Attaque fasciste contre le KKE à Thessalonique

Le Pôle de Renaissance Communiste en France fait part de sa consternation et exprime sa solidarité sans faille avec le KKE et son aile de jeunesse le KNE, lesquels ont fait l’objet d’une attaque meurtrière contre des militants qui distribuaient des tracts sur la place Eleftherias à Ilioupolis (Thessalonique).

Selon des témoins oculaires, les agresseurs ont utilisé des chaînes épaisses, des couteaux et même des tasers, blessant au moins trois à quatre personnes avant de disparaître dans le détroit environnant.

Dans une déclaration aux journalistes, Nikoleta Theognostou, conseillère municipale locale du KKE qui était sur place lors de l’attaque, a souligné que, sous la tolérance des autorités gouvernementales et des forces de police, des groupes fascistes opèrent dans le quartier depuis plusieurs jours

L’attaque meurtrière des fascistes d’aujourd’hui survient quelques jours seulement après les attaques menées par des fascistes et des néonazis à l’école professionnelle de Stavroupolis contre des antifascistes, des organisations de gauche, des étudiants et des syndicalistes.

Dans une déclaration, l’Organisation du parti KKE de Macédoine centrale dénonce les attaques fascistes et appelle le gouvernement à « prendre des mesures » et à « prendre ses responsabilités contre l’activité des bandes fascistes ». Le parti appelle les travailleurs, les jeunes, les habitants de la région à isoler les fascistes partout.

Les organisations du KKE et du KNE de Thessalonique ont appelé à un rassemblement le samedi 9 octobre, à Stavroupolis, contre l’activité criminelle des fascistes.

commission internationale du PRCF


Communiqué de presse du comité central du KKE

Attaque des forces de police contre des grévistes à Thessalonique et  arrestations de cadres du KKE

manifestation du KKE place syntagma

Le KKE dénonce l’attaque non provoquée et violente des forces de police contre la mobilisation gréviste dans le port de Thessalonique, où un navire de l’OTAN a navigué, avec du matériel militaire et pour atteindre l’Europe de l’Est.
L’attaque a été suivie des arrestations injustifiées de 8 manifestants, dont deux membres du Comité central du KKE, avec la blessure grave de l’un deux, qui est hospitalisé, et d’un membre du Conseil central du KNE. Alors que le journaliste de Rizospastis et membre de l’ESIEMTH était à  nouveau agressé de manière inacceptable.

La volonté du gouvernement de faire passer « par le feu et le fer » la politique d’escalade de l’implication du pays dans les plans impérialistes dangereux de l’OTAN – États-Unis – UE, en supprimant les mobilisations justes, doit faire face à la condamnation populaire la plus large.
Le KKE exige que le gouvernement, qui porte l’entière responsabilité de ces événements inacceptables, libère immédiatement les détenus, une demande exprimée par le représentant parlementaire du parti Th. et le ministre de la marine marchande G. Plakiotakis.

Communiqué du PAME : Réponse immédiate du PAME à l’oppression de l’État avec des manifestations à Thessalonique et à Athènes

Contre les tactiques d’intimidation du gouvernement, les syndicats de Thessalonique ont organisé une nouvelle manifestation massive devant le siège de la police de Thessalonique pour exiger la libération des personnes arrêtées. Le PAME a immédiatement appelé également à une nouvelle manifestation devant le ministère de l’Ordre public à Athènes. En moins d’une heure, des milliers de personnes se sont rassemblées pour exprimer leur solidarité avec les arrêtés de Thessalonique. Une délégation du PAME a rencontré le ministère et a demandé l’abandon de toutes les charges.

PAME a déclaré lors de la manifestation

Il est confirmé qu’après ordre du gouvernement, la police a attaqué la manifestation de grève et a procédé à des arrestations, afin de donner ses lettres de créance aux impérialistes, à l’ambassadeur américain, au sous-secrétaire d’État V. Nuland qui est en visite en Grèce. Le gouvernement et les partis bourgeois donnent leurs lettres de créance. Les travailleurs, cependant, ne reculeront pas, nous répondrons par notre action quotidienne. Ils paieront pour ce qui s’est passé aujourd’hui. Ce qui s’est passé aujourd’hui ne sera pas oublié, le gouvernement, les fans de l’Euro-OTAN, les groupes patronaux sont dupes s’ils pensent qu’ils vont faire plier les travailleurs, les syndicats, qu’ils vont soumettre le PAME »

NOUS APPELONS TOUS LES SYNDICATS A CONDAMNER L’OPPRESSION CONTRE LES OUVRIERS MILITANTS QUI LUTTENT CONTRE LA GUERRE IMPERIALISTE

LIBÉRATION IMMÉDIATE DE TOUS LES ARRÊTÉS

TOUTES LES CHARGES SONT ABANDONNÉES

 


 

Le KKE rend compte de ses manifestations contre la guerre de l’OTAN en Ukraine

Les navires de guerre des impérialistes ne sont pas les bienvenus ! Ni terre ni eau aux assassins des peuples !

Des milliers de manifestants à Athènes, à Thessalonique et dans d’autres villes de Grèce ont répondu à l’appel du Parti communiste de Grèce (KKE) et de la Jeunesse communiste de Grèce (KNE) et ont élevé la voix contre la guerre impérialiste.

Dans la capitale grecque, des milliers de manifestants ont envahi les rues devant l’ambassade de Russie, dénonçant l’inacceptable intervention militaire russe et l’invasion de l’Ukraine, qui a été le début officiel d’une guerre dont la préparation avait commencé les années précédentes et concerne la concurrence entre deux camps impérialistes — d’un côté les États-Unis, l’Otan et l’UE et de l’autre la Russie — pour les profits du capital, pour le partage des marchés et des territoires. Ensuite, les manifestants du KKE et de la KNE ont marché vers l’ambassade des États-Unis à Athènes, condamnant le rôle de l’impérialisme américain dans les développements.

Avec leurs manifestations de masse anti-guerre et anti-impérialistes, les communistes de Grèce ont souligné qu’il est dans l’intérêt du peuple grec, de l’ensemble des peuples, de se soulever dans la lutte contre la guerre et à ne pas choisir l’un ou l’autre camp impérialiste.


 

Dans la soirée du jeudi 24/3/22, des milliers de personnes ont participé au grand rassemblement anti-guerre qui a secoué le port du Pirée, le principal port du pays. Les manifestants ont scandé des slogans, tiré des fusées éclairantes rouges et envoyé un message militant selon lequel « les navires de guerre des impérialistes ne sont pas les bienvenus » et « le Pirée est un port des peuples et non une base de lancement des impérialistes », qui ont été entendus jusqu’au porte-avions français « Charles de Gaulle », faisant partie de la flotte de l’OTAN et amarré dans la baie de Faliro.

Le rassemblement était organisé par le Centre de travail du Pirée, le Comité grec pour la détente internationale et la paix (EEDYE), la Fédération des femmes grecques (OGE), le Comité de lutte contre l’accord gréco-américain sur les bases militaires, des associations étudiantes et d’autres organisations de masse.

Des métallurgistes, des marins, des dockers, des constructeurs, des ouvriers d’usines, des jeunes, des femmes participant aux associations de l’OGE, ont défilé et brandi des banderoles indiquant clairement leur décision d’intensifier la lutte contre la guerre impérialiste, pour le désengagement du pays des plans meurtriers des États-Unis, de l’OTAN, de l’UE et de la Russie, précisant que « le mouvement ouvrier ne choisira pas un camp entre les voleurs ». Les députés du KKE Diamanto Manolakou et Maria Komninaka ont également assisté au rassemblement.