Élections européennes, des réactions des partis communistes en Grèce, en Espagne, au Portugal.

Le très mauvais résultats du PCF en France, malgré la dynamique campagne de terrain menée par ses militants n’ayant pu compenser le flou entretenu par des années de mutation et un projet refusant de porter la demande populaire majoritaire pour la sortie de l’Union Européenne, ne doit pas cacher que des partis communistes en réussissent à faire élire des députés. C’est le cas en Grèce et au , deux pays où les communistes portent une mise en cause résolue de la construction européenne et proposent de sortir de l’UE. Oui, les travailleurs en France comme en Europe ont besoin d’un vrai et grand parti communiste en France. Il y a urgence à se rassembler, comme y invite le PRCF, sans attendre.

www.initiative-communiste.fr site web du PRCF et de son journal vous propose trois communiqués des camarades du (Portugal), du (Grèce) et du ().

Portugal, le PCP fait élire deux députés à Strasbourg

The provisional results of the elections for the European Parliament [in Portugal] confirm the election of two MEPs from the CDU
Les deux députés élus du PCP

Les résultats provisoires des élections au Parlement européen [au Portugal] confirment l’élection de deux députés européens de la CDU – João Ferreira et Sandra Pereira. Le PCP en a pris l’engagement, avec ses plus de 200 000 électeurs et 10% des voix, ses députés de l’alliance communiste et écologiste seront engagés dans toutes les luttes pour la justice sociale, le progrès, la souveraineté, la coopération et la paix. Pour le PCP ces deux députés sont ” une base importante du soutien à la lutte qui doit maintenant être élargie et projetée, afin d’empêcher un recul des acquis et de progresser vers la construction d’un véritable espace politique, patriotique et de gauche. alternative d’aile. C’est un facteur déterminant dans la construction d’un pays plus juste, plus développé et plus souverain, offrant de meilleures conditions de vie aux travailleurs et à la population.”

On the results for the elections to the European Parliament

1. Le résultat de la CDU n’est pas seulement particulièrement négatif pour la défense des intérêts du peuple et du pays au Parlement européen, car il ne correspond ni à l’environnement de soutien exprimé pendant la campagne, ni à la reconnaissance systématique du travail de la CDU au Parlement européen et la contribution décisive du PCP [Parti communiste portugais] et du PEV [Parti écologiste – les Verts] aux progrès réalisés en matière de niveau de vie au cours des trois dernières années et demie.
Avec ce résultat, la défense des intérêts du peuple et du pays au Parlement européen devient plus fragile. Si les élections qui se tiennent maintenant revêtent une importance indéniable, les élections générales d’octobre prochain seront le moment décisif pour déterminer le cours de la vie politique du pays et la vie du peuple portugais dans les années à venir.
Le résultat d’aujourd’hui doit constituer un signal d’avertissement pour tous ceux qui disposent, entre leurs mains, du pouvoir de décider s’ils le souhaitent, en renforçant la CDU, de faire avancer le pays et leur vie, ou s’ils veulent courir le risque d’un retour en arrière et perdre tout ce qu’ils ont gagné en termes de droits, de salaires et de pensions de retraite.
Ce résultat ne fait que renforcer la nécessité de sensibiliser un nombre toujours plus grand de Portugais au fait que le renforcement de la CDU aux élections générales d’octobre est la condition essentielle pour garantir que tout ce qui a été gagné avec la lutte et la lutte persistante du PCP et du PEV ne soit pas annulé et que de nouveaux progrès puissent être réalisés dans la défense, la restauration et la conquête de droits.
Ce qu’il faut souligner en ce moment, c’est que le renforcement de la CDU est l’élément décisif pour aller de l’avant avec une politique alternative, patriotique et de gauche, affranchie des diktats de l’Union européenne et de l’euro [monnaie].
2 Le peuple portugais est confronté à des choix importants pour l’avenir. La CDU, avec la lutte des travailleurs, a joué un rôle déterminant dans tous les progrès réalisés, qu’il s’agisse de l’augmentation des retraites et du rétablissement intégral des primes de Noël, de la réduction des prix des laissez-passer des transports en commun, augmentation des allocations familiales, manuels gratuits, réduction des impôts sur le revenu du travail.
La CDU insiste sur la nécessité de développer la lutte contre les normes préjudiciables de la législation du travail, la précarité et la déréglementation du temps de travail.
La CDU considère l’augmentation globale des salaires de tous les travailleurs comme une urgence nationale, notamment en portant le salaire minimum national à 850 euros.
La CDU insiste sur la nécessité d’avancer et d’apporter une réponse immédiate au financement des services publics, à commencer par le service national de santé, l’éducation publique, la sécurité sociale publique et l’augmentation de l’offre de transport en commun, de manière à correspondre aux besoins et à contribuer surmonter les problèmes environnementaux, ainsi que le droit au logement.
La CDU affirme la nécessité et revendique en être le porte-drapeau, d’une politique alternative, patriotique et de gauche, et de politiques alternatives capables de répondre aux intérêts du pays et de garantir un Portugal développé et souverain.
3 En anticipant les interprétations de ceux qui ont tout fait pour minimiser la CDU et son activité, nous rappelons que le résultat important que nous avons obtenu en 2014 doit être replacé dans un cadre marqué par la mise en œuvre du Pacte d’agression [de la Troïka]. , une période au cours de laquelle le rôle et les conséquences des impositions de l’Union européenne sur le pays se sont fait sentir de manière plus claire.
Le résultat de la CDU ne peut être dissocié d’une opération longue et intense cherchant à minimiser son activité et son travail, avec des campagnes de diffamation, causant des préjudices et une action méticuleuse pour réduire la campagne et les perspectives électorales de la CDU, ainsi que la promotion éhontée d’autres forces politiques. Ces directives et opérations peuvent être comprises, car c’est la CDU – compte tenu de ce qu’elle représente et défend – que craignent le capital monopoliste et les secteurs les plus réactionnaires, comme un obstacle à leurs projets de soumission du pays et de destruction des droits des travailleurs

