NOÊL EN ROUGE ! – Par Floréal, 24 décembre 2017

JOYEUX NOÊL ROUGE ! – Par Floréal, 24 décembre 2017

Que l’on croie ou pas au mystère chrétien, il faut reconnaître la force symbolique hautement dialectique du 25 décembre qui associe au solstice d’hiver l’idée de Naissance, d’enfance du monde, de salut collectif et, pourquoi pas, de Renaissance. Celle qu’apportera Pâques, la fête printanière de l’ainsi-dite « Résurrection ».

Encore faut-il que cette symbolique hivernale ne soit pas exploitée à fond, comme elle n’a cessé de l’être par les classes privilégiées, pour détourner les hommes de lutter ensemble pour un monde humanisé parce que débarrassé de l’exploitation, de l’oppression et de la domination : comme le dit l’Internationale, « Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes, décrétons le salut commun ». Un message qu’ont d’ailleurs pu porter ensemble, des bidonvilles de Bogota aux corons du Pas-de-Calais, des marxistes et des prêtres-ouvriers dès lors que premiers s’affranchissaient du sectarisme (on pense à l’appel de Thorez aux travailleurs chrétiens, en 36) et que les seconds ne confondaient plus leur foi avec la soumission cléricale à l’ordre dominant.

Aujourd’hui cependant, ce qui infecte le plus la Nativité (« Noël » est la contraction de « Natal »), c’est moins le cléricalisme – face auquel bien sûr, il ne faut jamais désarmer – que l’écœurante bacchanale du consumérisme allié au culte du profit maximal, le tout sur fond de vulgarité médiatique insupportable, de domination planétaire des USA, de leur obsédante mainmise linguistique et de leur « culture » hyper-mercantile : après le « Black Friday », devenez « Very Christmas » !

Quelle honte, alors que « l’antifasciste » Macron envoie ses sbires trier les enfants des migrants, que 11 millions de personnes (parmi lesquels une masse d’enfants) survivent sous le seuil de pauvreté, que des familles entières couchent dans la rue et que nombre de villes bien-pensantes traquent les sans-abri, de voir cette débauche d’achats, très souvent sans objet véritable que celui de « faire comme tout le monde », avec en sourdine le babil pseudo-écolo des « élites » nanties qui vous serinent « en même temps » : « endette-toi pour acheter ce que tu jetteras demain » et, « c’est ta faute tout ce gaspillage, le grand pollueur, c’est l’Homme ! ».

Alors joyeux Noël rouge à tous ceux qui, sans renoncer à faire la fête dans ce monde si dur, rêvent de la seule renaissance qui vaille : celle de l’esprit de lutte et de solidarité pour révolutionner ce monde : Il en a grand besoin !