Lumière de la Commune de Paris – par Gennady Zyuganov, président du Comité Central du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF)

GUENNADI ZIOUGANOV, président du PC de la Fédération de Russie : UNE ANALYSE DE LA COMMUNE DE PARIS. Avec l’autorisation de l’auteur, nous publions ce texte important paru dans la Pravda du 27.05.2021.

Le 18 mars dernier, le KPRF avait adressé un message au PRCF afin d’honorer les combattants de la Commune de Paris : Message du KPRF* au PRCF pour honorer les combattants de LA COMMUNE de PARIS !


Lumière de la Commune de Paris

Manifestation du KPRF

À l’aube d’un nouveau monde. Une grande leçon pour le prolétariat mondial. Une impulsion tragique mais noble des travailleurs à se libérer des chaînes millénaires de l’exploitation, de l’inégalité et de l’anarchie. Telle était la Commune de Paris. Nous célébrons cette année l’anniversaire d’un siècle et demi de son exploit immortel. Rendant hommage à la mémoire des communards, nous voyons en eux de puissants titans qui ont inspiré les générations suivantes de combattants pour le socialisme.

La situation économique et politique en Europe à cette époque était largement déterminée par les facteurs suivants: l’incomplétude des révolutions démocratiques bourgeoises de 1848-1849, la première crise économique mondiale de 1857, qui a conduit des dizaines de millions de personnes dans la pauvreté, ainsi que les désastres et les épreuves causés par une série de conflits armés – l’italien la guerre de 1859, les guerres de Prusse avec le Danemark et l’Autriche en 1864 et 1866, la guerre franco-prussienne de 1870-1871.

Le régime politique en France, dirigé par l’empereur, a montré un semblant d’ordre. Napoléon III – cette «grande médiocrité», selon la juste définition de Bismarck – est arrivé au pouvoir avec le soutien de la grande bourgeoisie et des militaires. Cependant, l’état des choses dans le pays l’a contraint à prendre en compte l’humeur des travailleurs. Cela a abouti à ce que les marxistes appellent le bonapartisme.

La pratique du bonapartisme se caractérise par une démagogie sociale sophistiquée, des manœuvres constantes entre les différents intérêts de classe et détournant l’attention des citoyens des problèmes réels en incitant au chauvinisme et aux aventures militaires. Dans le même temps, toutes les manifestations du mouvement de protestation en France ont été brutalement réprimées par la machine idéologique et bureaucratique, qui reposait sur l’appareil d’État et les structures de pouvoir.

Au début de la guerre franco-prussienne, la situation intérieure de la France était caractérisée par une crise profonde du système bonapartiste. K. Marx a écrit: «Cette dernière forme de pouvoir gouvernemental était en même temps sa forme la plus prostituée, un pillage éhonté des fonds publics par une bande d’aventuriers, un terreau fertile pour d’énormes dettes d’État, une couronne de corruption, une vie artificielle. plein de faux semblants. Le pouvoir gouvernemental, avec toutes ses guirlandes le couvrant de haut en bas, plongé dans la boue. “

La guerre avec la Prusse a prouvé la fragilité d’un système complètement pourri, déchiré par de profondes contradictions. Le déroulement défavorable des hostilités pour la France a provoqué une aggravation des problèmes économiques. Une crise sociale profonde se développait également rapidement.

En juillet 1870, le ministre de la Guerre Edmond Leboeuf déclara que pour la France, le conflit militaire serait rapide et victorieux. «Nous sommes prêts, nous sommes complètement prêts, tout est en ordre dans notre armée, jusqu’au dernier bouton des guêtres du dernier soldat», s’est-il vanté. Et déjà le 1er septembre, la catastrophe de Sedan s’est produite – l’armée française a été encerclée, l’empereur a été capturé et a été bientôt déposé sous la pression des masses.

