COVID: Décidément, nous sommes en de bonnes mains ! – Floréal, PRCF, août 2020

COVID 20: DECIDEMENT, NOUS SOMMES EN DE BONNES MAINS! – Par Floréal, PRCF, 26.8.2020

Après avoir fait des réponses de Normand à la plupart des questions posées par les auditeurs de l’émission Le téléphone sonne, le professeur Delfressy, qui préside avec tant de rigueur et de lisibilité le “Conseil scientifique” chargé de conseiller l’Elysée, a expliqué que le plus efficace, pour se garantir du Coronavirus, était de “se laver fréquemment les mains”. Et pour parfaire ce conseil d’expert aussi bouleversant que novateur, il a ajouté que lui-même se lavait actuellement les mains de 6 à 7 fois par jour. Cette révélation semble nous indiquer que,

* soit le professeur ne voit pas beaucoup de malades chaque jour (mon généraliste, qui n’a pas à traiter que des malades du Covid, prend tout de même soin de se laver les mains avant et après chaque consultation…) et on se demande alors pourquoi M. Delfressy a été chargé d’orienter, voire de diriger ses confrères médecins oeuvrant sur le terrain,
* soit il sait de quoi il parle car il traite lui-même beaucoup de “Covidés”; mais dans cette hypothèse, la grande modestie du nombre de lavages de mains quotidiens qu’il a indiqué pratiquer sur France-Inter est tout-à-fait inquiétante. Pour eux, mais aussi… pour lui !
Sans être l’adepte d’un hygiénisme punitif, je ne crois pas pulvériser des records en disant que chaque jour, comme toute personne ayant la chance de disposer d’eau courante et de savon, je me lave les mains le matin, avant et après être allé au WC, en faisant ma toilette et après avoir petit-déjeuné; puis je pousse l’obsession jusqu’à recommencer ces ablutions à peu près à la même cadence à la pause méridienne et le soir ; avec parfois qui sait, pour les très, très grandes occasions, l’une ou l’autre douche ?
Et évidemment, tout individu exerçant un métier manuel (et tous les métiers le sont à des degrés divers: sans parler des ouvriers, des techniciens, des artisans et des paysans, les profs qui se servent de craie ou les salariés du commerce qui manipulent des marchandises à longueur de journée n’ont pas besoin qu’on leur fasse un dessin), tout individu disposant d’eau et de savon (pas forcément de Marseille, rassurons M. Delfressy !), ainsi que tout salarié prenant le métro deux fois par jour, se lave les mains bien plus souvent encore pour peu que son patron lui permette d’accéder à un robinet qui coule et à du détergent. Et cela, banalement, au quotidien, et hors épisode épidémique…
Le gouverneur romain Ponce Pilate qui, il est vrai, n’a pas eu à regarder, de haut et de loin, mourir  les vieux dans les EHPAD et les personnes isolées abandonnées sans traitement médical à domicile, s’est, dit-on, “lavé les mains” du sang du Juste après l’avoir laissé condamner… 
Ce serait donc apparemment un progrès sociétal majeur, dans la Macronie du XXIème siècle, que certaines imperturbables sommités médicales imitassent le proconsul de Judée. Sinon en matière d’inhumanité sereine, du moins en matière de saine hygiène personnelle…