Diatribe corsée contre l’autophobie nationale… Par Floréal (PRCF).

Encore une région d’un pays d’Europe, pas parmi les plus pauvres du reste (alors que des régions ouvrières de notre pays s’écroulent pour du bon, des Ardennes au bassin minier du Nord, la Corse talonne Paris pour son taux d’expansion* !), qui semble vouloir rompre les amarres avec l’État historiquement constitué dont elle faisait jusqu’alors partie intégrante.

Encore une région où nombre de citoyens de base, plutôt que de s’en prendre au capital fauteur de casse sociale et de décadence sociétale, ou d’affronter la dictature supranationale de Berlin/Bruxelles, met en accusation « Paris ». Comme d’autres, ailleurs, accusent « Madrid », « Londres », les « rats wallons » ou « Rome la Voleuse ». Que les Sans-dents du Mezzogiorno, de Manchester, du Borinage et de l’ex-Lorraine sidérurgique règlent donc leurs problèmes tout seuls ! Et que l’État-nation français, ce « colonisateur » qui, chaque année insuffle, selon les calculs, entre deux et 3,6 milliards d’euros dans l’économie corse, et qui dépêche chaque été sur place des pompiers bretons, bourguignons ou provençaux pour éteindre les incendies locaux, se fasse petit. Et qu’il se contente de reconstruire périodiquement, en baissant le nez de préférence, les gendarmeries et les bâtiments publics dévastés par d’ainsi-dits « patriotes »…

Cependant, amis corses, – et tout particulièrement vous, les 50% de citoyens désabusés qui vous êtes abstenus de cautionner la parade électorale indépendantiste ! – ne croyez pas que la pointe de ce billet soit tournée contre vous. Floréal en a d’abord contre la fausse gauche, la pseudo-extrême gauche et le faux communisme qui, depuis quarante années de dérives euro-béates, ont fini d’écœurer la jeunesse et la classe ouvrière, en Corse et sur le continent. Car ce billet est d’abord tourné contre vous, Français continentaux qui n’êtes plus capables de faire une heure de grève pour sauver votre retraite, d’aller une fois par an à une manif pour préserver votre CDI, qui ne savez plus chanter, consommer et danser qu’en anglais bas de gamme, et qui ne dédaignez pas d’en rajouter une louche quand la classe dominante et l’immense cohorte de ses courtisans médiatiques vous serinent que la France est le pire pays du monde, que ses services publics, sa langue, sa protection sociale, sa  laïcité républicaine, ses communes proches de l’habitant, sa langue porteuse d’une étincelante littérature humaniste, sont horriblement « ringards » : car c’est tellement mieux, comme chacun sait, en Allemagne, tellement plus brillant dans les sacro-saints « pays anglo-saxons », tellement top et must « en Europe du nord », bref n’importe où, mais pas dans ce pays tristement héritier des affreux « Jacobins », des fumeux Communards, des horribles Soixante-huitards. Sans parler des « hordes cégétistes » que stigmatisent inlassablement My TF1, BFM News et tant d’autres médias si « ludiques ».

Car comment voulez-vous que certains citoyens qui proviennent d’autres cultures, ou qui vivent en périphérie de l’Hexagone, puissent aimer la France alors que nombre de Français « standards », suivant le veule exemple de la plupart de leurs politiciens, de leurs intellectuels et de leurs grands P.-d.-g., n’ont que mépris profond pour leur propre pays, pour son histoire, pour sa langue, voire pour ces conquêtes sociales dont chacun profite sans s’inquiéter une seconde du sang qu’elles ont coûté ?

Peuple français, aime-toi et de nouveau, on t’aimera. Et pour s’aimer vraiment, sans avoir rien de commun avec les racistes (qui s’aiment moins eux-mêmes qu’ils ne détestent autrui…), bref, pour avoir raison de s’aimer soi-même, rien de tel que de retrouver le chemin des luttes. Comme les Cubains le disent de Cuba, Quien la defiende la quiere mas (« qui la défend l’aime le plus »). Car ceux qui s’aiment, ce sont ceux qui sèment.

Parce qu’ils luttent !

************************************************************************************************************************

*Comme nous l’apprend l’économiste Jean-Christophe Chanut, graphiques à l’appui, « en France métropolitaine, c’est… en Corse que la croissance est la plus rapide depuis 2008 ! ». Pas mal pour une « colonie »…