Riposter vertement à "Europe-Ecologie" – Par Floréal

Ils sont quatre à se disputer la première place aux « primaires » d’Europe-Ecologie.

Tous diabolisent la Russie, l’Etat syrien, Cuba socialiste – pourtant classé premier pays écologique au monde par l’ONU ! –  et le Venezuela bolivarien.

Tous aspirent à une « défense européenne » renforcée et déplorent que l’ « Europe » ne soit pas encore en état de suppléer les USA dans leur rôle de gendarme musclé du monde capitaliste.

Tous demandent qu’on aille plus loin dans le démontage de la République française une et indivisible, que l’on pousse à son terme l’euro-régionalisation, que l’on destitue la langue française de son rôle national et fédérateur en adoptant cette « charte européenne des langues » qui dynamiterait la citoyenneté française, désétablirait la langue de la République et donnerait des ailes à tous les séparatismes corse, breton, catalan, etc.

Tous veulent – disent-ils – améliorer le bilan-carbone de la France… tout en fermant sans alternative sérieuse les centrales nucléaires dont la l’élimination en RFA, à l’instigation des « Grünen », s’est accompagnée d’une importation massive d’électricité nucléaire… française et d’un recours hyper-polluant à l’électricité thermique. EDF nationalisée, voilà l’ennemi alors que, bizarrement, ces étranges pacifistes n’ont jamais fustigé, quand ils étaient ministres, le nucléaire MILITAIRE…

Tous ont été fort discrets lors de la lutte contre la loi Travail, cette euro-directive parrainée par la CFDT pour laquelle les groupies de « Dany » Cohn-Bendit gardent les yeux de Chimène. Au fait, ça donne quelle couleur peu ragoûtante le vert et le jaune pâle quand on les mélange ?

Tous ont accompagné, comme Cécile Duflot, accompagnent ou accompagneront, comme la très arriviste Mme Cosse ou comme l’hyper-carriériste V. Placé, les efforts de la social-eurocratie pour aligner la France sur les normes sociales ultra-régressives de l’Europe supranationale.

Tous veulent en finir avec l’Etat-nation « jacobin », ce pelé, ce galeux d’où nous vient tout le mal, tous s’acharnent sur l’Education nationale « trop rigide » et trop… nationale ; et tous suivent Cohn-Bendit quand il étale sa germanolâtrie et qu’il s’acharne sur le pays de Mai 68 auquel ce douteux personnage doit l’essentiel de sa notoriété (bien à tort !).

Tous sont amis des « droits de l’homme » et du « droit d’ingérence »… des puissances occidentales, de préférence quand il permet de dégommer les Etats arabes souverains, Libye et Syrie, d’idolâtrer le Dalaï-Lama médiéval, de semer ailleurs la guerre civile sous influence occidentale. Mais le fait que les militants communistes soient persécutés dans toute l’Europe de l’Est et que les nostalgiques de Hitler hantent les gouvernements de Kiev ou des Pays baltes les laissent absolument froids : de vrais hommes et de vraies femmes de marbre dès lors qu’on tape sur les « Rouges » (les « crapules staliniennes », disait élégamment « Dany » au cœur des grèves de mai-juin 68).

Normal car tous ces donneurs de leçons petits-bourgeois sont anticommunistes et antisoviétiques. Comme si la contre-révolution à l’Est n’avait pas permis la victoire mondiale du tout-profit néolibéral, avec tout ce que cela comporte de prédations capitalistes sur l’environnement.

Tous prétendent d’ailleurs avoir « dépassé » ce pauvre nullard de Karl Marx perclus de « productivisme » primaire… Sauf que, bien avant Dumont, Marx expliquait que « le capitalisme ne crée la richesse qu’en épuisant ses deux sources : la Terre et le travailleur » ; sauf qu’Engels, l’auteur trop peu lu de Dialectique de la nature, fut le premier à étudier sur des bases scientifiques l’interaction complexe entre l’évolution naturelle et l’histoire humaine.

Bref, la participation aux primaires vertes n’est pas un acte décent pour un progressiste, voire pour un républicain tant soit peu conséquent. Compromission pour compromission, autant soutenir Juppé aux primaires de la droite puisqu’au moins ce glacial personnage ne se dit pas de gauche et qu’il ne dissimule pas, lui, qu’il travaille pour le camp du capital !