Berlin veut faire taire les critiques du régime !

Les Libres Penseurs sur la non-admission du DKP aux élections du Bundestag : la demande de « paix avec la Russie et la Chine » est une épine dans le pied du gouvernement.

12 juillet 2021

L’Association allemande des Libres Penseurs, une communauté d’orientation philosophique et organisation culturelle non partisane du mouvement ouvrier socialiste qui existe depuis 1881, considère l’interdiction faite aux communistes de se présenter aux élections en Allemagne comme une grave violation des droits de l’homme.

L’article 1 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) de l’ONU stipule : «Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. » L’article 25 garantit à tous les citoyens le droit « de voter et d’être élu, au cours d’élections périodiques, honnêtes, au suffrage universel et égal et au scrutin secret, assurant l’expression libre de la volonté des électeurs ». Ceci est directement applicable en Allemagne également, puisque l’article 25 de la Loi fondamentale stipule : «Les règles générales du droit international font partie du droit fédéral. Ils priment sur les lois et génèrent des droits et des obligations directement pour les habitants du territoire fédéral. »

L’interdiction de candidature décrétée par la commission électorale fédérale viole donc de manière flagrante la Loi fondamentale et le droit international auxquels la République fédérale d’Allemagne est liée.

L’affirmation du commissaire aux élections fédérales selon laquelle le DKP avait perdu son statut de parti parce qu’il n’avait pas soumis de rapports de responsabilité, ou les avait soumis en retard, est une construction intenable et aventureuse qui ne peut être considérée que comme une contournement de la loi. Les délais introduits par la nouvelle loi sur les partis politiques de 2015 s’appliquent explicitement, selon l’article 39 de cette loi, uniquement aux rapports de responsabilité à partir de 2016, ce qui signifie que le DKP a au moins soumis ses rapports pour 2014 et 2015 conformément à la situation juridique. Ce n’est qu’après six années consécutives de manquement à cette obligation que le retrait du statut de parti en vertu de cette loi serait possible, mais ce ne sont pas les faits de ce cas. Toutefois, si le commissaire fédéral aux élections et son comité décident de contredire le texte clair de la loi, qui peut être lu par n’importe qui, cet acte de contournement de la loi soulève la question de savoir si un mandat politique « supérieur » a été exécuté ici.

L’Association Allemande des Libres Penseurs considère que pour toutes les personnes démocratiques et respectueuses de la loi, qu’elles partagent ou non les positions et les objectifs du DKP, la contestation contre cet arbitraire politique est un devoir civique. Nous rappelons les paroles du pasteur Niemöller : « Lorsque les nazis ont pris les communistes, j’ai gardé le silence ; après tout, je n’étais pas communiste. Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, j’ai gardé le silence ; après tout, je n’étais pas social-démocrate. Quand ils ont emmené les syndicalistes, j’ai gardé le silence ; après tout, je n’étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. »

Persécution de la gauche : la tradition en Allemagne

Nous revendiquons le droit de protester également parce que nous, en tant que libres penseurs, partageons l’histoire de la persécution sous le fascisme allemand avec les syndicalistes, les sociaux-démocrates, les communistes, les gauchistes sans parti et les autres démocrates.

Après l' »incendie du Reichstag », les principaux fonctionnaires des Libres Penseurs sont arrêtés, en mars 1933, les SA prennent d’assaut la Maison des Libres Penseurs de Berlin, les biens sont pillés et mis sous la « tutelle » de la SA, les activités de l’association sont interdites. Le président de l’association, Max Sievers, un social-démocrate qui résiste au régime nazi avec des publications à partir de l’étranger, est arrêté en France en 1943, accusé de « trahison contre le peuple allemand » par le « tribunal du peuple » présidé par Roland Freisler le 17 novembre 1943, et condamné à mort pour « préparation à la haute trahison avec favoritisme envers l’ennemi ». Le 17 janvier 1944, les fascistes l’ont assassiné à la guillotine dans le pénitencier de Brandenburg-Görden.

