Racisme : un policier porte plainte contre la Police nationale

La vague de mobilisation contre le racisme se poursuit jusque dans la Police. Un courageux policier victime de harcèlement porte plainte contre la Police. Voici son témoignage ainsi que celui de son avocat auprès des confrères de Là Bas.org.

Rappelons que cette plainte n’apparait pas comme une affaire isolée. Les enquêtes de médias indépendants, de même que plusieurs affaires similaires révélées ces dernières semaines, ont révélé l’ampleur du phénomène au sein des forces de police, à l’image de ces groupes réunissant des milliers de policiers s’échangeant des messages racistes sur les réseaux sociaux.

Une plainte qui rappelle également que les policiers républicains méritent le soutien populaire.

C’est une première : un dénonce le racisme dont il est victime dans sa brigade à Strasbourg. Il porte plainte contre sa propre institution, la Police nationale.

Haykal Rezgui Raouaji est motard. Il a 37 ans. Un exemplaire. En 2016, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, en personne le décore après le sauvetage de deux enfants dans un incendie. Ses 16 ans de carrière sans tache l’ont mené à Nice, Nîmes, Vannes, l’Île-de-France et Strasbourg aujourd’hui. Et c’est là que, pour Haykal, les choses ont basculé. Dès son premier jour, en septembre 2018, un de ses collègues balance : « encore un nom bien de chez nous ! » Les saloperies racistes se succèdent, Haykal Rezgui Raouaji va vivre l’enfer. D’autant plus dur qu’il est venu pour vivre là avec sa femme, Françoise, policière elle aussi, et leurs deux enfants.

« Sale bicot », « bougnoule », « nègre », ça n’arrête pas. Haykal ne peut plus encaisser. Au bout de trois mois, il décide d’alerter sa hiérarchie. Réponse ? Sa carrière est stoppée net. Finie la moto, il se retrouve au placard, lui qui se fait une si noble idée de la police et de son rôle. Et bien sûr, les collègues racistes ne sont pas sanctionnés. Il se tourne alors vers l’inspection générale de la Police nationale (IGPN) de la région. Circulez, y’a rien à voir. Il tente tous les recours. En vain. Il s’enfonce dans la déprime. Mais finalement, avec le soutien de sa femme Françoise, il entame une démarche sans précédent, il porte plainte contre la Police nationale.

Depuis quelques mois, les langues se délient à l’intérieur de la police, contre l’impunité et l’omerta dans ce grand corps malade. Pour Haykal, c’est un long combat qui s’engage.

Voici son témoignage et l’analyse de son avocate, Maître Kaoutare Choukour :

https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/racisme-un-policier-porte-plainte-contre-la-police