Le nouveau gouvernement français, malgré sa rhétorique populiste, a exprimé les intérêts des grandes entreprises. Réprimant les protestations populaires, il est allé à une conspiration secrète avec l’Allemagne. La peur des travailleurs s’est avérée plus forte que la peur des occupants. En février 1871, le gouvernement d’Adolphe Thiers signa un humiliant traité de paix, devenant un gouvernement de trahison nationale. L’Alsace et la Lorraine industrialisées ont été rejetées de la France. Les troupes allemandes ont été autorisées à entrer à Paris. L’énorme indemnité aux gagnants d’un montant de 5 milliards de francs est tombée lourdement sur les épaules des gens du commun …

Les masses ouvrières ont refusé de soutenir l’acte de trahison. À l’automne, à Paris et dans d’autres villes, les gens ont commencé à s’organiser en communes et comités de vigilance. Des bataillons de la garde nationale sont créés. Cela correspondait aux pensées de Karl Marx, qui a suivi de près les événements en France et a noté que le seul salut d’une invasion étrangère était l’armement général du prolétariat. Mais, croyait-il, la classe dirigeante n’accepterait jamais cela, car l’armement de Paris signifiait l’armement de la révolution: «La victoire de Paris sur l’agresseur prussien serait la victoire de l’ouvrier français sur le capitaliste français et son État parasite.”

Cela s’est avéré comme Marx s’y attendait. En capitulant devant l’Allemagne, le gouvernement a tenté de désarmer la Garde nationale. Le 18 mars, des troupes fidèles à Thiers font irruption dans Paris … Cependant, elles rencontrent une résistance farouche de la part des citoyens ordinaires. Avec le soutien de la population, les gardes nationaux ont repris les bâtiments gouvernementaux.

Le bureau de Thiers s’enfuit à Versailles. Le Comité central de la Garde nationale est devenu le gouvernement provisoire. Dix jours plus tard, ses pouvoirs sont transférés à la Commune de Paris élue au suffrage populaire. Il était dominé par les travailleurs et l’intelligentsia révolutionnaire. Beaucoup étaient socialistes, membres de la Première Internationale.

La formation d’un nouveau gouvernement – la Commune de Paris – est solennellement proclamée le 28 mars 1871. Cela s’est passé sur la place devant la mairie avec une foule immense de monde dans une atmosphère de jubilation générale. La biographie de la Commune de Paris a commencé. La classe ouvrière française, qui s’est rebellée contre le capital, a tenté de réaliser le rêve séculaire de l’humanité de construire une société juste.

Dans une courte période de son existence – seulement 72 jours! – La Commune a pris des mesures d’importance historique mondiale. Elle a créé un nouveau type d’État. Ce fut la première expérience de la dictature du prolétariat. En rupture avec le parlementarisme bourgeois, la Commune était à la fois un organe exécutif et un organe législatif. Il reposait sur des principes véritablement démocratiques: collégialité de la direction, élection, responsabilité et rotation de tous les fonctionnaires.

Comme l’a noté K. Marx, l’exploit des communards a consisté dans le fait que, pour la première fois dans la pratique, ils ont procédé à la destruction de l’appareil d’État de la bourgeoisie et ont jeté les bases d’un nouvel État prolétarien. Lénine a souligné par la suite qu’au cours des transformations révolutionnaires, le prolétariat parisien a procédé à «un gigantesque remplacement de certaines institutions par des institutions d’un genre fondamentalement différent», qui n’avait aucun précédent dans l’histoire.

Selon Marx, la Commune «était, en substance, le gouvernement de la classe ouvrière, le produit de la lutte de la classe productive contre la classe qui s’approprie; c’était une forme politique ouverte … dans laquelle l’émancipation économique du travail pouvait être accomplie. ” La politique sociale et économique du nouveau gouvernement était imprégnée du désir d’améliorer la position des masses, de libérer les travailleurs de l’exploitation capitaliste. La Commune a pris un certain nombre de mesures progressistes et jusqu’ici sans précédent dans l’intérêt de la population commune.

