#présidentielle2017 Vue de Suisse : c’est le PRCF qui a raison !

Les communistes du PC apprécient et soutiennent la position des communistes français (PRCF) et ils le font savoir :

Le parti socialiste Français a subi le même sort que le PASOK grec en quittant la scène, coupable de son repli belliciste et neo-libéral sous le détestable Hollande : ceci est un fait politique majeur. Le dépassement de Jean-Luc Mélenchon (soutenu par les communistes, par les jeunes et qui a su conquérir la confiance de la vieille « banlieue rouge » parisienne) qui a conduit précisément une campagne suffisamment dirigée contre l’UE et l’OTAN est un autre élément extrêmement important. Si le PS avait soutenu la gauche, aujourd’hui Mélenchon serait surement au second tour, mais comme toujours dans les moments de crise, la social démocratie se trompe et livre le pays au grand capital atlantique. En ballotage aujourd’hui, les français ont le choix entre un néo-libéral, va-t-en-guère et ultra-européiste comme Emmanuel Macron et une soi-disant nationaliste comme Marine Le Pen.

Je dis une « soi-disante nationaliste » parce que le sien de nationaliste n’a aucun lien avec le patriotisme issu de la tradition révolutionnaire française : aujourd’hui Le Pen, non seulement apporte son soutien au sionisme israélien (et aux intérêts économiques qui en dérivent même en France) mais a également soutenu l’interventionnisme militaire au Mali. Bien que Le Pen soit contre l’UE tout en faisant des appels du pied au pôle euro-asiatique (en se prononçant justement contre les sanctions à la Russie) je ne me ferai pas d’illusions géo-politiques, parce que tôt ou tard -face à un probable échec économique et social de Macron- elle bénéficiera d’un soutien ouvert de cette grande bourgeoisie qui aujourd’hui se méfie d’elle mais qui pourrait l’appeler à temps pour calmer le mécontentement social.

Inutile de dire que, face à la droite patronale et à la gauche mondialiste qui exaltera Macron, si la classe ouvrière finira par voter massivement Le Pen, il n’y aura pas de quoi s’étonner ni à les blâmer.

Cette partie de l’appareil de la gauche française est embarrassante (socio-démocrate, eurocommuniste, etc.). Celle qui avant même que ne soient communiqués les résultats définitifs, avait déjà invité à voter, au second tour, pour le candidat des banques, du militarisme et de l’UE contre la candidate xénophobe. Leurs pseudo-analyses post-modernes, qui n’ont plus rien de marxistes si ce n’est peut-être la réthorique (la vieille différence entre structure et suprastructure semble, par exemple aujourd’hui considérée comme une insulte!), réussiront je crains, seulement à pousser de prochaines voix ouvrières vers le Front National ; des voix d’ouvriers qui jusqu’alors regardaient du côté du PCF ou du PS.

De ce point de vue, la ligne sérieuse du trop peu considéré PRCF mérite des applaudissements.

Portal suisse d’information progressiste (édité en italien par les communistes suisse):
http://www.sinistra.ch/?p=6432

TicinoNews (Site d’information d’une télévision de la Suisse Italienne):
http://www.ticinonews.ch/ospiti-blog/373274/massimiliano-ay-considerazioni-dopo-il-primo-turno-alle-presidenziali-francesi

TicinoLibero (Site d’information suisse en italien)
http://www.ticinolibero.ch/it/article/34714/ay-cannoneggia-la-sinistra-francese-ha-sbagliato-come-sempre-consegnando-il-paese-al-capitale-atlantico-e-con-un-analisi-che-di-marxista-non-ha-nulla

Kommunisten.ch (site marxiste-léniniste de la Suisse alémanique)
http://kommunisten.ch/index.php?article_id=1439