Le juge sanguinaire Freisler était responsable de plus de 2 600 condamnations à mort, mais sa veuve a reçu, en plus de sa pension de veuve, une « indemnité pour préjudice professionnel » à partir de 1974, car Freisler « s’il avait survécu à la guerre, aurait gagné un revenu plus élevé en tant qu’avocat ou fonctionnaire dans le service supérieur. » Aussi cynique que cette justification puisse paraître, elle est symptomatique de la manière dont l’Allemagne de l’Ouest et la RFA ont traité les fonctionnaires et les sbires du régime nazi. Aucun des quelque 570 juges et procureurs du « tribunal du peuple » n’a été condamné en RFA ; des dizaines d’entre eux ont poursuivi leur carrière dans le service judiciaire. Dans de nombreux cas, ils ont à nouveau jugé les mêmes accusés qui étaient considérés comme des ennemis de l’État en RFA, comme ils l’avaient été sous les fascistes. Entre 1951 et 1968, près de sept fois plus de condamnations ont été prononcées contre des communistes que contre des nazis coupables. Ce n’est qu’en 1998 que les sentences de terreur du « Tribunal du peuple » et d’autres tribunaux spéciaux nazis ont été légalement abrogées.

Interdiction anticonstitutionnelle du KPD

Après douze ans d’interdiction du Parti communiste d’Allemagne sous le fascisme allemand, le gouvernement du chancelier Adenauer a engagé en 1951 une procédure d’interdiction devant la Cour constitutionnelle fédérale à l’encontre du parti, qui était représenté au Conseil parlementaire et au Bundestag. Auparavant, la Jeunesse allemande libre (FDJ) avait déjà été interdite en raison de ses contacts avec la RDA et le KPD légal, et les infractions pénales de « haute trahison » et de « trahison contre l’État », qui relevaient auparavant de la responsabilité du « tribunal du peuple », avaient été réintroduites.

Outre la continuité de l’anticommunisme comme raison d’état en RFA, le KPD avait « gagné » une interdiction aux yeux des dirigeants notamment parce qu’il avait trouvé un grand soutien dans la population dans sa mobilisation contre la remilitarisation. Dès 1948, Adenauer avait chargé le général de la Wehrmacht Speidel de rédiger un mémorandum sur « l’inévitabilité du réarmement » ; avant même la création du Pacte occidental, le « chancelier des Alliés » a exigé en 1949 « l’adhésion de l’Allemagne de l’Ouest à l’OTAN » ; en 1950, sur ordre d’Adenauer, d’anciens nazis se sont réunis dans le monastère de l’Eifel à Himmerod pour rédiger le « Himmeroder Denkschrift » (mémorandum Himmerod), qui appelait à la remilitarisation, ainsi qu’à la réhabilitation des membres de la Waffen SS.

Le KPD avait soulevé la question de la remilitarisation au Bundestag pour la première fois à la fin de 1949, et Adenauer ment au parlement en répondant cinq fois par « non » aux questions sur les plans de remilitarisation. Le « plébiscite sur la remilitarisation », lancé par le KPD, a recueilli plus de 9 millions de signatures jusqu’à ce que le sondage soit interdit par le régime d’Adenauer pour avoir voulu « renverser l’ordre constitutionnel », et que les organisateurs soient accusés – bien sûr – de « haute trahison ».

Pour tourner en dérision tous les discours du dimanche sur une prétendue « séparation des pouvoirs », le gouvernement exerce une pression permanente sur la Cour constitutionnelle fédérale, d’abord pour qu’elle ouvre « enfin » la procédure, ce qu’elle fait le 23 novembre 1954, puis pour qu’elle parvienne au résultat souhaité. L’agent du gouvernement fédéral dans cette procédure était le secrétaire d’État Hanns Ritter von Lex. Il s’était déjà illustré en 1931-1933, par exemple, en tant que représentant du parti populaire bavarois dans les pourparlers avec le NSDAP et Adolf Hitler, dans lesquels il soutenait le « meurtre systématique des communistes par l’État national-socialiste dans toute sa radicalité et sa brutalité ».  » 1) Dans sa plaidoirie finale à Karlsruhe en 1955, Ritter von Lex dit du KPD :  » C’est une source dangereuse d’infection dans le corps de notre peuple, qui envoie des toxines dans le sang de l’organisme étatique et social de la République fédérale.  » 2) L’historien Prof. Dr. Josef Foschepoth qualifie toute la procédure en un mot :  » inconstitutionnelle « .

