Affrontant le verrouillage institutionnel et médiatique, le PRCF a tout fait, en amont du 1er tour de la présidentielle, pour proposer un candidat et une Alternative rouge et tricolore en rupture totale avec cette Cinquième « République » monarchique et avec cette Union européenne (UE) alignée sur l’OTAN qui n’apporte que casse sociale et nationale sur fond de marche à la guerre (potentiellement nucléaire !) avec la Russie et la Chine ; avec en prime la montée de l’extrême droite raciste dans toute l’UE…
Malheureusement, le système institutionnel est tellement cadenassé que, cette fois-ci, sur les 12 candidats validés au 1er tour, pas un seul ne se prononçait pour que la France sorte de cette « construction » européenne néfaste qui n’a apporté à notre pays que des reculs, surtout depuis le Traité de Maastricht (1992). Si bien que le résultat du 1er tour est à nouveau le cauchemardesque duel-duo Macron/Le Pen. Or Macron, c’est le fondé de pouvoir du MEDEF et de l’ « Etat fédéral européen » voulu par le chancelier allemand Olaf Scholz, c’est le « Terminator » de ce qui reste du produire en France, des services publics, des retraites par répartition et des indemnités chômage. Quant à Marine Le Pen, cette pseudo « patriote » accepte désormais l’UE, l’euro et Schengen et s’inscrit elle aussi dans la dangereuse offensive de l’« Occident » contre la Russie. Son élection serait terrible pour les libertés, pour les droits syndicaux et pour la paix civile: explosion garantie des affrontements entre Français de diverses origines et confessions.

Grave est la responsabilité dans cette situation, non seulement des LR et du PS pro-Maastricht, que les électeurs ont justement rejetés, mais aussi hélas de ceux qui, comme MM. Mélenchon et Roussel ont refusé de porter une alternative populaire et patriotique claire, 100% antifasciste ET anti-U.E. En effet, Mélenchon a renié sa phrase de 2017 : « l’UE on la change ou on la quitte ! » ; quant à Roussel, il tourne le dos au grand PCF de Jacques Duclos, voire de Georges Marchais, qui refusait encore hier à 100% l’UE de Maastricht tout en appelant à nationaliser les secteurs-clés de l’économie. Toutefois, quels que soient leurs votes du 10 avril, tous les progressistes se re-trouveront demain dans le « tous ensemble » contre le grand capital, la marche à la guerre Est-Ouest, contre les diviseurs racistes du peuple de France, pour une République sociale et souveraine digne de notre grand passé révolutionnaire. Cet appel s’adresse notamment aux syndicalistes, aux communistes et aux militants insoumis de terrain qui ont fait la dynamique du 10 avril et qui veulent gagner, et pas seulement « rouler le rocher de Sisyphe » puis le voir dégringoler sans cesse à l’approche du but !
Même s’il comprend que des antifascistes sincères soient tentés de voter Macron le 24 avril afin de « faire barrage au RN », le PRCF ne peut en conscience apporter le moindre soutien politique ou électoral à Macron. Président d’une UE arrimée à l’OTAN qui « cherche la bagarre » avec la Russie en prenant le risque insensé de la guerre nucléaire Est-Ouest, Macron détricote la République indivisible au profit de l’Europe des régions (marche à l’« autonomie » de la Corse, de la Bretagne, de l’Alsace…), il dissout notre pays dans un Empire européen » dirigé par Ber-lin et par Washington, il accepte que l’anglais devienne de fait la seule langue officielle de l’UE, il promet la retraite à 65 ans (ce qui signifie la mort des retraites par répartition!), la mise à mal du RSA, la fin d’une Education vraiment nationale, l’euro-privatisation des services publics (EDF, SNCF…), et la compression sans fin du pouvoir d’achat populaire pendant que les oligarques français se gavent comme jamais!
Pour autant, le PRCF ne saurait banaliser le vote Le Pen qui serait suicidaire pour la classe ouvrière : pas une voix ouvrière au second tour, pas une voix vraiment patriote pour cette candidate de guerre civile dont l’élection déshonorerait le pays natif des droits de l’homme à l’international ! Que les électeurs populaires délégitiment au maximum ce scrutin piégé, qu’ils affaiblissent au maximum une élection verrouillée conçue pour bafouer la volonté populaire (viol du Non à la constitution européenne!) et pour enchaîner la France à un capitalisme fascisant et belliciste.
Union, action pour le retrait de la France de l’OTAN, pour l’augmentation générale des salaires et des pensions, pour le produire en France et les services publics, pour une République sociale, souveraine et démocratique en marche vers le socialisme, refusant l’ordre guerrier euro-atlantique et coopérant avec tous les pays sur tous les continents !
Face au « duel-duo » des deux candidats du grand capital, de la fascisation et de l’UE-OTAN, préparons la « grande explication » qui vient, comme l’ont montré les grandes luttes pour les retraites et le mouvement des gilets jaunes, entre le peuple travailleur de France dans toutes ses composantes et un système de domination entièrement au service de l’exploitation capitaliste.
Travailleurs, jeunes, communistes et syndicalistes de lutte, le PRCF vous propose de reconstruire un parti communiste de combat dans notre pays: cela devient proprement VITAL pour notre peuple !

Télécharger le tract, partagez le, diffusez le

cliquez ici

220411-APPEL SN