Déclaration du PC de Biélorussie : “Ils ne passeront pas”

À notre demande, nos camarades du PC de Biélorussie nous ont envoyé cette déclaration à propos des événements récents. Les communistes de Biélorussie lancent un appel à tous les et ouvriers du monde pour qu’ils apportent toute l’aide possible et manifestent leur solidarité internationale avec la République de Biélorussie en ces jours décisifs.


Chers camarades, chers amis !

Dans le contexte d’un nouveau cycle d’escalade et de pression internationale sur la République de Biélorussie, nous voulons informer le mouvement communiste et ouvrier international de la situation réelle dans notre pays. Les communistes ont maintes fois affirmé que la nature du capitalisme moderne, malgré toutes ses métamorphoses, reste inchangée. Ayant pris la forme du mondialisme, l’impérialisme, dans ses tentatives de sortir de la crise financière et économique mondiale, essaie de redéfinir le monde, pour lequel il a mené, en fait, la troisième guerre mondiale dans divers domaines – économique, idéologique et informationnel. La pandémie de COVID est également utilisée à cette fin. Elle est devenue une raison formelle pour limiter l’activité politique et établir un contrôle social, malgré le fait que les États occidentaux n’aient pris aucune mesure efficace pour protéger réellement la population.

Dans le contexte des nouveaux problèmes mondiaux, le capital, agissant de manière délibérée et cohérente, plonge des pays et des régions entières dans la dépendance financière et économique, ce qui les conduit ensuite à la subordination politique. Ces actions ont déjà été qualifiées de guerre hybride, ainsi que de néocolonialisme, lorsque des États qui avaient acquis leur indépendance sont remis sous le contrôle de groupes financiers mondiaux par des méthodes militaires et économiques.

En 2020, la Biélorussie a connu diverses formes de guerre hybride et de “nouveau colonialisme”, et a été soumise à une pression extérieure sans précédent, qui ne s’arrête toujours pas. Les centres d’émigration étrangers la présentent comme une révolution menée par le peuple, et en fait, c’est une rébellion contre-révolutionnaire visant à éliminer la direction politique du pays et l’effondrement d’un État social indépendant. Pourquoi les événements en Biélorussie ne peuvent-ils pas être appelés une révolution ? Toute révolution a des conditions préalables objectives et subjectives, et il n’y a pas de telles conditions préalables sous la forme d’une situation révolutionnaire dans le pays. À son tour, la révolution est un processus visant à briser l’ancien système et à le remplacer par une formation progressiste. En Biélorussie, il y a des tentatives de démanteler le modèle social progressiste, qui est plus proche du modèle socialiste dans ses caractéristiques, et de le remplacer par un capitalisme sauvage sous les slogans de l’anticommunisme, de l’antisoviétisme, du nationalisme et de la russophobie.  La force motrice de l’insurrection contre-révolutionnaire est constituée d’éléments de la soi-disant bourgeoisie nationale qui veulent avoir plus d’influence sur la prise de décision et sont de mèche avec des forces extérieures qui poursuivent leurs propres objectifs géopolitiques au Belarus.

La campagne de déstabilisation organisée par le collectif occidental et ses groupes de soutien à l’intérieur du pays se poursuit depuis environ un an et comporte plusieurs étapes principales.

Au stade initial (électoral), le gouvernement a été déclaré criminel, et les résultats des élections présidentielles – truqués à l’avance.  Depuis la fin du scrutin, sans attendre ses résultats, des émeutes de masse ont été organisées dans la capitale et les centres régionaux. Les principaux participants à ces émeutes étaient des groupes néo-nazis, nationalistes et anticommunistes ainsi que des éléments criminels dont les objectifs étaient de prendre le pouvoir, de démanteler l’État-providence, de décommuniquer, de privatiser, de restaurer les symboles de l’État nazi et de rompre les relations avec la Fédération de Russie.

Après l’échec de la phase électorale, notamment les tentatives d’organisation de grèves dans les entreprises qui n’ont pas trouvé de soutien auprès des travailleurs, certains militants sont ouvertement passés à la préparation d’attentats terroristes, à la terreur et au sabotage contre le président A. G. Loukachenko, les représentants des pouvoirs publics et leurs partisans. Suivant l’exemple de l'”autodéfense Maidan” ukrainienne, on a tenté d’organiser des groupes criminels décentralisés dans les quartiers de la capitale et des grandes . Les forces de l’ordre ont arrêté plusieurs dizaines de groupes de combat qui en étaient à différents stades de la mise en œuvre du plan. L’un d’entre eux a réussi à importer des explosifs et des armes du territoire de l’Ukraine, où les combats sont en cours.
Dans le même temps, certains groupes radicaux étaient directement coordonnés par le mouvement néonazi ukrainien, les “Volontaires biélorusses”, qui fournissaient une aide matérielle et organisationnelle à la préparation des groupes, leur fournissaient des bases et la possibilité de se retirer sur le territoire de l’Ukraine.

Dans le même temps, les activités subversives ouvertes n’ont pas trouvé de soutien tant au sein de la population soutenant le gouvernement légitime que dans la partie de l’opposition qui n’était pas prête à soutenir et à financer la terreur. Par conséquent, tant le mouvement de protestation contrôlé de l’extérieur que les activités des groupes illégaux n’ont pas atteint leurs objectifs.

