Dupont-Moretti, Darmanin… Et les autres ? Par Floréal

De courageuses féministes sont allées huer , le nouveau chef de la police, chargé notamment de combattre les violences faites aux femmes, et dont une des caractéristiques est d’être mis en examen dans une affaire de viol… Elles en ont profité pour siffler le nouveau ministre de la Justice, E. Dupont-Moretti, dont une des spécialités littéraires consiste à brocarder le . Comment ne pas approuver ce commando courageux, lucide et néanmoins tout à fait pacifique ?

Toutefois cette manière de braquer le projecteur sur deux des ministres macronistes montre les limites étroites du féminisme bourgeois et petit- bourgeois. Car ce même gouvernement est dirigé par Jean Castex, qui a martyrisé des centaines de milliers de femmes du secteur hospitalier en appliquant drastiquement les directives européennes d’austérité au personnel hospitalier: il était alors chef de cabinet de Sarkozy, puis chef de cabinet de Xavier Bertrand, ministre sarkozyste de la Santé…

Ce même ministère Castex comprend une Elisabeth Borne, ex-dirigeante de la SNCF, qui a largement contribué à pourrir la vie de milliers de cheminots et de cheminotes, sans parler des usagers et de leur famille, en démantelant le rail français et en brisant le statut protecteur de ces travailleurs et travailleuses. 

Quant à Blanquer, son acharnement contre le bac national et contre l’Éducation nationale en général, n’a d’égal que son mépris affiché des enseignants qui sont très majoritairement des enseignantes. 

Ne parlons pas de la casse macroniste du Code du travail, qui permet désormais à tout patron de licencier sans motif valable et avec un minimum de risques : bonjour le chantage à l’emploi et ses suites féodales dans un certain nombre d’entreprises…

Rappelons au passage que cette casse du Code du travail avait été initiée par Myriam El Khomri, ministre de François Hollande.

Bref nos manifestantes courageuses et bien intentionnées eussent été bien inspirées de siffler TOUT ce gouvernement à la botte de l’UE et du capital qui, avec ses contre-réformes sur les retraites et les indemnités chômage, son blocage des salaires de la fonction publique, sa casse généralisée des services publics et du produire en France, démolit jour après jour les conditions de vie de dizaines de millions d’ouvrières, d’employées, de paysannes qui forment la majorité écrasante des femmes de notre pays.

3 Commentaires de lecteur “Dupont-Moretti, Darmanin… Et les autres ? Par Floréal