“Archipel français”, “Bloc contre bloc” ou convergence nationale des résistances ? par Georges Gastaud

Par , secrétaire national du PRCF, fils de Résistant

Le 17 juin 2020, 80ème anniversaire de l’Appel à la Résistance lancé par Charles Tillon, membre du bureau politique du PCF clandestin, à partir du territoire français.

Les événements actuels illustrent comme à la parade les thèses apparemment contradictoires de deux éminents politistes français, MM. Jérôme Fourquet et Jérôme Sainte-Marie.

Le premier décrit une France “archipélisée” où le civisme républicain plie devant toutes sortes de communautarismes et d’identitarismes régionaux et religieux, et où la définition d’une identité nationale et d’un bien commun devient hautement problématique. Le second politologue insiste au contraire sur le fait que tout est en place pour l’affrontement entre le “bloc élitaire” personnifié par Macron et pétri d’euro-mondialisme et le “bloc populaire” qu’incarne de plus en plus le RN ancré sur la France d’en bas sacrifiées à la “construction” européenne. Quand on observe les événements effarants de Dijon, où des bandes de guerriers tchétchènes armés*  viennent affronter à l’arme lourde on ne sait quelle bande de quartier non moins armée – tout cela sous les yeux impuissants ou complaisants d’une police plus encline  éborgner des manifestants qu’à restaurer la tranquillité d’une grande ville -, quand on constate par ailleurs que Marine Le Pen s’est aussitôt rendue sur place pour “soutenir les forces de l’ordre” (quel ordre?) et invectiver le “laxisme” supposé de Macron, on voit qu’en réalité, l’archipellisation de la France – produit de l’euro-dissolution au long cours du produire en France, des services publics, des acquis sociaux, et même de la langue française arrachée au profit du tout-anglais de la pub et du fric – conduit tout droit, par une réaction auto-immune non moins catastrophique que celle qu’engendre le coronavirus, à une empoignade fascisante et explosive: celle qui oppose une Le Pen résolue à exacerber ses thèmes liberticides et xénophobes, à un Macron plus que jamais arrimé à Bruxelles, à Berlin et à l’OTAN pour liquider les acquis du CNR et dissoudre notre pays dans un Empire euro-atlantique glacialement inhumain.

Face à cela, qui peut croire que l’issue soit une énième version de l’union des euro-gauches, qu’elles soient euro-“socialistes”, euro-“communistes”, euro-soumises, euro-trotskistes ou euro-“écolos”? Outre que cette gauche établie et petite-bourgeoise, totalement méprisée par le monde du travail, n’est pas prête de se relever de la faillite du mitterrandisme, du jospinisme et du hollandisme, qui ne sait que sa seule utilité lors du second tour présidentiel sera de “sauver le soldat Macron” en appelant au “vote utile” contre Le Pen?

Qui peut croire davantage que la prétendue “union des patriotes des deux rives”, qui prétend effacer le clivage droite/gauche et, derrière lui, la lutte des classes et le combat pour le socialisme, peut être autre chose qu’un moyen de gommer la portée révolutionnaire du combat anti-Maastricht, que de reléguer à l’arrière-plan la classe travailleuse dans ce combat, que de rendre présentables de francs xénophobes flirtant avec le RN. Pour, au final, rabattre au second tour vers “Marine” présentée comme un “moindre mal” face à Macron?

C’est pourquoi, même si cette perspective est censurée, ciblée à la fois par l’anticommunisme de la droite et par l’antipatriotisme primitif de la fausse gauche euro-complaisante, la seule issue réelle pour le pays est dans la Convergence Nationale des Résistances que propose le PRCF, avec d’autres patriotes antifascistes, Gilets jaunes et syndicalistes de classe: reprenant et actualisant les grands combats antifascistes, anticapitalistes, internationalistes ET patriotiques du Front populaire et de la Résistance ouvrière et paysanne, associant pour un nouvel élan le drapeau tricolore de la Révolution française au drapeau rouge de la Commune, il s’agit de virer Macron ET Le Pen et de sortir, par la voie progressiste, de l’euro, cette austérité faite monnaie, de l’UE, cette prison des peuples, de l’OTAN, cette machine de guerre de l’impérialisme US, pour nationaliser les secteurs-clés de l’économie, reconstruire un produire en France moderne et éco-compatible, éradiquer le racisme, le fascisme et le fanatisme intégriste, écrire une constitution radicalement démocratique, coopérer avec tous les continents et, en un mot, “mettre le monde du travail au centre de la vie nationale” comme y invitaient les constructeurs communistes et syndicalistes du Conseil National de la Résistance.

Pour ce combat vital et urgent, vous pouvez compter sur le travail de plus en plus visible et fructueux du PRCF et des JRCF. Ensemble, vite, dé-confinons la France, sortons-la du carcan euro-atlantique pour rendre possible une nouvelle Révolution française rouvrant à notre pays la voie du socialisme.

2 Commentaires de lecteur ““Archipel français”, “Bloc contre bloc” ou convergence nationale des résistances ? par Georges Gastaud

  1. Le.ché
    19 juin 2020 at 09:43

    Tout à fait d’accord avec toi Georges il faut mettre en place une opposition car il y a de plus en plus de gens en colère et de SDF, par contre c’est comment faire.??.

  2. etoilerouge6
    25 juin 2020 at 18:47

    Il n’ ya qu’une solution: être présents partout et reprendre le PCF.