Ouragan Irma, Macron insulte encore les français, mobilisation le 12 : l’actualité de la semaine.

 sur les Antilles :

Bien que désossés depuis plusieurs décennies par les politiques euro-libérales, et promis une fois de plus à un nouveau dépeçage par (150 000 postes à supprimer, salaires bloqués, casse des retraites des agents publics, casse des statuts, journées de carence et autres « gâteries »), les services publics à la française, montent au front pour porter secours aux victimes de calamités naturelles : pompiers, agents de l’Équipement, personnels hospitaliers, agents d’EDF…

Déjà les sapeurs-pompiers de France ont passé un été d’enfer dans le Midi (et en Corse, où la mode est pourtant de vilipender le « colonialisme français ») pour éteindre les feux plus nombreux que jamais en raison des canicules à répétition…

Alors que les cataclysmes risquent de se multiplier en raison des dérèglements environnementaux suscités par la course au profit maximal, Macron et Cie feraient mieux de ne pas casser les services publics issus du CNR et du Front populaire plutôt que de faire de l’agitation verbale en versant des larmes de crocodiles et en feignant d’être au service du peuple. Nicolas Hulot, qui a pris la parole ce soir sur France 2, n’a pas eu un seul mot pour remercier ces personnels.

Faut-il par ailleurs rappeler que Saint Barthélemy, l’île des milliardaires, et dans une moindre mesure Saint Martin, bénéficient d’un régime d’exception fiscale profitant exclusivement aux très riches. Ces riches qui avec Macron vont encore plus refuser de contribuer à la solidarité nationale en ne payant bientôt plus l’ISF. Les “réformes” fiscales de Macron c’est 40% des baisses d’impôts pour les 10% les plus riches ! autant de budget en moins pour la solidarité nationale. Autant d’argent en moins pour les services publics !

Au passage, comment se fait-il que nos médias n’aient jamais porté le moindre regard informatif – ne parlons pas de compassion, ils en sont incapables dès lors qu’il s’agit d’un pays « communiste » – sur le peuple cubain, régulièrement frappé par des cyclones. Il est vrai qu’à Cuba, en cas de cyclone, on ne voit pas de pillage : au contraire, la solidarité est très efficacement organisée par l’État socialiste… sans que les « démocratiques » USA aient jamais levé le cruel embargo qui frappe l’île du Che depuis près de soixante années !

Quelle différence entre la grande Antille dirigée par Raul Castro et les TOM français où les divisions de classes sont explosives et où la richesse la plus indécente voisine la misère la plus révoltante…

Nouveau discours fascisant… et fébrile de Macron :

Réaffirmant depuis Athènes ( !) que la France est « irréformable », l’arrogant et hyper-patronal Macron vient à nouveau de déclarer, le rictus aux lèvres et la colère dans la voix, qu’ « il ne cèdera rien ni aux fainéants ( ??? des noms ! Ayez le courage de vos opinions, Monsieur le président « travailleur » !), ni aux extrêmes ».

En clair, les contre-réformes passeront de FORCE. Déjà Valls, après Sarkozy, était allé sur ce terrain fascisant en criminalisant des milliers de syndicalistes CGT et en tentant d’interdire des manifs inter-confédérales de masse, tout cela bien entendu, au nom des « valeurs démocratiques »…

Avis aux naïfs et/ou aux menteurs de la gauche bobo qui ont appelé à voter Macron en présentant cet inquiétant personnage comme un « barrage antifasciste » à Le Pen. Comme si Le Pen ne se nourrissait pas en permanence des lois liberticides des partis maastrichtiens successifs (LR, LRM, PS…), des contre-réformes qui désespèrent le peuple, et de l’euro-casse de la nation qui casse tous les repères civiques…

L’alternative n’est donc, ni le rassemblement des euro-gauches – comme le propose encore P. Laurent (PCF), dont le souci n°1 est d’obtenir les voix PS aux sénatoriales, ni l’ « union des souverainistes »  qu’ont indignement prônée les faux progressistes qui ont présenté Le Pen comme une « patriote », mais au FRont Antifasciste, Patriotique, Populaire et Écologique. C’est indispensable pour virer les Macron et sortir la France de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.

C’est à quoi des personnalités diverses, communistes, gaullistes de gauche, républicains progressistes, ont appelé ensemble en signant l’Appel du 14 juillet pour le Frexit progressiste.

Avec un FN en crise ouverte de par son ralliement rampant à l’UE, et un Macron qui plonge dans les sondages et qui perd son sang-froid, qu’attendent les vrais communistes, les vrais disciples de Jaurès, les patriotes progressistes de toutes sensibilités, pour construire ensemble, dans l’action, la France Franchement Insoumise à l’UE du capital qui peut seule tirer le pays de la décomposition sociale et nationale qui le menace.

Manif CGT du 12 contre les Ordonnances Macron-MEDEF-Merkel : Cinglant désaveu pour

Le secrétaire général de F.O., qui avait  lâché la CGT et la lutte contre la pour des conciliabules avec Berger et Macron dans le dos des syndiqués de FO (en échange de quoi ?) : Plus de la moitié des Unions départementales F.O. appellent à manifester le 12 septembre avec la CGT, et plus de la majorité des fédérations…

Concernant la FSU, une majorité de départements appelle à participer aux intersyndicales, souvent avec appels à la grève. La direction nationale – qui a appelé à voter Macron en mai ! sous couvert de barrage antifasciste ! – doit composer avec la colère croissante des syndiqués de base (rappelons qu’au second tour des législatives, la majorité écrasante des ouvriers, employés, petits fonctionnaires, se sont abstenus, délégitimant par avance Macron-MEDEF).

Face aux états-majors syndicaux euro-formatés qui présentent le rideau de fumée macronien comme de « vraies discussions », l’heure n’est pas au « dialogue social » bidon qui sert aux « syndicalistes » jaunes, avant de passer une retraite dorée dans une sinécure d’État, à accompagner la casse sociale dictée par Bruxelles; elle est au seul syndicalisme qui a jamais apporté quelque chose aux travailleurs : le syndicalisme de classe et de masse.