Sorties scolaires : halte à la stigmatisation de nos compatriotes musulmans !

Invité vedette de l’ultraréactionnaire Marion Maréchal Le Pen ce dimanche 1er novembre, le sinistre Eric Zemmour s’est encore déchaîné impunément dans sa haine antimusulmane primitive.

Quant au « progressiste » Macron, pour lequel la fausse gauche a appelé en chœur à voter en mai 2017 « pour faire barrage à l’extrême droite », il vient de s’illustrer en donnant plusieurs pages d’entretien à la feuille d’extrême droite « Valeurs actuelles »… Alors, Macron « barrage » aux Le Pen ou rampe de lancement idéale pour la marche lepéniste vers le pouvoir ?

Dans ce climat empoisonné et indigne du pays de Robespierre, de Jaurès et d’Henri Alleg, le PRCF défend fermement la  ; mais il refuse catégoriquement qu’elle soit dévoyée par la réaction pour diviser notre peuple et pour couvrir d’un trompeur l’euro-casse sociale et nationale « en marche » de notre pays.

Dans cet esprit, le secrétariat national du PRCF a unanimement adopté le texte suivant :

Sorties scolaires: halte à la stigmatisation de nos compatriotes musulmans !

Déclaration du secrétariat national du POLE DE RENAISSANCE EN FRANCE (PRCF), 1er novembre 2019

 Pour tenter d’exister politiquement, la droite « républicaine » LR tente à la fois de se démarquer à la marge des “marcheurs” et de surenchérir sur la haine du musulman secrétée à jet continu par le mal-nommé « Rassemblement national ». Dans cet esprit politicien et empreint de , la droite sénatoriale LR promeut un projet de loi restreignant le « port du voile » dans l’espace public et interdisant aux mères accompagnatrices portant un foulard d’accompagner leurs enfants lors des sorties scolaires.

Rappeler Blanquer à la loi !

Belle hypocrisie, puisque la Loi laïque de 1905 portant séparation de l’Etat républicain et des Églises spécifie seulement que “la République ne reconnaît, ne subventionne ni ne salarie aucun culte” (art. II) ; par ailleurs, la loi de 2004 portant sur les signes religieux à l’école n’interdit le port de signes religieux (ou pouvant s’interpréter comme tels) qu’aux agents des services publics et qu’aux élèves, collégiens et lycéens : cette loi n’attente en rien au droit des particuliers de se vêtir à leur guise dans l’espace public (encore heureux car la finalité de la laïcité institutionnelle naguère défendue par Jaurès est de permettre la liberté de conscience et d’expression, non de l’étouffer !). 

Pas de laïcité sans égalité de traitement entre les citoyens !

A l’heure où un attentat criminel vient d’être perpétré contre des fidèles musulmans par un ex-cadre du RN, et où il faut tout faire, dans l’intérêt de tous, pour rompre le dangereux amalgame entre le culte musulman ordinaire c’est-à-dire l’immense majorité des citoyens français et étrangers pratiquant l’ – et l’odieux terrorisme islamiste, la récurrence obsédante du « débat sur le voile » vise surtout à diviser notre peuple et à détourner l’attention de la riposte de classe à l’offensive antisociale et antidémocratique tous azimuts du gouvernement. Si Macron et son équipe inféodée à l’UE cléricale voulaient vraiment promouvoir la laïcité institutionnelle, ils commenceraient par remettre en cause le statut dérogatoire de l’Alsace et de la Moselle qui permet aux ministres des cultes catholique, juif et protestant – mais pas aux ministres du culte musulman – d’être rémunérés par le budget général de l’Etat. Le chef de l’Etat cesserait aussi de dialoguer officiellement, en violant la loi de 1905, avec les hiérarques religieux de toutes espèces tout en s’ingérant sans cesse dans l’organisation du seul culte musulman. Macron n’irait pas non plus en grandes pompes au Vatican, comme l’avait fait Sarkozy, pour se faire introniser « chanoine du Latran » par le Pape en personne, ni n’appellerait à « réparer » le lien qui « s’est abîmé » entre l’Etat et l’Eglise catholique comme il le fit en avril 2018. Qui ne voit combien ce « deux poids deux mesures » contredit l’esprit républicain, humilie nos concitoyens musulmans (ou de tradition musulmane), insulte à la fois les non-catholiques, les catholiques respectueux de la laïcité et les citoyens athées ou agnostiques ?

J’aime la laïcité : je combats non pas le travailleur ou la travailleuse musulmane, mais le capitalisme et l’impérialisme !

Il faut évidemment combattre vigoureusement tous les fanatismes religieux et le PRCF, qui défend fermement l’héritage révolutionnaire de la République jacobine une, indivisible, souveraine, sociale, démocratique et laïque, ne baissera jamais la garde face aux manigances réactionnaires du salafisme et aux violences barbares de l’islamisme radical. Il faut aussi mettre fin aux scandaleuses guerres et ingérences répétées des puissances impérialistes occidentales, alliées au raciste sioniste Netanyahou – « l’ami » de Macron qui transforme les non-juifs en citoyens de seconde zone en Israël – et au wahhabisme moyenâgeux d’Arabie saoudite, du Qatar, etc., visant à déstabiliser des pays entiers (Libye, Irak, Syrie, Mali…), car c’est sur le terreau de cette oppression néocoloniale pratiquée à grande échelle par Washington, mais aussi par les Sarkozy, Fabius et autre Macron, que prolifère la bête immonde du terrorisme fanatique. Il faut aussi, en France même, réduire drastiquement les énormes inégalités sociales et territoriales qui fracturent notre peuple, et pour cela il faut combattre le capitalisme, source profonde de l’inégalité sociale à notre époque et de la fascisation de moins en moins rampante de la vie politique de notre pays et de l’UE tout entière.

 Pour autant, stigmatiser en permanence les femmes qui, comme le faisaient il n’y a pas si longtemps nombre de nos grands-mères, sortent dans la rue tête couverte, est à la fois contre-productif, discriminatoire et facteur de graves divisions au sein de notre peuple. Tout en défendant l’Education nationale laïque démolie par Blanquer (contre-réforme du lycée, Parcoursup, etc.), il faut unir plus que jamais toutes les femmes et tous les hommes issus de la classe laborieuse pour combattre le gouvernement antinational, antirépublicain, liberticide et antisocial de Macron-Philippe, battre le RN et tous ceux qui tuent au nom de la haine du « musulman ».

A l’heure où s’amplifie la casse des services publics, au moment où s’accélère l’euro-démantèlement de la République laïque, souveraine, une et indivisible à travers un « droit à la différenciation » servant la soupe à toutes les revendications identitaires les plus rétrogrades et les plus antirépublicaines – et pas seulement sur le plan religieux ! –, à l’heure où les dangereux discours de haine prodigués par les Zemmour et compagnie pullulent et préparent un « tapis brun » pour un nouveau, et désastreux, affrontement Macron-Le Pen, c’est en construisant le tous ensemble en même temps des travailleurs quela nation laborieuse unie pourra enfin stopper les contre-réformes dictées par l’UE et par le MEDEF, pour remettre notre pays sur la voie du progrès social, de l’indépendance nationale, de la coopération internationale, de la démocratie et du socialisme, socle solide d’une laïcité véritable et de « lumières » enfin partagées par toutes et par tous.