Il y a 99 ans débutait la Révolution d’octobre.

A l’heure où le capitalisme, son UE et ses gouvernements libéraux et « socialistes » se montrent de plus en plus fascisants, le Pôle de Renaissance Communiste en France organise, à l’occasion du centenaire de la Révolution d’Octobre, le samedi 4 novembre 2017 à 15h, un meeting pour célébrer les cent ans des « Dix jours qui ébranlèrent le monde » et pour souligner l’actualité de le Révolution socialiste.

C’est dans l’auditorium des Diaconesses, 18 rue du Sergent Bauchat 75012 Paris, que se tiendra cet événement dont l’importance politique doit être soulignée.

Dès aujourd’hui, réservez la date.

Dès aujourd’hui, soutenez cette initiative communiste en répondant à la souscription spéciale du PRCF.

Après un documentaire controversé en Russie: « En URSS, tous avaient assez de soleil et de pain »

drapeau-sovietique-urss

Par le journal “Sovietskaia Rossia”

A propos de la diffusion  sur la télévision russe du documentaire « URSS, le naufrage »

Dans la seconde quinzaine  de Décembre sur un chaîne de télévision russe a été diffusé un documentaire, une réalisation de Dmitri Kiselev intitulée   « URSS, le naufrage ». Dans les années 90, le nouveau gouvernement nous avait promis l’abondance.Nous l’avons eue dans sa plénitude. Je tiens à remercier l’auteur du film, de nous rappeler que nous fûmes autrefois les personnes vivant dans un grand pays, où l’on ne pointait pas du doigt, vous êtes russe, mais vous n’êtes pas russe. Nous avions tous  assez de soleil et du pain, nous  étions tous  Soviétiques.

La nostalgie de l’Union soviétique n’est pas ressentie par ceux, à qui a été  donné le temps de voler dans la dite  perestroïka et celui d’aller se bronzer  dans les îles Canaries et à Courchevel, et même ceux-là  probablement ne vivent pas en paix. Aujourd’hui, ils sont dans les îles Canaries, et à l’avenir peut-être dans les latrines. Nous allions au lit détendus et  nous nous réveillions  le matin, tranquillement en sachant que demain il y aurait du travail, le 10 du mois nous recevrions un  salaire et le 25, une avance.

Je ne devais pas  payer pour l’école et pour le collège, mais nous avons reçu une bonne éducation, avec laquelle nous pouvions facilement trouver du travail à l’étranger. Nous étions soignés gratuitement. En Juillet 2010, mon cousin est mort d’un cancer,. Il était  retraité, il n’a pas pu trouver  30.000 roubles pour une opération, et  même donner une quelconque assurance. Il est resté alité  plusieurs mois. Les injections douloureuses devaient également être  payées. Voici les charmes du riche capitalisme !

urss_soviet_poster_43Avant la chute de l’URSS, ils ne nous faisaient pas  peur avec des histoires d’horreur à la radio et à la télévision. Nous écoutions  joyeusement des nouvelles qui annonçaient  quelque part la création d une nouvelle usine, quelqu’un avait à nouveau  volé dans l’espace . Aujourd’hui la chronique du jour décrit : quelque part,  une maison en feu pour les personnes âgées; ailleurs, un bâtiment effondré, un  chercheur a été tué,  un député … Nous vivons derrière des portes de fer, en craignant le voisin.La  morale a glissé par terre .Le  vol et la fraude sont devenus une entreprise. Les voleurs sont au pouvoir. Assassiner ne surprend plus personne, c’est devenu la norme de la vie.

Dans les années 90, le nouveau gouvernement nous avait promis l’abondance, en critiquant le gouvernement soviétique à cause des étagères vides. Nous avons eu l’abondance dans sa plénitude.

La saucisse coûtait  dans les années 80, 1 rouble 40 cents, il y avait  du thé et de la viande; Maintenant, la saucisse est un mélange de  soja et de papier toilette et  elle coûte 200 roubles par kg. et on en trouve sur les étagères: pas parce que maintenant il y a de l’abondance, mais parce que nombreux sont ceux qui ne peuvent pas se permettre de l’acheter. Les centimes  gagnés dans le travail et le manque de temps . Les retards de salaire pendant plusieurs mois sont également devenus la norme.

Dans les années 80, tous les travailleurs pouvaient se permettre des vacances pour se reposer dans  un voyage à travers l’Union, et parfois gratuitement. Maintenant très peu de gens vont en voyage pour les vacances. L’intérêt du film  tient  également au fait qu’une fois de plus, nous avons vu les visages de ceux qui sans limite pour  leurs propres intérêts et leurs ambitions égoïstes, ont trahi notre pays. ceux qui sont nés dans les années 90,  ne les connaissaient pas.

C’était triste et douloureux de voir comment le drapeau soviétique, le drapeau qui était l’emblème des constructeurs, de ceux qui cultivaient les céréales, de ceux qui étaient  les créateurs.Douloureusement restaient gravés dans l’âme les mots de l’animateur Kiselyov. Mais dans ses paroles l’acronyme de l’URSS ressemblait à un  défi soviétique, cela  inspirait optimisme et’espoir.Tôt ou tard, l’Union soviétique  revivra. L’Histoire parfois revient. En France, après la victoire de la révolution bourgeoise il y a eu  la restauration des Bourbons. Mais ce ne fut que temporaire. Le régime de pillage actuel  en Russie ne durera pas longtemps, il va tomber dans tous les sens. Un système juste doit renaître…

(Traducido por A. Morada, de Aporrea.  Tomado del periódico “Sovietskaia Rossia” № 4 -13657-, 19 de enero de 2012)

source: https://histoireetsociete.wordpress.com/2016/02/15/apres-un-documentaire-controverse-en-russie-en-urss-tous-avaient-assez-de-soleil-et-de-pain/