Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin …

Sollicité par le réalisateur pour un entretien, , résistant, président du PRCF, avait accepté de répondre par téléphone le 29 avril 2020 dans ce cadre à quelques questions de au sujet du Conseil National de la Résistance et de l’actualité de son programme “les Jours Heureux”. Une interview diffusée en direct via sur la chaine de M. Ruffin, dans le cadre d’une émission principalement consacrée à un dialogue entre Ruffin et Besancenot, comme son intitulé et le temps consacré le démontrent. Émission qui a donné lieu à une bien étrange présentation de Léon Landini et, cela, alors que celui-ci n’était pas encore en ligne. C’est pourquoi Léon Landini, dans une lettre ouverte, a souhaité faire une franche mise au point à M Ruffin.


Léon Landini aux Glières

Léon Landini

Officier FTP-MOI – Président de l’Amicale des Anciens FTP-MOI  des  bataillons Carmagnole-Liberté de la Région Rhône-Alpes – Interné de la Résistance – Grand Mutilé de Guerre, suite aux tortures endurées par la Gestapo  pendant mon internement.

Officier de la Légion d’Honneur – Médaille de la Résistance.

Décoré au  titre de Résistant émérite par le Gouvernement Soviétique.

Président du Pôle de Renaissance Communiste en France (Ce que je considère comme un grand honneur).

Réponse de « Landi à Ruffian »

Il s’agit de la vidéo  que tu as présentée  sur  YouTube  le 29 avril 2020

Mon état de santé me joue des tours, c’est ce qui m’a amené à répondre avec quelque retard aux sarcasmes que tu m’as adressés au cours de l’émission, à laquelle Gilles Perret  m’avait invité et qui, avec beaucoup d’égards, m’a présenté en indiquant que j’avais assassiné des soldats allemands. On m’a toujours dit que celui qui assassine est un assassin. Merci Gilles.

Au cours de cette émission, tu m’as appelé « Landi » à plusieurs reprises. Je n’ai pas apprécié, car je sais pertinemment que tu connais parfaitement mon nom, en conséquence n’aimant pas que l’on ampute volontairement mon nom, à mon tour je modifie légèrement le tien, au lieu de Ruffin  je vais t’appeler Ruffian.

J’ajouterai que de la façon dont  tu m’as traité au cours de cette émission, si je me laissais aller, c’est de bien d’autres noms que je te traiterais.

Dès le début de mon intervention, convaincu de bien faire, j’ai indiqué que : « Le programme du Conseil National de la Résistance n’a pas seulement été écrit qu’avec de l’encre, mais également avec le sang de toutes celles et tous ceux qui sont morts pour que nous puissions vivre libre dans un monde où il ferait bon vivre » et  j’ai ajouté, « que 52 de mes proches camarades sont morts sous la torture et malgré les effroyables supplices que Barbie et ses sbires leur ont fait endurer, pas un seul n’a avoué quoi que ce soit ».

À ce moment-là, tu m’as interrompu, cherchant à me mettre dans l’embarras et si possible à me ridiculiser en me posant la question suivante :

« Cela veut quand même pas dire que pour avoir de nouveaux jours heureux, il faut se faire torturer, emprisonné et mourir ».

Question idiote et offensante, posée avec la conviction et que tu allais, tenant compte de mon âge, me désarçonner et  que surpris par une pareille stupidité j’allais me mettre à bafouiller.

Tu vas te rendre compte que ce vieil homme que tu voulais ridiculiser, malgré son âge, il lui reste encore assez de verve pour répondre comme il se doit, à un petit prétentieux, qui se prend pour quelqu’un avant même d’être quelque chose.

Toutefois à cause du respect que tu devrais avoir à l’égard de celles et ceux  qui ont survécu à une telle épopée, tes offenses tu aurais dû te les garder pour toi.

