Berlin « à l’écoute » de Paris : UNE NOUVELLE GRANDE PAGE DE L’AMITIE FRANCO-ALLEMANDE #Europe #NSA

angela écoutesAprès le ministre allemand Schäuble, qui vient d’appeler à « réformer la France de force » sans que Hollande n’émette un hoquet de protestation, ce sont les services secrets allemands qui sont pris en flagrant délit d’ du « grand ami » français.

Gageons que si des protestations sont émises par Paris, ce sera mezzo voce et « pour la galerie », tant l’esprit de Kollaboration domine à Paris comme au bon brun temps… Après tout, ne s’agit-il pas des deux côtés du Rhin de briser l’ « exception française » héritée de la Révolution jacobine, du Front populaire antifasciste et du CNR pour faire place nette aux prédateurs du CAC-40 et de ses OBAMA NSA Ecoutes,piratage dictaturehomologues allemands ?

Raison de plus pour cultiver, non pas la stupide germanophobie, mais la solidarité entre communistes allemands et français, entre travailleurs français et allemands comme à l’époque où les « deux T. », Thälmann et Thorez, tenaient tête à la PREMIERE Europe allemande adulée par « notre » bourgeoisie (qui n’est pas loin d’être ENCORE PLUS francophobe que le patronat allemand !) ?

Mais sans doute sommes-nous trop critiques : pour une fois que la Grande capitaliste « réunifiée » se met à l’ de la France (ou plutôt des dirigeants qui la représentent si mal…)…

les services de renseignement allemands qui sont accusés d’avoir espionné des officiels français et des hauts-fonctionnaires de la Commission européenne pour le compte de la NSA

(…)

# Un espionnage politique

Les pratiques du BND, le service de renseignement allemand, sont au cœur du scandale. D’après le quotidien “Süddeutsche Zeitung”, l’Allemagne a procédé à l’écoute de plusieurs hauts fonctionnaires du ministère français des Affaires étrangères, de la Commission européenne, et même du Palais de l’Elysée pour le compte de la NSA. Ces auraient été réalisées depuis une station située dans la ville de Bad Aibling en Bavière.

Citant une source très au fait des procédures en vigueur au sein du BND, le journal précise que “le coeur [des activités] est l’espionnage politique de nos voisins européens et des institutions de l’Union européenne”.

Pour mieux comprendre cette collaboration américano-allemande, il faut se souvenir qu’en 2002, quelques mois après les attentats du 11-Septembre, l’Allemagne avait décidé d’apporter son soutien au renseignement américain en signant un accord de coopération entre le BND et la NSA. Le tout au nom de la lutte contre le terrorisme. Cette collaboration interservices concernait-elle l’espionnage de certains pays européens dont la France ? Ou bien les Allemands ont-ils été manipulés par la NSA ? Paris, très discret depuis les révélations, assure être en “contact étroit” avec Berlin pour obtenir des éclaircissements.

# Un espionnage économique

Ces révélations s’ajoutent à celles faites la semaine dernière par le journal “Bild”, sur l’espionnage économique de plusieurs grandes firmes européennes dans le viseur des Etats-Unis.

La NSA aurait ainsi utilisé plusieurs fois depuis 2005 la station allemande de Bad Aibling pour tenter d’espionner les activités de certains groupes comme EADS  et Eurocopter, selon des documents consultés par “Bild”. Concrètement, la NSA réclamait au BND de surveiller les adresses électroniques IP et les numéros de téléphone de certains salariés. 

Interrogé par “Bild”, un membre de la commission d’enquête parlementaire allemande chargé de faire la lumière sur les pratiques de la NSA assure, sous couvert d’anonymat, qu’il ne fait aucun doute que les services d’Angela Merkel étaient au courant de ces activités d’espionnage :

“On a définitivement su pendant des années à la chancellerie que la NSA tentait d’espionner des sociétés allemandes. Il est improbable et il serait totalement inhabituel que le chef des services de la chancellerie n’ait pas été informé de tels agissements.”

Au moins informée à deux reprises de telles pratiques en 2008 et 2010, la chancellerie aurait décidé de fermer les yeux pour ne pas froisser l’allié américain.

# Merkel sommée de s’expliquer

Acculée par ces révélations, Angela Merkel préfère pour l’heure botter en touche. Evoquant des “déficits” dans le fonctionnement du BND, elle se contente de promettre des “changements dans l’organisation” du renseignement allemand.

Problème, l’homme qui était en 2008 chargé de superviser les services de renseignement, en tant que chef de la chancellerie, n’est autre que Thomas de Maizière, un très proche de Merkel et actuel ministre de l’Intérieur. La chancelière allemande a-t-elle pu ignorer complètement les agissements de ses propres services de renseignement ? Ces derniers agissaient-ils en parfaite autonomie ? Autant de questions qui restent pour l’instant sans réponse. Ce qui n’empêche pas plusieurs élus de l’opposition de réclamer que des têtes tombent pour “trahison”.

source nouvel Obs