Le Panthéon d’Hollande : Mac Carthy POST MORTEM

POST MORTEM

Par Georges Gastaud, militant communiste, fils de gaulliste

A M. de l’Elysée, trieur de morts.

 

Dans notre , il y aura Jean  Moulin

Et nous n’en exclurons De Gaulle ni Leclercq ;

Mais ils supporteront les Rouges qui tombèrent

Et ils seront voisins de Rol et de Varlin ;

 

Nous veillerons Jeanne d’Arc, Henri IV et Vauban

Mais nous accueillerons les Rouges des Maquis

Car plus que vous, bourgeois, ils firent la patrie,

F.T.P., M.O.I. aux cent mille tourments.

 

Vous n’aimez pas la France, seuls comptent vos profits ;

Et vous ne savez point ce qu’est une Nation

Car vous ne supportez pas les contradictions

Et vous triez les morts par haine de parti.

 

Pour vous un Communard n’est jamais assez mort

Et quand il git au sol – torturé, fusillé

Pour sauver ce pays que vous aviez livré

Vous détournez vos yeux vers votre coffre-fort !

 

Il y a place en vos cœurs pour Thiers et pour Coblence

Pour Versailles et Vichy, mais pas pour Marcel Paul

Pour Tillon, pour Frachon, pour ceux de Carmagnole

Qui l’arme au poing tombaient pour que vive la France.

 

Jamais il n’entrera dans votre Panthéon

Ce Croizat qui te fit, Sécurité sociale,

Vous qui fîtes nos vies un petit peu moins pâles

Au creuset rouge des nationalisations

 

Pis, vous salissez ceux que vous honorez

En opposant les vôtres à ceux de notre classe ;

Car qui dit qu’ils auraient approuvé votre chasse

Aux sorcières posthume en vos tombeaux dorés ?

J’aurais bien vu Martha Desrumaux au Panthéon

Quand j’étais enfant à Hénin-Liétard et que l’on parlait de déportés politiques, le nom de Martha Desrumaux revenait systématiquement.

Martha naît en 1897 à Comines, une petite ville proche de Lille. Elle commence à travailler à neuf ans comme femme de ménage puis comme ouvrière dans le textile. Elle adhère à la CGT à treize ans, puis, deux ans plus tard, aux Jeunesses socialistes. En 1921, elle rejoint le Parti communiste. En 1917, elle prend la tête d’un mouvement de grève dans le textile. En 1925, elle dénonce la guerre coloniale au Maroc. En 1927, elle est la première femme élue au Comité Central du PCF.

En 1936, elle est une figure de proue du Front populaire dans le Nord. Elle est la seule femme présente lors de la signature des accords Matignon. Elle organise la solidarité avec les forces républicaines espagnoles. Elle joue son propre rôle dans le film de Jean Renoir La vie est à nous.

En août 1940, dans le nord de la France sous administration directe de l’armée allemande, elle organise la grande grève patriotique de mai-juin 1941. 100 000 mineurs débrayent, refusant de fournir du charbon pour l’occupant. Dénoncée par le préfet, Martha est arrêtée par la gestapo. Elle est mise au secret à la prison de Loos et déportée à Ravensbrück. Elle y organise l’entre-aide et la solidarité avec Geneviève De Gaulle-Anthonioz et Marie-Claude Vaillant-Couturier. Libérée par l’Armée rouge, elle est rapatriée par la Croix-Rouge en 1945 mais revient malade du typhus. Elle réintègre les organes dirigeants de la CGT.

En 1944, elle est élue au conseil municipal de Lille. L’année suivante, elle est élue député communiste du Nord.

La maladie l’oblige à ralentir ses activités. Elle continue cependant son action auprès de la Fédération nationale des Déportés, proche du Parti communiste.

Elle meurt le 30 novembre 1982, le même jour que son mari, ouvrier métallurgiste et syndicaliste.

Trop communiste pour entrer au Panthéon ? Comme Marie-Claude Vaillant-Couturier ?

par B Gensane repris de legrandsoir.info