Lorsque Gilles Perret m’a invité à participer à cette émission vidéo, il m’a indiqué qu’il s’agissait d’évoquer le programme du et les Jours Heureux, en conséquence j’ai voulu, en préambule, et surtout en tant qu’ancien résistant, mettre en évidence ce qu’était le CNR et dire, combien ceux qui se sont battus les armes à la main y sont attachés.

Comme tu le dis « on s’est fait torturer, emprisonner et malheureusement trop souvent massacrer ».

Mais pour ton éducation, il me semble utile que tu saches que si nous avons pu supporter l’insupportable et nous sublimer à notre insu, c’est qu’en nous engageant au sein des FTP-MOI et en pratiquant la guérilla urbaine, nous savions tous que nous pouvions à tout moment passer de vie à trépas.

Nous nous battions de toutes nos forces contre l’occupant et contre les sbires qui s’étaient mis à leur service.  Notre courage émanait du fait que nous avions la conviction que s’il nous fallait mourir, nous n’allions pas mourir pour rien, et nous risquions notre vie avec la certitude qu’après la Libération, les survivants pourraient vivre heureux dans Une France Forte, Libre, Démocratique, Indépendante, et Souveraine. Ce qui ne peut être le cas en étant prisonnier d’une Union Européenne (dirigée par Berlin) alors que nous savons tous que l’UE  est antinomique du programme du CNR.

C’est à partir de tous ces combats et de tous ces sacrifices, que le programme du CNR a pu être écrit, et appliqué entre 1945 et 1947 par des ministres communistes et, seulement par des ministres communistes.

Ce sont pour toutes ces raisons que nous, anciens FTP-MOI et militants communistes, nous en revendiquons la paternité et, dès que de sombres individus cherchent à utiliser le CNR à d’autres fins que pour ce qu’il a été créé, nous montons au créneau et nous rappelons à l’ordre celles et ceux qui cherchent à l’utiliser pour se mettre en évidence, désireux apparaître pour ce qu’ils ne sont pas.

Sarkozy n’utilisait-il pas pour se mettre en valeur le nom de Guy Môquet et voici que Macron cherche à cacher toutes ses malhonnêtetés en promettant à notre peuple « Des Jours Heureux » au moment même où il est en train de détruire les derniers  conquis qu’il nous en reste.

En conclusion, je n’accepte pas au final d’avoir été utilisé comme le résistant de service qu’on écoute d’une oreille distraite pour tenter de lui faire cautionner un projet politique dont je n’avais pas été informé avant l’émission et que je ne partage pas : en utilisant le nom du CNR, tout en contournant tout ce qui fit la force du véritable, auquel nous devons les plus grandes avancées de notre histoire. Il ne peut pas y avoir de véritable nouveau CNR en contournant et en écartant les communistes et la classe ouvrière, pas de véritable nouveau CNR sans la nationalisation des banques et des entreprises stratégiques. Et surtout, pas de nouveau CNR sans rupture franche avec l’euro et l’UE.

Après cette brève mise au point, qui j’espère te servira.

Léon LANDINI.

PS : Ma fille vient de m’apprendre que tu lui as écrit, en lui disant : « Je connais un peu ton père, son parcours, ses convictions pour l’avoir interrogé durant  près de quatre heures chez lui ».  FAUX ! Tu n’es  jamais venu chez moi. J’ai l’impression que ta mémoire te joue des tours, peut être mon cher François, serait-il bon que tu consultes un psychiatre.


La mise au point en direct de Léon Landini, le 29 avril 2020

l’intégralité de l’émission de F Ruffin : https://www.youtube.com/watch?v=VI8-s-mDWU4

9 Commentaires de lecteur “Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin …

  1. Le.ché
    15 mai 2020 at 18:32

    Bravo à Léon Landini pour sa réponse et pour dire ce qu’il faut faire pour avancer dans le sens d’un nouveau CNR.

  2. 16 mai 2020 at 08:43

    Merci! Léon! De ta superbe réponse .
    Comme quoi le manip médiatique même de la part de militants tristement Européistes, honteusement méprisants , n’a pas finalement pas réussi à désarçonner tes convictions !
    Merci d’avoir bien rectifié les choses!