Par un décret du 16 avril 1871, les ateliers et usines, dont les propriétaires fuyaient Paris, furent transférés à des associations de production d’ouvriers. Pour les fonctionnaires, un salaire maximum a été fixé égal au revenu des travailleurs qualifiés. Des salaires minimums obligatoires et le contrôle des travailleurs sur la production ont été introduits. Des ateliers publics ont été ouverts pour les chômeurs. Des pratiques telles que le travail de nuit dans les boulangeries, les déductions arbitraires sur les salaires des travailleurs et un certain nombre d’autres ont été éliminées. Par décret du 6 mai, les articles promis ont été rendus gratuitement aux ouvriers des prêteurs sur gages. Pour améliorer la situation des travailleurs, les arriérés de loyer ont été annulés et un certain nombre d’autres décisions ont été adoptées.

Il est également important que la Commune ait décidé d’imposer le paiement d’une indemnité aux coupables d’avoir déclenché la guerre et la honteuse défaite de la France – les anciens députés et ministres. Les décrets de la Commune ont aboli l’armée permanente et la préfecture de police. Leurs fonctions étaient confiées à un peuple armé – la Garde nationale. L’Église était séparée de l’État.

L’introduction de l’enseignement obligatoire et gratuit est une étape sans précédent. Dans le même temps, l’enseignement des bases de l’artisanat a été inclus dans le programme scolaire. Des cours gratuits pour enfants et adultes, des jardins d’enfants et des crèches ont été ouverts.

«Quelle flexibilité, quelle initiative historique, quelle capacité d’abnégation ces Parisiens! Après six mois de faim et de ruine, causés par une trahison beaucoup plus intérieure que par un ennemi extérieur, ils se révoltent sous les baïonnettes prussiennes, comme si l’ennemi ne s’était pas encore tenu aux portes de Paris! L’histoire ne connaît pas d’autre exemple d’un tel héroïsme! ” – Marx admirait. Il proposa de comparer avec ces héros de la Commune «les esclaves du Saint Empire romain germanique prussien avec ses mascarades antédiluviennes, sentant les casernes, les églises, les cadets et surtout le philistinisme».

Le fondateur du marxisme avait toutes les raisons de le dire. Les Communards de Paris ont dû résoudre des tâches créatives dans des conditions où une partie du pays était occupée par les troupes allemandes. De plus, les classes dirigeantes, qui avaient récemment crié au patriotisme, ont emprunté la voie de la collusion avec les envahisseurs. K. Marx et F. Engels notent: voyant cet «échec et cette trahison», les prolétaires parisiens «se sont rendu compte que l’heure était venue pour eux où ils devaient sauver la situation en prenant le contrôle des affaires publiques entre leurs mains … Il est impératif qu’ils aient le droit indéniable de devenir maîtres de leur propre destin, en prenant le pouvoir du gouvernement entre leurs mains. “

Hélas, la Commune de Paris n’a pas seulement pris des décisions extrêmement prometteuses. Un certain nombre d’erreurs fatales ont été commises, qui ont condamné l’entreprise à la défaite. Avec les réalisations des insurgés, ces erreurs de calcul ont été analysées en détail dans l’ouvrage «La guerre civile en France», et plus tard dans d’autres ouvrages de Marx, Engels et Lénine. En même temps, ils n’étaient pas uniquement motivés par un intérêt scientifique et historique. L’étude de l’expérience de la première révolution prolétarienne du monde et du premier gouvernement de la classe ouvrière était nécessaire pour la poursuite de la lutte pour le socialisme.

L’expérience de la Commune de Paris est devenue une sorte de feuille de route pour les futurs révolutionnaires. Oui, cette carte n’était pas parfaite. Il comportait de nombreuses lacunes et inexactitudes. Ces «espaces vides» devaient être remplis par de nouveaux combattants pour une société socialement juste. Ainsi soit-il. Mais l’exploit des pionniers ne s’éteint pas. Son importance n’est pas barrée. Et l’analyse des activités de la Commune de Paris est pratiquement importante pour nous, communistes du XXIe siècle.

Ainsi, la première et principale erreur de la Commune de Paris a été l’indécision, surtout lors de la première étape. Beaucoup de ses dirigeants ont été retenus captifs par un patriotisme mal compris. Ils pensaient que des actions radicales, comme une attaque contre Versailles, déclencheraient une guerre fratricide et endommageraient leur patrie. Et cet argument semblait pesant au moment même où l’ennemi se tenait juste à l’extérieur des murs de Paris. La subordination des intérêts de classe aux intérêts «nationaux», «patriotiques» était une grave erreur de calcul. Pourquoi? Oui, ne serait-ce que parce que le gouvernement de Thiers était précisément guidé par les intérêts de classe. Il ne se souciait pas des prolétaires «indigènes».

