Cuba et de la République bolivarienne du Venezuela ont également envoyé des lettres de voeux ainsi que l’ex-ministre italien Oliviero Diliberto.
Le travail a commencé par une commémoration émouvante du Commandant en chef de la Révolution cubaine Fidel Castro Ruz, qui est décédé le même jour du Congrès. Avant d’intonner l’Internationale, il a été décidé de mode extraordinaire de chanter aussi l’hymne national cubain. La Municipalité de Lugano a ensuite apporté les salutations des autorités de la ville au Congrès, en faisant mention du travail du conseiller municipal communiste Demis Fumasoli.
La première session du Congrès a vu Edoardo Cappelletti faire le bilan des trois dernières années d’activité en réaffirmant l’importance d’investir dans l’éducation politique et culturelle des jeunes militants, y compris par le moyen du magazine marxiste #PoliticaNuova, dirigé par Aris Della Fontana et entrant dans sa quatrième année de publication. Le rapport politique de Massimiliano Ay a porté sur la nécessité pour le Parti de réaffirmer la méthode pragmatique et rigoureuse du socialisme scientifique et de renoncer au folklore et à des attitudes “rebellistes” comme une fin en soi. Dans le même temps, il a clairement indiqué que, en plus de la classe ouvrière, il y a des secteurs de petites entreprises écrasées par les multinationales et à qui les communistes doivent être en mesure de parler. Une partie entière du rapport s’est cependant concentrée sur la politique internationale, en condamnant les coups d’Etat au Brésil et en Ukraine, en réaffirmant la solidarité avec la Syrie et en espérant que la Turquie reste unie et qu’elle approche le pacte de Shanghai.
Les délégués ont ensuite examiné une résolution sur des sujets d’actualité dans laquelle ils ont réitéré la ligne anti-européiste du Parti Communiste et sa volonté d’insister sur la coopération économique avec les BRICS et la région eurasienne et sur la revitalisation de l’appareil de production national en mettant l’accent sur la haute valeur ajoutée et la souveraineté économique accrue pour ne pas céder aux diktats de la Banque centrale européenne. Le Congrès a également discuté de la question des flux migratoires et a mis en évidence que les communistes ne sont pas une organisation de bienfaisance et que, dans la gestion du phénomène migratoire, if faut se distancer de l’idéalisme “no border” et adopter à la place une pratique anti-impérialiste.
Après avoir approuvé une résolution introduite par Zeno Casella et Luca Robertini pour engager davantage les communistes dans l’école publique et le droit à l’éducation, une résolution présentée par l’agronome et conseillère municipale de Serravalle, Lea Ferrari, a également été discutée et approuvée pour insérer la souveraineté alimentaire dans la Constitution cantonale.
Le député tessinois Massimiliano Ay,  a été unanimement reconduit comme secrétaire nationale. L’économiste Alessandro Lucchini, conseiller de Giubiasco, continuera à être le secrétaire adjoint du Parti. Ceci est une condition préalable pour poursuivre la consolidation et la croissance du travail du Parti qui continue à se vouloir d’avant-garde.
Le nouveau Comité Central du Parti passe de 15 à 20 cadres, avec une moyenne de moins de 30 ans.

Intervention ” Non à l’UE, oui au BRICS”

Chères camarades, la résolution que nous allons discuter concerne différents points mais je veux en approfondir certains en particuliers. En commençant par l’Union européenne parce que je crois que la gauche doit enfin faire la lumière sur ce sujet. L’ Union européenne est présenté par les pays fondateurs comme une “union des peuples qui partagent les mêmes intérêts”. L’objectif principal serait le développement économique fondé sur la libéralisation des marchés entre les différents pays membres. En fait, dans ce processus il n’est pas du tout question d’unification des peuples, étant donné qu’ils ne sont pas à l’origine de la création de l’UE. Tout a été fait dès l’origine par la bourgeoisie qui défend là ses intérêts de classe pour les faire primer sur les aspirations des classes inférieures. Les Etats membres sont désormais liés par les décisions des technocrates de Bruxelles sans avoir pratiquement aucun pouvoir de décision, et le but de tout cela est de normaliser artificiellement les différentes zones de l’UE. Aussi les gens sont confrontés à des réductions de la protection sociale  dont l’exemple grec démontre à quel point elles sont tragiques. Au sein de l’UE il y a des pays dominants (Allemagne et France), puis les pays subordonnés ( de l’Est) qui sont utilisés comme périphérie productive. Cela crée un problème de type hiérarchique. La politique étrangère de l’UE porte clairement la marque de l’impérialisme qui essaie avec l’UE de créer un marché atlantique puissant avec le soutien des Etats-Unis et dans le même temps d’isoler les BRICS créant une guerre économique contre-productive.
Dans ce conflit impérialiste comprend également l’accord pour l’échange de services (TISA). Ces deux traités voulus également par Bruxelles et Washington aurait des conséquences néfastes tels que la dépendance du marché atlantique et la privatisation des services publics, des services qui sont déjà ciblés par la bourgeoisie.
Le Brexit avant et après l’élection du Trump a fait douter de l’application de ces traités, mais il ne faut pas se leurrer, car l’impérialisme ne va pas abandonner si facilement ses plans. La Suisse dans ce monde multipolaire qui se forme doit se libérer du marché transatlantique et de l’UE et, trouver des accords commerciaux principalement avec les BRICS.
Lors que je parle avec mes amis de la libre circulation et dumping salarial, nous tombons d’accord qu’il y a eu un conflit entre les travailleurs (Tessin et de la frontière). Avec les salaires les plus bas qui sont gagnés par la frontière des employeurs du Tessin ont trouvé une occasion idéale d’avoir de la main-d’œuvre pas cher. De la discussion, nous avons conclu qu’il faudrait un salaire minimum au niveau national. Et ‘s’agissant de l’UE beaucoup disent que les peuples des pays membre n’ont plus de démocratie.
Maintenant, je voudrais réitérer la ligne du parti que j’espère que ce Congrès confirmera: dans un contexte de grands changements géopolitiques, pour nous, il est important d’avoir des relations avec le pays dans lequel les gouvernements sont de type communiste ou dans laquelle les communistes ont des rôles la responsabilité et d’assurer de bonnes relations avec les parties ML (marxiste-léniniste) afin d’avoir un échange d’idées et une bonne coopération.
En conclusion, de mon point de vue, le Parti doit continuer à soutenir l’école publique, qui est de plus en plus affectées par les coupes dans les budgets cantonau. En plus d’être présent dans le milieu de l’enseignement, nous devrions toujours être bien conscient par le syndicat étudiant (SISA). En ce qui concerne le secteur des services, nous estimons que le Parti aura toujours beaucoup à faire contre les démantèlement qui aura lieu au cours des dernières années, comme la fermeture des bureaux de poste, les bureaux de conseil, etc … afin que chacun puisse profiter ces services sans aucun problème

Traduction (sommaire) depuis l’italien, Initiative Communiste

partito-communista-suisse-congres


Les textes des résolutions adoptées par les camarades suisses

Commentaire de lecteur “Non à l’UE et oui à la coopération avec les BRICS! l’appel du 23e congrès du Parti Communiste (Suisse)

  1. Le.Ché
    13 décembre 2016 at 11:01

    Les brics sont à mettre entre parenthèses car la Chine et la Russie en font parti, ce ne sont pas pour autant des pays socialistes