4 – Comme nous l’avons indiqué, le renforcement de la CDU créerait de meilleures conditions pour la défense des droits des travailleurs et du peuple. Dans les conditions actuelles, la CDU poursuivra son intervention pour défendre et soutenir le développement souverain du pays et pour améliorer le niveau de vie de la population.

5 – La CDU salue les milliers de Portugais qui, par leur vote, ont apporté une contribution décisive à l’action de sensibilisation et de mobilisation. À tous ceux qui ont pris la décision de transformer leur soutien et leur reconnaissance du sérieux et de la cohérence de la CDU en un vote, en particulier ceux qui l’ont fait pour la première fois. Nous réaffirmons à tous notre serment de toujours honorer nos engagements et d’agir en faveur des travailleurs et de la population, de leurs droits et de leurs aspirations. Vous pouvez tous compter sur la CDU pour être à vos côtés dans la défense de vos intérêts et pour construire avec vous un avenir meilleur.
La CDU salue tous les candidats et les milliers de militants qui ont construit la campagne de sensibilisation et de mobilisation qui a non seulement été le facteur décisif pour obtenir le résultat de la CDU, car elle a permis de sensibiliser davantage les travailleurs et les personnes aux raisons des choses et de ceux qui en sont responsables, des contraintes imposées par le processus d’intégration capitaliste à notre développement souverain, de l’urgence de rompre avec les choix qui ont créé la politique de droite et de construire une alternative politique.

Nous ne devons pas reculer, nous avons besoin d’aller de l’avant – et cela signifie renforcer la CDU.

Jeronimo de Sousa, secrétaire générale du PCP

traduction JBC pour www.initiative-communiste.fr

Félicitations aux KKE qui fait réélire ses deux députés européens

Le 26 mai en Grèce se tenait un triple scrutin. le KKE a receuilli 257 360 voix soit 5,5% des voix. Dans les 5 villes communistes, les listes présentées par le KKE sont qualifiés au second tour, et au régionale le KKE fait progresser sont nombre de conseiller élus.

