En avant la manipulation, la domination et la voyoucratie

 

Depuis quelques années, une concentration accélérée dans la constitution de grands groupes médiatiques est en place, laissant libre cours à la manipulation et au traitement tronqué de l’information. Mais avec les crapuleries consécutives au traitement de l’information de la grande manif du 14 juin 2016 contre la loi travail, il est clair qu’un nouveau cap a été franchi. S’il est difficile de savoir ce qui suivra, il est relativement aisé de comprendre que le mépris vis-à-vis des travailleurs en lutte de ces manipulateurs d’opinion n’a d’égal que leur soumission à l’ordre de classe qui les a adoubés.

Médias manipulateurs, pouvoir dominateur et patrons voyous ne font qu’un. Ce qui n’est pas sans rappeler la sombre époque du début des années 30. Il est temps de condamner avec la plus grande fermeté la honteuse collusion de classe d’un pouvoir se réclamant de la gauche. L’histoire est riche d’enseignement sur la trahison social démocrate dans les périodes préfascistes de crise généralisée du système. Ce phénomène fort inquiétant qui s’amplifie sous nos yeux prend sa source dans le conflit d’intérêts entre le capital et le travail et ne pourra être stoppé que par l’amplification des luttes, le sang-froid et la vigilance de l’ensemble des travailleurs, des intellectuels et de toute la jeunesse.

 

André Prone, Poète Essayiste