  3. 16 mai 2020 at 13:59

    Chez certains qui disent et veulent exploiter n’importe quoi pour se mettre en évidence, le moindre demi succès monte trop facilement à la tête. Ce n’est pas avec de tels comportements qu’ils apporteront le moindre crédit à la gauche qu’ils voudraient représenter, la France n’est pas le terreau favorable qu’on peut trouver en Picardie

  4. 17 mai 2020 at 20:40

    Et pan sur le bec de ce freluquet qui non seulement est un nul politiquement parlant mais est également un grossier personnage qui ignore ce qu est le respect que l on doit a nos anciens qui ont lutté contre le fascisme au péril de leur vie , respect que l on doit y compris avec ceux avec lesquels ont peut avoir des désaccords …mais cela c’est certainement trop demander a ce Ruffian …

  5. chb
    20 mai 2020 at 19:24

    Le Ruffin gentillet n’a pas eu (à mon avis) l’intention de blesser, encore moins de ridiculiser.
    Sur le raccourci en “Landi”, c’est plutôt qu’il a mal préparé l’émission.
    Quant à sa phrase « Cela veut quand même pas dire que pour avoir de nouveaux jours heureux, il faut se faire torturer, emprisonné et mourir », il se place dans son époque, où le consensus et la non violence semblent être incontournables dans les rapports sociaux. Son film “Merci patron”, bien que jubilatoire et témoin d’une victoire contre le gros capital, n’est qu’une aventure individuelle sans grand sens politique. Et sans violence physique.
    Songeons que la loi “contre la haine” ne lui permettrait certainement plus de diffuser ses chroniques internet s’il appelait à tuer les nazis du jour, les néo-pétainistes et les exploiteurs.
    Son indifférence pour les communistes me semble maintenant partagée par une grande majorité de gens qui, suite au matraquage médiatique permanent, sont habitués à mépriser les chinois, les cubains, les vénézuéliens… et même les russes, auxquels on reproche leur passé collectiviste en même temps que leur amour pour un nouveau tsar. Un truc de vieux croûtons, de fous, de totalitaires, le communisme à la télé n’est pas crédible.
    D’ailleurs Robert Hue, mentionné par Léon Landini, n’est-il pas typique du dévoiement réformiste qui plombe le PCF aux yeux de bien des gens politiquement conscients ? Il reste pour eux un repoussoir auquel le communisme est encore attaché, malheureusement.
    Quant au PRCF, Ruffin n’a guère de raison de le considérer autrement que comme l’un de ces nombreux groupuscules plus ou moins folkloriques, généralement débris de l’obsolète PCF. Trop jeune pour avoir vécu les débats et les luttes de 68, il fait de ce passé-là… table rase.
    Assez fréquent à LFI, le besoin de tourner la page de l’espoir communiste déçu se double d’une compétition parfois sordide où JLMélenchon, pour incarner “la gauche”, n’hésite pas à piétiner ceux qui pourraient lui faire de l’ombre. Je ne pense pas que Ruffin soit dans cet esprit-là, lui qui a longtemps refusé d’être encarté et méprise ostensiblement les ors de la République, mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’il déroule le tapis rouge à des concurrents.