Le communiqué du KKE

manifestation du KKE place syntagma


Le 26 mai, trois élections ont eu lieu en Grèce: élections au Parlement européen, régionales et municipales.

Le KKE a réélu les deux membres du Parlement qu’il avait au Parlement européen, avec 257 360 voix, soit 5,5% (avec un pourcentage d’intégration de 83%).

De plus, les scrutins du rassemblement populaire sont passés au deuxième tour dans les 5 municipalités qui avaient des maires communistes, tandis que dans les régions et les municipalités dans leur ensemble, le «rassemblement populaire» augmentait considérablement le nombre de membres élus du conseil.

L’enregistrement du mécontentement populaire aux élections amène le parti au pouvoir à annoncer des élections nationales anticipées pour la fin juin.

Dans sa déclaration aux médias, Dimitris Koutsoumpas – GS du CC du KKE a noté ce qui suit concernant les résultats des élections:

«Tout d’abord, nous voudrions remercier toutes les personnes qui ont répondu à l’appel du KKE pour unir leurs forces. Tous ceux qui nous ont honorés lors du vote du parti, mais également tous ceux qui, dans des conditions difficiles, se sont rendus aux urnes et ont voté pour le KKE aux élections au Parlement européen et pour le «rassemblement du peuple» aux élections municipales et régionales. Nous voudrions particulièrement remercier tous ceux qui ont franchi cette étape pour la première fois, pour les jeunes hommes et femmes qui ont donné leur tout premier vote à notre parti.

Avant tout, la bataille des élections européennes, mais aussi celle des élections locales, comportait des caractéristiques qui se référaient en réalité aux élections nationales.

Les résultats des élections enregistrent une autre alternance anti-peuple entre SYRIZA et ND, c’est-à-dire entre les deux plus grands partis du capital, de l’UE et de l’OTAN.

La confrontation, la polarisation, les fausses promesses, les dilemmes extorsionnaires, en particulier entre les deux partis du bipolarisme, ont créé un climat qui a eu un effet sur les couches populaires qui ne croient pas encore en leur propre force, le laissant inexploité.

Comme vous le savez – le KKE – dès le premier instant – a affronté toutes les batailles électorales avec des critères politiques uniformes dans tous les scrutins. Comme nous l’avons dit à maintes reprises, l’UE donne des directives antipopulaires, les gouvernements les appliquent, les autorités municipales et régionales les précisent, dans un cadre institutionnel asphyxiant co-créé par toutes les autres parties qui ont gouverné.

Avec les résultats obtenus jusqu’à présent, le KKE rassemble environ 6% et élit deux membres du Parlement européen. Les bulletins de vote du «Rassemblement populaire» passent au second tour dans les 5 municipalités où nous avons eu la majorité au cours des cinq dernières années. Cependant, dans d’autres municipalités, où nous n’avons pas participé au second tour, les scrutins du «rassemblement populaire» ont enregistré une présence significative dans toutes les municipalités, avec des centaines de nouveaux conseillers municipaux dans les conseils municipaux.

Il est positif que le KKE reste une force cohérente pour les intérêts populaires, avec la tendance à renouveler ses forces.

Naturellement, nous ne sous-estimons pas le fait que la corrélation des forces est toujours très négative en Grèce et en Europe, que le mouvement ouvrier-populaire n’est toujours pas passé dans une phase de contre-attaque dynamique et encore plus massive. Nous sommes pleinement conscients qu’au sein des larges couches de la population, la demande, le défaitisme, le fatalisme prévalent, résultant de la démobilisation et d’une participation réduite au mouvement.

Nous pensons que ces personnes ont une attitude beaucoup plus positive envers le KKE, surveillent ses positions, s’inquiètent, même si elle n’a toujours pas été convaincue de faire un pas plus décisif.

Les résultats électoraux de SYRIZA font état d’un mécontentement populaire vis-à-vis de son gouvernement. Au cours des dernières années, il a mis en œuvre une politique anti-peuple, poursuivant le travail des gouvernements du ND et du PASOK, incitant le peuple à prendre des «miettes», quelque chose que le ND à sa manière également proclamé.