Les messieurs capitalistes n’ont pas hésité à déclencher une guerre civile contre les travailleurs de leur propre nationalité. De plus, ils ont dirigé leurs baïonnettes sur eux avec le soutien d’une armée étrangère. Par conspiration avec Bismarck, 60 000 soldats ont été libérés de la captivité allemande, qui ont rejoint l’armée de Versailles. De plus, les Allemands laissent passer les contre-révolutionnaires par leurs positions, facilitant la prise de Paris. Ainsi, les capitaux français et allemands se sont unis contre les communards, aveuglés par les illusions patriotiques.

La deuxième erreur de la Commune de Paris était étroitement liée à la première. Elle consistait en la timidité des mesures prises. Les communards n’ont pas osé prendre la banque française et confisquer les objets de valeur qui y étaient stockés pour près de 3 milliards de francs. Au lieu de cela, les dirigeants de la Commune se sont humiliés devant le directeur de la banque, mendiant des fonds pour payer les salaires des gardes nationaux. Engels a écrit à ce propos: «Le plus difficile à comprendre est la vénération avec laquelle la Commune s’est respectueusement arrêtée devant les portes de la banque française. C’était aussi une erreur politique majeure. La banque est entre les mains de la Commune – après tout, cela aurait compté plus de dix mille otages. Cela obligerait toute la bourgeoisie française à faire pression sur le gouvernement de Versailles pour qu’il conclue la paix avec la Commune. “

Au lieu d’une action décisive, les communards ont mené des discussions interminables avec les anciennes autorités municipales, parmi lesquelles se trouvaient de véritables ennemis. Les représentants de ces cercles étaient en contact permanent avec Versailles. Ils ont transmis à Thiers les informations qui l’intéressaient et ont délibérément retardé les négociations. Sans aller à la répression sévère des éléments contre-révolutionnaires, la Commune a facilité la tâche de l’ennemi – de nombreux représentants de la bourgeoisie ont organisé des sabotages, des actes de sabotage et de sabotage.

Une omission stratégique était le manque de liens solides entre la Commune de Paris et les travailleurs de la province. Pendant ce temps, des communes révolutionnaires furent proclamées en mars 1871 dans un certain nombre de villes – Marseille, Toulouse, et d’autres. Les communards ne se rendirent pas compte de l’importance d’une alliance avec la paysannerie ouvrière, qui resta passive dans le contexte des événements turbulents en cours.

Les erreurs commises par la Commune de Paris ont été directement influencées par la fragmentation des forces en son sein. En l’absence d’un parti révolutionnaire de premier plan, il comprenait des Blanquistes, des Proudhoniens, des Nouveaux Jacobins, des anarchistes et même des membres de loges maçonniques. Cela a donné lieu à de nombreuses disputes infructueuses et à toutes sortes de confusions – d’autant plus dangereuses que l’ennemi accumulait des forces pour réprimer la révolution dans le sang. Marx, qui entretenait des contacts constants avec les dirigeants de la Commune, leur écrivait le 13 mai: «La Commune passe, à mon avis, trop de temps à des bagatelles et des comptes personnels. On peut voir qu’avec l’influence des travailleurs, il y a d’autres influences. Rien de tout cela n’aurait d’importance si vous pouviez rattraper le temps perdu. »

Les insurgés n’avaient pas un seul corps militaire. L’organisation de la défense est engagée simultanément dans: la commission militaire de la commune, le comité central de la garde nationale, le bureau militaire des arrondissements de Paris et plusieurs autres entités.

La Commune de Paris pourrait-elle corriger ses erreurs? Cela n’a guère de sens de se livrer à la divination. L’histoire a laissé très peu de temps aux communards. Les ouvriers parisiens héroïques ont osé, selon les mots de Marx, «prendre d’assaut le ciel». Et même leur victoire à court terme a marqué la transition du mouvement mondial de lutte pour le socialisme à un niveau fondamentalement nouveau et supérieur.

