Indonésie : l’anticommunisme toujours moteur de la suppression de la liberté d’expression.

50 ans après le anti communiste quelle est la situation pour les communistes en ? interdiction et répression sont permanente. Comme en témoigne le Jakarta Post, l’un des principaux journaux indonésiens.

Traduction depuis l’anglais d’un article du Jakarta Post paru le 16 mai 2016 – JBC pour www.initiative-communiste.fr

Jakarta. Il n’était pas prévu qu’une célébration dynamique de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Yogyakarta (capitale culturelle de la principale ile indonésienne, Java) le 3 mai 2016 entraînerait des scènes chaotiques et des bagarres entre les journalistes et les forces de sécurité.

L’interruption de la célébration a été attribuée à des manifestations d’un groupe qui aurait été en désaccord avec une projection du film Pulau Buru: Tanah Air Beta (Buru Island: My Homeland), un film documentaire sur la tragédie de 1965 par Rahung Nasution lors de l’événement. (Buru etait une ile camp de concentration ou des dizaines de milliers de prisonniers de la répression anticommunistes ont été déportés en 1965-1966 ndt)

La police de Yogyakarta a dispersé par le force le rassemblement à la suite de la pression exercée par des personnes qui prétendent agir au nom du Forum de la communication des enfants des anciens combattants indonésiens (FKPPI). Ils ont attaqué le lieu depuis la rue. Pakel Baru, Umbulharjo, Yogyakarta, accusant le Parti communiste de l’Indonésie (PKI) (interdit) d’être derrière l’événement.

La FKPPI a également affirmé que le film pourrait déclencher un conflit car il comportait des idées communistes. Un camion de transport de troupe remplie de policier armés jusqu’au dents s’est approché de l’événement, accroissant les tensions

Une centaine de journalistes et des militants d’ONG participant à l’événement ont résisté à la dispersion. La police les a forcés à partir, cependant, affirmant que la manifestation n’était pas autorisée. Le propriétaire d’une maison utilisée par l’association de Jojakarta de l’Alliance des journalistes indépendants (AJI) en tant que bureau et le lieu de projection de films obligeait le groupe à se déplacer ailleurs.

La dissolution de l’événement de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Yogyakarta a représenté une violation de la liberté d’expression, dont de nombreux exemples se sont produits récemment en Indonésie. L’incident est un test manquait de la mise en œuvre du droit des citoyens à l’exercice de la liberté d’expression.

Près de deux décennies après la Reformasi (réforme, succédant à la dictature fasciste de l’Ordre Nouveau), certains disent que l’Indonésie ne respectent toujours pas les droits des personnes à la liberté d’expression. Le pays affiche également des progrès lents dans la guérison de ses cicatrices concernant les turbulences politiques passées.

La récente saisie de livres soupçonnés de contenir des enseignements communistes dans des magasins en Indonésie a illustré l’échec du pays à surmonter le traumatisme de la crise politique de 1965-1966 causée par le coup d’Etat G30S.

À la mi-mai, des agents de la police de Grobogan à Java centre ont confisqué plusieurs livres contenant des histoires sur l’histoire du PKI et ses dirigeants. Les titres étaient Siapa Dalang G30S PKI (qui a orchestré PKI G30S); le lien manquant entre G30S PKI; Fakta dan Rekayasa G30S PKI (PKI G30S analyses des faits); Komunisme Ala Aidit (Le communisme de Aidit); Musso , Peristiwa 1 Oktober (incident du 1er octobre); et Nyoto Peniup Saxofon di Tengah Prahara (Nyoto, un saxophoniste au milieu de l’ouragan). Les livres étaient en vente dans un supermarché.

Par ailleurs, des officiers de la police de Sukoharjo à Java central ont saisi quatre exemplaires d’un livre intitulé The Missing Link G30S: Misteri Sjam Kamaruzzaman dan Biro Chusus PKI (The G30S Missing Link: le mystère de Sjam Kamaruzzaman et du bureau spécial du PKI) d’un supermarché à Baki , Sukoharjo.

Le chef de la police indonésienne, Badrodin Haïti, a demandé au personnel de police de cesser de chercher des livres avec du contenu lié au communisme. Il a affirmé que les livres à thème du communisme dans les librairies, les bibliothèques et les universités ne devraient pas être confisqués.

Badrodin a déclaré que la police avait pris des mesures contre des personnes ou des groupes qui avaient volontairement propagé le communisme. Il a parlé de la saisie récente de T-shirts portant l’emblème communiste des marteaux et des faucilles des magasins et des marchés.

Comme indiqué dans les médias, un résident de Tanjung Riau, Sekupang, Batam, a été arrêté le 3 mai pour porter un T-shirt de marteau et de faucille. Le 8 mai, une force conjointe composée de membres de la police de Jakarta et de la division du renseignement du Commandement de la zone militaire de Jakarta (Kodam Jaya) a arrêté le propriétaire d’un magasin vendant des T-shirts similaires à Blok M, Kebayoran Baru, Jakarta Sud. Le 9 mai, deux jeunes hommes identifiés avec les initiales UR et RD ont été arrêtés par des militaires à Lampung pour porter le même type de T-shirts.

Badrodin a déclaré que le symbole était interdit en public car il pourrait être considéré comme un effort pour répandre les enseignements communistes. Il a affirmé que le président Joko “Jokowi” Widodo lui-même avait ordonné à toutes les autorités de sécurité, y compris le procureur général (AGO) et l’agence nationale de renseignement (BIN), de s’attaquer à la distribution de symboles communistes, tels que l’emblème du marteau et de la faucille .

Badrodin a déclaré que les mesures prises par les autorités de sécurité étaient fondées sur le décret n ° XXV / 1966 de l’Assemblée consultative populaire populaire (MPRS) sur la dissolution du PKI et l’interdiction de la propagation du communisme, du léninisme et du marxisme.” [Un décret pris par la dictature militaire fasciste de Soeharto]

Séparément, la ministre du droit et des droits de l’homme, Yasona Laoly, a déclaré que l’utilisation des attributs de la PKI était clairement interdite en Indonésie. “C’était la décision du MPRS. Cette idéologie [le communisme] ne peut plus exister en Indonésie “, a-t-il déclaré le 10 mai.

Le président Jokowi a déclaré récemment qu’il appuyait les efforts visant à éradiquer le communisme en Indonésie; cependant, il a ajouté que les agents de la loi ne devraient pas agir de manière excessive dans l’exécution de la tâche. Il a fait la déclaration en réponse à des critiques répandues sur les mesures du gouvernement, qui ont été jugées excessives. À Bantul, Yogyakarta, des policiers ont confisqué un poisson de Lou Han parce qu’il avait un motif scintillant semblable au logo de marteau et de faucille sur son corps.

Les violations de la liberté d’expression, qui ont également affecté les événements visant à discuter de la tragédie de 1965, contredisent l’initiative du gouvernement visant à résoudre les violations passées des droits de l’homme. Le gouvernement a tenu en avril son premier symposium sur les événements de 1965.

Les cas récents de violations de la liberté d’expression, y compris la dissolution de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, montrent que les autorités de sécurité et le président Jokowi marchent dans des directions opposées pour résoudre les blessures du passé de la nation. Le chaos politique résultant d’une telle instabilité ralentira tous les aspects du développement du pays.


Affiche massacre indonésie page 1 Affiche massacre indonésie page 2 Affiche massacre indonésie page 3 Affiche massacre indonésie page 4