La persécution des communistes jusqu’à aujourd’hui

L’illégalisation du KPD a finalement été ordonnée le 17 août 1956, plaçant la RFA sur un pied d’égalité avec la dictature fasciste de Franco en Espagne et la dictature fasciste de Salazar au Portugal, ainsi que le régime ultérieur des Colonels en Grèce et la dictature en Turquie, où les partis communistes étaient également interdits.

L’interdiction a été suivie de centaines de milliers d’enquêtes, de près de 10 000 condamnations, de peines de prison allant jusqu’à cinq ans et d’innombrables cas de perte d’emploi pour des raisons politiques. Le service secret appelé « Verfassungsschutz » était particulièrement actif, qui avait également été reconstruit avec l’ancien personnel nazi, et les personnes concernées étaient en grand nombre des personnes qui avaient été précédemment incarcérées dans les camps de concentration et les pénitenciers des fascistes. Parmi eux se trouvaient de nombreux membres de l’Association des Libres Penseurs.

Après l’échec patent d’une politique étrangère allemande réduite à la guerre froide et au revanchisme à la fin des années 1960, l’interdiction du KPD a quelque peu perturbé le passage à la « détente ». Mais au lieu de la lever, ils ont préféré démonstrativement ne pas s’opposer à la reconstitution d’un parti communiste, à la suite de quoi le DKP a vu le jour. Cette tolérance à l’égard d’un parti communiste légal était principalement destinée à servir de façade à l’étranger ; dans le pays, ils ont cherché à criminaliser l’adhésion au DKP. Avec le « Radikalenerlass » de 1972, des milliers de victimes de la pratique du Berufsverbote ont été menacées, licenciées, entravées dans leur développement professionnel ou détruites dans leur existence sociale. Outre les communistes, de nombreux sociaux-démocrates de gauche ont également été ciblés par les services secrets en raison de « doutes sur leur loyauté envers la constitution ».

En 1995, la Cour européenne des droits de l’homme a estimé que la pratique de la République fédérale consistant à interdire l’accès à la profession violait, entre autres, la Convention européenne des et des droits de l’homme. Néanmoins, la Radikalenerlass n’a pas encore été officiellement révoquée, et dans la plupart des cas, il n’y a pas eu de réhabilitation des personnes interdites à l’époque. Jusqu’à récemment, dans des Länder  » gouvernés différemment  » comme la Thuringe et la Bavière, l' »engagement en faveur de l’ordre fondamental démocratique libre » est mentionné comme condition d’emploi dans la fonction publique.

Mais même avec la disparition de l’ennemi de la « guerre froide », qu’étaient les pays socialistes d’Europe, la persécution des communistes en Allemagne était loin d’être terminée. RDA ayant perdu son statut d’État, une nouvelle vague de persécution des marxistes a commencé. De 1991 à 1999, quelque 100 000 procédures préliminaires ont été engagées contre des citoyens de RDA, des dizaines de milliers d’entre eux ont été licenciés pour avoir été « proches du système », et des dizaines de milliers d’autres ont subi une vengeance a travers des pensions punitives pour avoir été « proches de l’État ».

Thomas Mann a qualifié l’anticommunisme de « folie fondamentale de notre époque ». L’anticommunisme a marqué l’histoire de l’Allemagne au siècle dernier, au moins depuis l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht en 1919, et il est encore efficace aujourd’hui comme élément de danger constant pour la démocratie. Près de 50 ans après le « Radikalenerlass » et 65 ans après l’interdiction du KPD, la revendication reste à l’ordre du jour : l’interdiction du KPD en tant que menace permanente et instrument de répression contre toutes les forces démocratiques et progressistes doit être levée !

C’est évident que l’inexplicable faiblesse de la lecture par rapport à leur propre loi, dans les états-majors composés de juristes pleinement qualifiés du ministère fédéral de l’Intérieur, de l’administration du Bundestag et de la commission électorale fédérale, a sa cause dans cet anticommunisme qui obscurcit la pensée et les sens. Dans leur tentative d’empêcher le DKP de se présenter aux élections du Bundestag, il ne s’agit pas seulement de cette participation électorale particulière, mais du retrait général du statut de parti. Cela supprimerait la protection du privilège des partis, ne nécessitant plus un procès devant la Cour constitutionnelle fédérale pour une interdiction, mais seulement un ordre du ministre de l’Intérieur, et finalement les communistes seraient contraints de fonder un nouveau parti. Qu’est-ce qui sous-tend cette approche ?

