QUELLE PERSPECTIVE SOCIOPOLITIQUE POUR LE MOUVEMENT POPULAIRE ?

par

Servilement dévoué à ses commanditaires de l’UE et du MEDEF, Macron voudrait passer en force sa contre-réforme des retraites rejetée par l’écrasante majorité des travailleurs. Pour autant, ce gouvernement de tortionnaires sociaux « roule sur les jantes » ; il ne tient plus guère que grâce à une répression barbare, aux médias asservis et à une « conférence de financement » entièrement conçue par Berger pour éteindre l’incendie social.

Dans une telle situation, le PRCF rappelle sa proposition de lutte, à laquelle aboutissent peu à peu sous des formes diverses d’autres partis et syndicats : celle d’une MANIF UNITAIRE DE COMBAT sur les Champs Elysées, associant les syndicats de lutte, les gilets jaunes et les organisations progressistes 100% hostiles à la retraite par points (pas le PS, donc !), au besoin en campant sur place : le but serait d’appeler tous ensemble et en même temps au blocage du profit capitaliste sur le thème « ils cassent nos acquis et notre pays, bloquons leurs profits ! ». Ce qui n’interdirait nullement de participer aux appels de l’Intersyndicale et d’appuyer les actions décidées par les AG inter-pros (blocages de port, actions contre les E3C en lycée, mouvement universitaire…).

Cependant, la responsabilité des organisations politiques, dont la nôtre, est avant tout d’aider les travailleurs en lutte à dégager une perspective politique fédératrice sans laquelle les mobilisations ne peuvent pas percuter frontalement l’adversaire de classe (le montrent les exemples historiques du Front populaire, du CNR, voire de mai 68). Cette perspective révolutionnaire est indispensable : car le vide politique créé depuis des décennies par la fausse gauche pro-Maastricht est tel que les observateurs annoncent déjà un second tour présidentiel opposant à nouveau Macron-MEDEF au parti lepéniste en 2022.

Face à cette tenaille macro-lepéniste qui n’en finit pas de broyer le mouvement ouvrier et la République, certaines « alternatives » ne sont que des diversions. Telle est la resucée d’union des euro-gauches que propose la direction du PCF : poussant des cris d’horreur à l’idée d’un « Frexit progressiste », occultant la résolution fascisante qu’ont votée en chœur les eurodéputés du RN, de LREM, des LR, du PS et des Verts qui veulent proscrire les emblèmes communistes dans toute l’Europe, Fabien Roussel (PCF) entreprend, par électoralisme, de ressusciter le PS discrédité. Comme si la classe ouvrière pouvait oublier les délocalisations et autres privatisations concoctés par l’UE et inlassablement exécutées par le PS !

D’autres politiciens proposent une « union des patriotes des deux rives » qui élude la lutte anticapitaliste et minimise le danger de l’extrême droite: sauf que les Dupont-Aignan, Le Pen et autre Frédéric Poisson, que courtise M. Asselineau, refusent très officiellement toute idée de sortir la France du carcan de l’UE…  

C’est pourquoi le PRCF propose la seule alternative susceptible d’être portée par la majorité de travailleurs qui a rejeté la constitution européenne et qui soutient l’actuel mouvement social : il faut sortir la France PAR LA VOIE DE GAUCHE, celle des nationalisations, de la démocratie populaire et du progrès social, de l’euro, cette austérité faite monnaie, de l’UE, cette prison des peuples, de l’OTAN, cette machine belliciste au service de Trump, et du capitalisme, ce système obsolète qui détruit la France et la planète. En soutenant le PRCF, seule force qui unisse le drapeau rouge du combat social au drapeau tricolore de l’émancipation nationale, avançons vers cette seconde Révolution française qui rouvrira la voie du socialisme à notre pays.