lepen reagan

Le Pen et Reagan

Nous avons appris il y a quelques jours que le FN soutenait le PS dans la ville de Saint-Denis. Sans nous étendre sur les élections municipales dyonisiennes, nous pouvons cependant formuler quelques remarques sur cet événement.

Le FN souhaitait bien évidemment présenter un candidat dans cette ville, bastion historique du PCF. Mais Didier Labaune n’a pas trouvé les moyens nécessaires à une telle entreprise. Sans doute était-il trop occupé à déverser sa haine des « Roms » et des « maghrébins » sur internet… ou alors à insulter les habitants de Saint-Denis eux-mêmes.

A force de les traiter de lâches, « dépourvus de tout courage » (lire son blog hystérique), le porte-parole de la fédération FN du 93 a sans doute réfléchi à l’accueil que les dyonisiens pourraient lui réserver…

Mais voilà que dans un canard local, le même Labaune déclare le 6 mars soutenir la liste socialiste face à l’équipe PCF sortante : « Je n’ai pas d’affinité pour M. Hanotin (le candidat PS local, NDLR), mais en cas de cancer, peu m’importe que le chirurgien soit socialiste. »

Ce ralliement contre le « cancer » communiste appelle deux observations :

  • Le FN a été, est et demeure un parti par essence anticommuniste. L’anticommunisme fut son carburant principal de lancement, et pour ceux qui estimeraient qu’il s’agit désormais d’une vieille lune du parti fasciste, l’actualité du « 9-3 » devrait les inciter à réfléchir. Chacun se souvient d’ailleurs de Marine Le Pen qualifiant de façon tout à fait délirante France Inter de Radio Bolcho…
  • Le discours antisystème du Front dit-National, dénonçant à tour de bras « l’UMPS », « la finance », ou encore « l’établissement » n’est que poudre aux yeux. Pour revenir plus en détail, lisez l’article « Les imposteurs : Soral, FN, Dieudonné &Cie le fascisme avance toujours masqué »  qui apporte de façon très claire la démonstration que l’extrême droite a toujours été et reste l’instrument de choc de la défense de l’oligarchie capitaliste

Dans les faits, le FN est un parti parfaitement intégré dans le système qu’il prétend combattre, le système capitaliste dont il est, et c’est sa raison d’être, un des meilleurs défenseurs. Comment ? Justement en détournant la légitime colère populaire vers des impasses tout aussi inoffensives pour les capitalistes que dangereuses pour les prolétaires.

Derrière le masque, le FN ultra libéral est toujours là.

Si le Capital n’a rien à craindre du discours fasciste, les travailleurs, eux, ont tout à craindre de leurs actes.
A l’heure où nous écrivons ces lignes, silence radio côté PS…

Taki – 15/3/14