Le couple élyséen, ou le grand retour de l’"Autrichienne". Par Floréal, PRCF.

De plus en plus « pipolisés », les médias nous apprennent que la princesse consort Brigitte – pardon, la « first Lady » pour parler comme nos anglomanes bâtés ! – va « jouer son propre rôle » dans on ne sait quelle série télévisée. Vu la politique antisociale et antinationale que conduit Monsieur son époux, ce « Brigitte par elle-même » risque fort de se réduire à un rôle de… décomposition !

On aurait plutôt vue la Première Dame dans le rôle de Charlotte Corday poignardant la République jacobine (Marat dans le rôle du premier – et du dernier, heureusement ! – de Corday ?) ; ou encore dans celui de Marie-Antoinette, épouse Capet, invitant les manants à manger de la brioche à défaut d’avoir obtenu du pain

Mais à dire vrai, pour le rôle de Marie-Antoinette, le mari de Brigitte aurait amplement pu suffire, politiquement parlant : il n’est que de voir la dernière sortie de Monsieur de l’Elysée contre un jeune horticulteur se plaignant de ne trouver aucun emploi. Le monarque « républicain » en marche… arrière a rétorqué en substance à ce « Gaulois réfractaire », sans doute « fainéant », « jaloux » et perclus de « passions mauvaises » : « Vous êtes horticulteur, mon brave ? Devenez donc arpette, écailleur d’huitre ou groom, je vous trouve un emploi (sous-qualifié, précaire et sous-payé…) en traversant la rue !». Mais paysagiste, maçon, cuisinier, sont-ce là des métiers ? ». Chassez l’arrogance de classe, et même en période de drague intensive à la (fausse) gauche, le mépris de caste revient au galop…

C’est pourquoi, dans leur propre intérêt, certains oligarques fardés de « légitimité démocratique » à l’issue d’une élection manipulée devraient se souvenir de la manière dont a fini certaine « Autrichienne », peu de temps après que M. son Epoux ait été contraint par les Sans Culottes d’écourter quelque peu son règne ?