«Peu importe comment l’affaire se termine cette fois, un nouveau point de départ d’importance historique mondiale a néanmoins été gagné», écrivait Marx le 17 avril 1871. Et déjà le 23 mai, au milieu de la «semaine sanglante», il disait prophétiquement: «Les principes de la Commune sont éternels et ne peuvent être détruits; ils s’affirmeront encore et encore jusqu’à ce que la classe ouvrière atteigne la libération. ” Les punisseurs à ce moment-là tiraient déjà des canons sur les quartiers ouvriers et procédaient à des exécutions massives des communards.

C’est précisément une semaine qu’il a fallu à une armée versaillaise de 100 000 hommes, entrée dans Paris, pour la maîtriser complètement. Les communards ont opposé une résistance héroïque. Les ouvriers se sont battus pour chaque mètre. Et l’ennemi s’est cruellement vengé des gens qui ont osé lever la tête. Mais cette cruauté n’a pas fait vaciller le gouvernement prolétarien.

Les héros se couvraient d’une gloire sans faille, dont beaucoup moururent au combat ou furent abattus. Ce sont Auguste Jean-Marie Vermorel, Louis Eugène Varlin, Louis Charles Delecluse, Yaroslav Dombrovsky … les socialistes russes A.V. Korvin-Krukovskaya, E.L. Dmitrieva, P.A. Lavrov et autres.

On peut dire des communards avec les mots de Maxim Gorky: «Nous chantons gloire à la folie des braves. La folie des braves est la sagesse de la vie! Brave Falcon! Au combat avec les ennemis tu saignes … Laissez-vous mourir! Mais dans le chant des braves et forts d’esprit, vous serez toujours un exemple vivant, un appel aux orgueilleux de la liberté, à la lumière! “

La Commune de Paris est devenue une expérience inestimable dans la lutte des travailleurs pour leur libération. Elle a joué un rôle énorme dans le développement de la théorie du communisme scientifique. La pratique de ses actions a poussé Marx, Engels et leurs partisans à un développement plus profond de la doctrine de la lutte de classes, de la révolution et de la dictature du prolétariat.

Le rôle de la Commune est énorme. À bien des égards, il a jeté les bases de tout le mouvement révolutionnaire prolétarien qui a suivi. Ses leçons n’étaient pas moins importantes pour la formation du bolchevisme que les leçons de la première révolution russe pour la victoire de la grande révolution d’octobre. Comme V.I. Lénine, «la cause de la Commune est la cause de la révolution sociale, la cause de la complète émancipation politique et économique des travailleurs, c’est la cause du prolétariat mondial. Et en ce sens, elle est immortelle. “

S’exprimant en janvier 1918 au IIIe Congrès des Soviets avec un rapport sur les activités du Conseil des Commissaires du Peuple, V.I. Lénine a rappelé aux délégués l’importance historique mondiale de la Commune de Paris. Il l’a décrite comme «la première expérience d’un gouvernement ouvrier» et «l’embryon du pouvoir soviétique». Cette grande expérience a été confirmée et enrichie par l’expérience de la Grande Révolution socialiste d’octobre. Exactement de la même manière, elle a été complétée par les leçons tragiques de la destruction du socialisme en URSS et dans les pays d’Europe de l’Est. Actuellement, elle conserve son importance durable.

Les communistes modernes sont les héritiers des héros de la Commune de Paris. Oui, nous devons agir dans des conditions différentes. Les partis communistes des différents pays sont obligés de prendre en compte les différents alignements des forces de classe. Les communistes de Chine, du Vietnam, de Cuba, du Laos, de Corée du sont au pouvoir et travaillent à la construction de sociétés socialistes. Dans un certain nombre d’États, dont la Biélorussie, l’Argentine, l’Afrique du Sud, le Népal, la Syrie et le Bangladesh, les partis communistes font partie des alliances au pouvoir. Avec leurs propres orientations de programme, ils soutiennent la mise en œuvre de réformes socio-économiques progressistes et la lutte anti-impérialiste.

