Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Amis, Compagnons et Camarades,

Voici que se constituent à l’Assemblée Nationale des groupes parlementaires qui prétendent selon l’expression de Jean-Pierre Raffarin constituer des opposants constructifs qui se réserveraient de voter les mesures du Gouvernement allant dans le bon sens et qui se distingueraient ainsi des âmes mortes voulant s’opposer à tout.

C’est une plaisanterie à forte connotation de langue de bois.

La tradition parlementaire a toujours voulu que les opposants les plus résolus votent certains textes qui leur apparaissaient nécessaires. Ni monsieur Solère ni Madame Touraine n’ont rien inventé.
Si j’avais été parlementaire en 1981 j’aurais été dans l’opposition mais j’aurais, sans hésiter, voté l’abrogation de la peine de mort .
Si j’avais été parlementaire en 2009 j’aurais voté pour l’instauration de la Question Prioritaire de Constitutionnalité.
Un parlementaire se classe dans la majorité quand il vote le budget, traduction chiffrée d’une politique, dans l’opposition quand il vote contre, un point c’est tout.

Ce qui affleure sous la prétendue « constructivité » est le souci de ne pas avoir d’adversaire représentant le pouvoir lors des prochaines échéances, c’est aussi le souci de ne pas rater bêtement les prochaines distributions de portefeuilles. Ces sentiments sont profondément humains mais leur habillage en défense des intérêts de la France prête au sourire
Quant à l’abstention sur le vote de confiance, il signifie « je n’en sais rien ». Si vous ne savez pas, si vous avez confiance en l’un de vos amis, je vous déconseille de lui prêter votre carte de crédit.

Mesdames et Messieurs les « constructifs » je vous souhaite bon appétit.

Etienne Tarride