Cependant, il n’est pas positif que la population se tourne vers des choix plus anciens, tels que ND et PASOK / KINAL ou d’autres forces qui sont soutenues et préparées pour jouer le rôle d’un des deux camps, ou le complément d’un gouvernement impopulaire. la gestion.

SYRIZA a d’énormes responsabilités car, grâce à ses politiques, il a permis à ND et au PASOK de paraître justifiés pour leur précédent travail anti-populaire. En substance, cela les dégageait de toute responsabilité.

Il est positif que Golden Dawn soit passée de la troisième à la cinquième place et que le KKE soit en avance. Bien entendu, les changements de position, tels que ceux concernant la solution grecque, constituent la reformulation d’une scène politique réactionnaire globalement anti-populaire.

Les résultats du KKE envoient un message d’espoir aux partis communistes et aux forces militantes d’autres pays qui luttent dans des conditions difficiles pour tracer une ligne radicale de redressement et de regroupement des forces.

KKE – parti communiste de Grèce

Espagne : Le PCPE maintient ses résultats

PREMIÈRE DÉCLARATION DU SECRÉTARIAT POLITIQUE DU PCPE SUR LES RÉSULTATS DES ELECTIONS EUROPEENNES – 26 mai 2019

En guise de premier commentaire, le Secrétariat politique du Comité central du Parti communiste des Peuples d’Espagne, déclare:

  1. Les résultats de ces élections projettent la nouvelle configuration de la carte de lareprésentation politique en Espagne, dans laquelle la social-démocratie a été chargée de la gestion du capitalisme espagnol pour la prochaine étape.
  2. Parallèlement à ce premier facteur, il en résulte une division du vote des composantes de la droite libérale, qui conduit à une défaite pour le parti populaire. Alors que dans ce fractionnement les forces de secours n’obtiennent pas les résultats escomptés pour remplacer le PP, comme premier parti d’opposition, dans cette nouvelle configuration.
  3. La nouvelle social-démocratie subit les conséquences de la montée de la social-démocratie historique, et une partie de leurs votes retournent au bercail de la maison d’origine. Il est confirmé que le nouveau projet de la social-démocratie PODEMOS-IU est une carte de remplacement de la social-démocratie toujours
  4. la présence au Parlement européen de représentants de Ahora REPUBLICAS et de JUNTS, avec Oriol Junqueras et Puigdemont, vient placer avec force la question catalane sur le terrain de l’UE, causant une difficulté majeure pour une solution répressive de la question catalane dans l’Etat Espagnol.
  5. Le PCPE maintient ses résultats électoraux, dans un scénario où la majorité parlementaire européenne est configurée par un bipartisme imparfait qui développe le projet
    impérialiste, de surexploitation, de répression et de guerre, dans une Europe forteresse où la présence significative des différentes forces de la droite impose à une gestion
    plus réactionnaire, poussant plus particulièrement des politiques migratoires plus violentes et des actions plus agressives de l’OTAN.
  6. La lutte contre ce projet impérialiste d’exploitation et de guerre passe par un travail intensif sur les fronts de masse, afin de faire progresser les positions de la solidarité internationaliste, et contre l’impérialisme. Une lutte idéologique forte où le paradigme de la société socialiste, le pouvoir ouvrier et la lutte pour le désarmement et la paix sont les maîtres mots du projet alternatif aux formes actuelles de dictature du capital dans l’UE.
  7. Elever un grand front anti-impérialiste, soutenu par un travail de masse intense et dans une politique d’alliances à grande échelle, est la tâche pratique qui nous incombe d’assumer, pour construire un bloc social et politique capable de faire face à cette Europe de l’exploitation et de la guerre.
    26 mai 2019

traduction JBC pour www.initiative-communiste.fr

Commentaire de lecteur “Élections européennes, des réactions des partis communistes en Grèce, en Espagne, au Portugal.