Solidaires de Beata Karon et des communistes polonais mis en accusation pour leurs idées en Pologne capitaliste !

Contre la répression en , la solidarité internationaliste à la Fête de l’Humanité

dscn9166

Intervention de Beata Karon au coté de Georges Gastaud, journaliste et militante communiste, rédactrice en chef de Brzak (l’Aurore) en Pologne le 10 sept. 2016 sur le stand du PRCF à la fête de l’Humanité

Samedi 10 septembre 2016. 15h 30. Fête de l’Humanité à La Courneuve. Secrétaire du Parti communiste polonais (KPP), Beata Karon est l’invitée du meeting international du Pôle de renaissance communiste en France. Antoine Manessis, responsable des Affaires extérieures du PRCF, salue d’emblée sa « combativité » et celle de ses camarades en proie à la répression d’Etat en Pologne capitaliste. En mars dernier, Beata Karon et trois autres communistes polonais ont en effet été condamnés par un tribunal de Silésie à plusieurs mois de travaux forcés et des amendes pour avoir rappelé les bienfaits de la Pologne populaire dans leur revue Brzask (L’Aurore) et sur le site internet du KPP. Ils sont notamment accusés de développer une « propagande totalitaire dans un pays où le n’est pas réprimé.

« C’est assez paradoxal« , commente, présent comme traducteur à ses côtés, l’universitaire Bruno Drweski qui évoque les ravages sur les plans social et des libertés de 25 ans de restauration capitaliste en Pologne.

Les autorités polonaises interpellées

beata-karon-communiste-polognePour le secrétaire national du PRCF, Georges Gastaud, ces militants « incarnent la jeunesse qui porte l’espoir de ce pays d’une résistance contre l’anticommunisme ». Après un appel « à combattre ensemble les répressions qui visent les communistes dans le monde », Beata Karon s’est entretenue avec Jacques Kmieciak des Amis d’Edward Gierek sur les formes concrètes que pourraient prendre des actions de solidarité dans le Nord-Pas-de-Calais. Maire PCF de Grenay, Christian Champiré s’est déjà dit prêt à recevoir une délégation du KPP en Artois. Interpellé en mai dernier, Henri Dudzinski, consul honoraire de Pologne à Lille, n’aurait quant à lui « toujours pas eu de réponse de l’ambassade de Pologne en France » quant à l’exigence d’une relaxe portée par plusieurs organisations dont le PRCF, le Comité internationaliste pour la solidarité de classe, les Amis d’Edward Gierek ou encore le PCF 62 et la Coordination communiste (59 – 62).

JK pour www.initiative-communiste.fr