« En Allemagne, la lutte contre les mouvements d’opposition passe au prochain tour »

On ne peut qu’être d’accord avec cette évaluation de Stern, cependant, le magazine a écrit « Russie », pas « Allemagne ».3) Le MDR juge : « actuellement, Köbele est l’un des critiques les plus acerbes du système Merkel »,4) tout comme d’autres « médias de qualité » allemands, par exemple le FAZ 5) : « L’action contre Patrik Köbele et ses partisans montre l’absence de scrupules cynique des dirigeants allemands. L’Est doit réagir clairement à cette évolution ». Ou dans le Focus 6) : « Maintenant, Merkel veut anéantir tout son mouvement. » Vous l’avez deviné : au lieu de Köbele, ils écrivent Nawalny, au lieu de Merkel Poutine, au lieu de russe allemand et au lieu d’Est Ouest.

Mais le fait que le gouvernement allemand, qui est responsable de l’état d’urgence de la démocratie en Allemagne, continue d’agir comme un maître d’école pour les autres pays en matière de démocratie, de droits de l’opposition et de procédures électorales, est une hypocrisie dégoûtante. Il est temps, notamment à l’égard des pays concernés, d’informer sur les processus « démocratiques » réels dans « L’État de droit » qu’est l’Allemagne. Nous le ferons en tout cas dans le cadre de l’Union Mondiale des Libres Penseurs. Il serait souhaitable que les gouvernements étrangers interviennent en retour auprès du gouvernement allemand.

L’OTAN a déclaré que la Russie et la Chine étaient des ennemis, les politiciens et les « grands médias » débordent de propagande russophobe et antichinoise. Ils continuent de provoquer avec une politique de confrontation, de réarmement, de déploiement de troupes et de manœuvres aux frontières de la Fédération de Russie. La reprise de la politique de la canonnière avec l’envoi d’une frégate de la Bundeswehr en mer de Chine méridionale est considérée par le gouvernement allemand comme un « signal à la Chine ».

Le fait que, dans cette situation internationale tendue, le DKP inscrive le slogan « Paix avec la Russie et la Chine » sur ses bannières et affiches sera la principale cause de la répression actuelle. Les dirigeants exigent de soutenir ou du moins de ne pas entraver la mobilisation pour la guerre contre la Russie et contre la Chine, ainsi que de défendre par tous les moyens l’OTAN et sa division régionale, l’UE. Ils veulent, en un mot, la paix du cimetière sur le front intérieur. Ceux qui n’acceptent pas ce cadre politique doivent s’attendre à la répression à partir de maintenant. L’action contre le DKP, peu importe sa taille et de son importance, vise précisément à envoyer ce signal. Par conséquent, tous ceux qui comprennent et rejettent ce signal sont appelés à faire preuve de solidarité avec le DKP, au-delà des considérations de politique politicienne.

Sebastian Bahlo Klaus Hartmann

Président fédéral Vice-Président fédéral

Notes

1) Georg Foschepoth, Verfassungswidrig!, Göttingen 2017/2021, Verlag Vandenbroeck & Ruprecht

2) Dokumentarwerk KPD-Prozess, Bd. 3, S. 116

3) https://www.stern.de/politik/ausland/-in-die-katakomben-verdraengt—wie-der-kreml-nawalny-unterstuetzer-in-den-untergrund-jagt-30565452.html

4) https://www.mdr.de/nachrichten/welt/osteuropa/politik/nawalny-giftanschlag-person-hintergrund100.html

5) https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/kreml-zynisch-und-skrupellos-gegen-nawalnyj-17299930.html)

6) https://www.focus.de/politik/ausland/russischer-regimekritiker-nawalny-seit-100-tagen-in-haft-jetzt-will-putin-seine-ganze-bewegung-ausloeschen_id_13227618.html