Par la suite, la troisième phase de pression diplomatique et économique sur le gouvernement et de sanctions a été organisée. À l’heure actuelle, un certain nombre de structures d’opposition opèrent depuis l’étranger, étant sous la juridiction de l’Union européenne, et en même temps sous le contrôle des émissaires américains, et se qualifient d'”organes de gouvernement légitimes”. Il existe au moins deux centres d’émigration en Pologne et en Lituanie, à partir desquels sont coordonnées les activités diplomatiques liées aux tentatives d’imposer de nouvelles sanctions contre notre pays. Ils tentent de parvenir à une déstabilisation interne en réduisant le niveau de vie de la population et ses revenus.
Comme l’a noté à cette occasion le président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko, les services de renseignement étrangers sont passés de l’organisation d’émeutes de rue au stade de la strangulation : “La recherche est en cours pour trouver de nouveaux points vulnérables, et elle ne vise pas que nous : nous sommes un terrain d’essai pour eux, une plateforme expérimentale avant une ruée vers l’Est. Après l’avoir testé chez nous, ils iront là-bas”. Dans cette optique, de l’avis du président A. G. Loukachenko, il convient d’accorder une attention particulière à la préservation du niveau de vie de la population et à la mise en œuvre de programmes socialement significatifs. “C’est une question de prix et de propriété”, a-t-il déclaré.
Bien sûr, les structures étrangères ne sont pas satisfaites du fait que la situation sociale en Biélorussie reste stable ; les entreprises, la sphère sociale travaillent comme d’habitude, les forces de l’ordre assurent la sécurité. Et dans ce cas, la provocation aérienne du 25 mai 2021 avec un avion étranger a été utilisée par les États-Unis, la Grande-Bretagne et les pays satellites des États-Unis en Europe de l’Est pour appeler à un blocus aérien et économique de la République. Les plus actifs à cet égard sont la Pologne, la République tchèque, la Lituanie, la Lettonie et l’Ukraine, qui, en fait, sont devenus des centres opérationnels pour les actions de l’opposition.
Dans le même temps, les communistes rappellent que les activités subversives contre la Biélorussie, ainsi que le soutien matériel et organisationnel aux groupes d’opposition, sont menées aux frais des contribuables européens et américains. Ces dépenses ne sont pas transparentes ; même le fait d’un quelconque soutien matériel à l’opposition est officiellement dissimulé. Par conséquent, nous demandons à nos camarades du mouvement communiste et ouvrier de demander ces informations à leurs gouvernements nationaux (Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie, République tchèque, Slovaquie et Ukraine), et de les rendre publiques. En effet, dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les ressources matérielles sont dépensées non pas pour le soutien social de leurs citoyens, mais pour des jeux politiques dans l’intérêt des États-Unis et pour distraire leur propre population des problèmes domestiques.
Nous demandons également aux partis communistes des États amis d’utiliser la tribune parlementaire pour soutenir publiquement la République de Biélorussie et exprimer leur attitude face aux actions subversives des États-Unis. Les communistes du Bélarus comprennent que la crise politique dans notre pays n’est pas seulement un élément de déstabilisation de la situation en Russie, mais aussi une tentative de perturber l’initiative chinoise de la “Ceinture et la Route” sur le continent européen. En outre, un tampon d’instabilité similaire est actuellement créé par les Américains autour de la RPC dans la région de l’Asie du Sud-Est. Avec leur soutien, de nouveaux conflits régionaux sont instigués, qui visent à détourner les forces et les ressources d’États tels que la République populaire de Chine et la Fédération de Russie.

Il s’agit en fait d’éléments d’une nouvelle “politique de dissuasion” dans la nouvelle “guerre froide”. Et le Belarus, comme un certain nombre d’autres pays, devient dans ce cas l’otage de la confrontation initiée par les États-Unis. Dans ces actions, les complices actifs des États-Unis sont leurs satellites en Europe de l’Est, qui ont précédemment procédé à la décommunisation et, en fait, ont restauré les régimes nazis de l’entre-deux-guerres dans leur contenu et leur forme.

Nous avons également assisté à un vandalisme d’État, lorsque des pays comme la Lettonie et la Lituanie insultent les symboles nationaux bélarussiens et utilisent le symbole de la protestation nationaliste – le drapeau blanc-rouge-blanc, qui était utilisé au Bélarus pendant l’occupation allemande par des groupes pro-nazis, pour indiquer leurs sympathies.
Les communistes de Biélorussie lancent un appel à tous les partis communistes et ouvriers du monde pour qu’ils apportent toute l’aide possible et manifestent leur solidarité internationale avec la République de Biélorussie.

Nous vous demandons d’organiser une pression politique sur les dirigeants des États qui provoquent le chaos en République de Biélorussie sous les formes dont vous disposez – y compris dans les médias et les organes parlementaires. Chaque acte de solidarité internationale est maintenant extrêmement important pour nous, alors qu’en fait, les Américains tentent de provoquer le blocus et la division de notre pays sur le principe des événements yougoslaves.

La solidarité internationale est notre force ! Ils ne passeront pas !

Le Comité central du Parti communiste de Biélorussie

http://www.comparty.by/news/address-communist-party-belarus-communist-and-workers-parties-world