Dans la plupart des pays du monde, les communistes sont aujourd’hui des partis d’opposition et de combat. Ils sont à l’avant-garde de la résistance aux politiques anti-populaires des gouvernements des grandes entreprises. La pandémie de coronavirus n’a fait que souligner l’essence cannibale du système bourgeois. Des millions de travailleurs à travers la planète ont été victimes d’une «optimisation» criminelle des droits sociaux, d’un manque d’accès aux soins de santé, de licenciements massifs …

Le Capital et ses laquais, les responsables ne cessent de répéter les «causes objectives» de la crise. Ils ne se lassent jamais de répéter le mantra que «nous sommes tous dans le même bateau». C’est un mensonge éhonté. Regardez de plus près la situation. Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a augmenté de dizaines de millions. Les travailleurs pensent à demain avec peur. Pendant ce temps, les milliardaires n’ont pas le temps de calculer leurs bénéfices.

Un mouvement de protestation massif se déroule dans divers pays. Les manifestations de plusieurs millions de paysans indiens et de leurs ouvriers de soutien durent depuis un mois maintenant. Des grèves exigeant une vie meilleure et la fin des expériences néolibérales ont lieu en France, en Grèce, en Turquie, au Brésil, en Colombie, au Kazakhstan, en Indonésie et dans des dizaines d’autres pays. Même le bastion du capital mondial, les États-Unis, connaît la croissance du mouvement ouvrier et la montée en popularité des idées socialistes.

Les Napoléons et Thiers nouvellement créés tentent de réprimer les manifestations. Ils espèrent enivrer une fois de plus les travailleurs avec des chimères nationalistes et chauvines. Mais le mécontentement des masses populaires devient plus fort et plus organisé. Les forces de gauche sont revenues au pouvoir en Bolivie, renversant une junte soutenue par Washington. Les mouvements progressistes en Équateur, en Guyane, au Sri Lanka et dans d’autres pays ont réussi les élections.

En Russie, la principale force protégeant les intérêts des travailleurs est le Parti communiste de la Fédération de Russie. Les autorités, effrayées par la montée des sentiments de protestation, ont intensifié leurs attaques contre les communistes. Arrestations illégales, durcissement de la législation, anti-soviétisme effréné, pression de l’information sont devenus une réalité quotidienne. Selon l’idée des bonapartistes russes, tout cela devrait affaiblir le Parti communiste de la Fédération de Russie, intimider ses militants et ses partisans. Mais en réponse, notre parti est de plus en plus uni et se prépare avec confiance à des événements politiques importants. Les élections de septembre à la Douma d’État ne sont qu’une d’entre elles.

Oui, chaque parti de gauche, chaque détachement militant de travailleurs a ses propres difficultés et succès, ses propres forces et faiblesses. Mais nous sommes tous unis par un objectif commun: aller de l’avant, vers la construction d’une société socialiste juste. Et dans cette association humaine, le travail, et non le capital, sera le dirigeant.

L’héritage idéologique de la Commune de Paris enseigne aux combattants modernes du socialisme la persévérance et le dévouement. Il nous met en garde contre les illusions dangereuses et les compromis douteux. Cela nous rappelle que seul un parti prolétarien de masse, armé des idées du marxisme-léninisme, est capable de conduire les travailleurs défavorisés à se battre pour un avenir meilleur.

Faire des rêves des Communards une réalité est notre objectif. Et nous savons avec certitude que c’est faisable. La Commune de Paris, étranglée par la contre-révolution, n’eut pas le temps de prouver ce fait. Mais cela a été prouvé par des décennies de succès vertigineux de l’URSS. Cela a été prouvé par les résultats convaincants du développement du Vietnam et de la résilience de Cuba. Cela a été prouvé par les succès fantastiques de la Chine socialiste, qui, sous la bannière rouge, s’est rapidement avancée au centre même de toute politique mondiale. Pourquoi y a-t-il des politiciens! Au centre même dans le monde moderne.

Nous, communistes, avons toutes les raisons de regarder l’avenir avec confiance. Vers l’avenir socialiste. Et les gens de ce beau Demain n’oublieront jamais les héros de la Commune de Paris, à ses origines.