  6. - -
    21 mai 2020 at 01:44

    CHB permettez puisque vous donnez votre sentiment personnel ici que je partage le mien.
    Ruffin connait très bien Léon Landini, et Gilles Perret encore mieux. le pretexte de la mauvaise préparation d’une émission (où il n’y a que 3 invités) ne tient pas une minute. Si l’on est objectif.
    Dans son film Merci Patron, le rire ne peut exister que parceque par chance le dénouement est heureux, sans réussir à masquer que les risques n’auront été pris que par une famille d’ouvriers au risque de tout perdre, quand dans l’affaire, Ruffin lui avait tout à gagner. La violence, les klurs l’ont bien vécu.Et qui a oublié le coup pendable fait aux Ecoplats avec un vilain arrangement de com pour attirer les projecteurs sur lui même et le candidat Macron au début de la dernière présidentielle ?
    Indifférence pour les communistes dites vous de Ruffin ? qui a donc fait sa campagne électorale sur le terrain à Flixcourt ? poser la question c’est y répondre. Et le PRCF y a participé, y compris dans d’autres régions de France, bref pas si indifférent aux communistes que cela quand cela sert ses intérêts visiblement.
    L’individu Ruffin, qui vante dans Fakir sa capacité à décider tout seul – en patron autoritaire, entouré de militants bénévoles se sacrifiant comme il s’y décrit souvent – considérerait donc dites vous le PRCF comme un “débris” ? votre interprétation est charmante. Mais pourquoi donc à ce moment, ce Ruffin veut il donc interviewer le président du PRCF ou communiquer sur ce CNR qui est principalement le fait des communistes ? N’est on pas en droit d’attendre un minimum de cohérence et d’honnêteté ?
    Vous ne pensez pas dites vous, que ruffin qui refuse d’être encarté participe à la “compétition sordide” Le fait est qu’entre micro parti personnel et déclaration en ce sens, rien n’indique que Ruffin n’est pas en campagne présidentielle 2020. Ne pas être encarté, ne signifie pas ne pas avoir de stratégie personnelle, bien au contraire lorsque l’on embrasse comme lui la carrière politique professionnelle. Observons que les observateurs ne partagent pas votre avis, pour eux clairement Ruffin est déjà lancée dans les ambitions personnelles présidentielles.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/francois-ruffin-candidat-presidentielle-cinq-indices-qui-montrent-qu-il-y-pense-se-rasant-1635644.html
    Personnellement et pour conclure, s’il y a bien un défaut que je ne préterai pas à Ruffin, dont le métier est journaliste, c’est de ne pas maitriser sa communication et de pas savoir préparer une interview. Ce qui a été fait, l’a été sciemment.
    Bref, tous le vernis sympathique d’un personnage qui profite de l’enthousiasme des médias à en faire la promotion contre Mélenchon, ne doit pas faire oublier et la réalité de ses agissements, et la réalité de son projet politique personnel. Quand Ruffin a un comportement dégueulasse, je crois qu’on a le droit de le dire. Et quand on est inquiet de son projet de rassembler derrière lui les transfuges du PS, les résidus de la LCR, et les libéraux d’EELV, on peut également le dire.

  7. 22 mai 2020 at 06:59

    Mon cher Léon, je ne trouve pas les mots pour dire mon indignation, qu est ce que cest que cette bande de salopards, comment peut on traiter un ancien avec autant de mépris et un résistant avec des propos aussi dégueulasses. J espère Leon que toi et ta fille avez pu coucher sur le papier le maximum d d’informations car quand il n y aura plus de témoins, je n ose même pas imaginer ce qu’ils vont raconter.

  8. chb
    22 mai 2020 at 15:53

    Bon. Merci pour cette réponse, – – : je connais sans doute un peu mieux le médiatique député « ruffian » maintenant.
    Reste que la lutte principale, et elle n’est pas susceptible de prendre de l’ampleur sous état d’urgence quasi-accepté, c’est empêcher une dérive vers plus de libéralisme, plus de guerre, plus d’exploitation.

  9. Alain L.
    24 mai 2020 at 09:25

    Il y a les hommes qui ont payé le prix pour défendre un idéal, un peuple et un territoire, et…Il y a les journalistes qui ont réussi à se faire un masque progressiste, dont Ruffin.

    On le savait déjà, après les révélations de Juan Branco, qu’il fallait se méfier de Ruffin, qui est fort pour utiliser les gens. Ces mêmes gens qu’il a ensuite appelé pour le mettre dans un fauteuil de député. On sent bien qu’il ambitionne d’être au plus haut. Une ambition et des pratiques finalement méprisantes pour les “justes”. Un oeil sur Ruffin, brider sa carrière semble nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.