La Réforme du collège et la loi travail : un recul de civilisation. l’appel d’enseignant à la mobilisation le 14 juin

C’est un véritable appel à la résistance que lance tous ensemble les enseignants d’un de , pour le retrait de la et de la réforme du

La et la loi travail : un recul de civilisation.

école-prcf-liberté commission édicuation– Depuis un an, nous sommes mobilisés dans le second degré pour l’abrogation de la réforme des collèges et pour des moyens adaptés aux besoins d’un enseignement de qualité.
– Depuis le 9 mars, la mobilisation interprofessionnelle pour le retrait du projet loi “travail” a réussi à s’inscrire dans la durée, appuyée sur l’opposition majoritaire de la population à la casse du code du travail.
Ces deux mobilisations butent sur le même refus obstiné du pouvoir et son autoritarisme : 49-3 pour « la loi travail » et formations/formatage pour la réforme du collège couplées au refus de toute discussion. Les logiques à l’œuvre dans les deux cas sont similaires : l’inversion de la hiérarchie des normes dans les entreprises et « l’autonomie » des établissements scolaires conduisent tous les deux à l’abaissement social et éducatif.
La « loi travail », issue des exigences du Medef et des recommandations européennes, assure la primauté des accords d’entreprise sur les accords de branche et les conventions collectives laissant ainsi la plupart des salariés, non protégés par des syndicats, à la merci du patronat.
La loi travail c’est :
– Licenciements facilités.
– Flexibilité considérablement accrue (dates et durée des congés, horaires de travail seront décidés par l’entreprise, etc…)
– Chute de la majoration des heures supplémentaires ( à 10% seulement ).
– Remise en cause du niveau des indemnités prud’homales.
– Remise en cause de la médecine du travail, des prud’hommes, de l’inspection du travail. Etc…
Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que l’attaque du droit du travail privé annonce celle du droit du travail public comme cela s’est passé pour les retraites (d’abord l’attaque des retraites du privé puis de celles du secteur public en prétextant qu’il est un secteur « privilégié »).
Toutes les « réformes » de ces dernières années, à commencer par celles du collège ou des rythmes scolaires, développent la transformation managériale et le pilotage local de l’Education cassant le caractère national de l’Education, ouvrant la voie à la privatisation de l’école et à encore plus d’inégalités.
Il s’agit de savoir dans quelle société nous voulons vivre : un monde âpre où règne la loi du plus fort, l’exploitation au travail, la précarité et la peur du lendemain ; des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres, une société soumise à l’économie dans laquelle l’argent est le critère dominant ou une société de justice sociale, une société d’intelligence collective où chacun est respecté.
Pour ces raisons, nous soutenons pleinement les salariés en grève et les manifestations qui se multiplient sans faiblir. Nous dénonçons les dérives d’un gouvernement qui trahit ses engagements et qui veut passer en force en utilisant la manipulation, la désinformation, la répression.
Nous appelons à accentuer l’action, sous toutes ses formes, pour le retrait de la loi travail et l’abrogation de la réforme du collège.
Nous appelons à participer massivement à la grève et à la manifestation nationale à Paris le 14 juin.

  • ALVAREZ Isabelle Physique-Chimie

  • BOUCROT Denis Mathématiques

  • CHAUVIGNE Gilles SEGPA

  • CRABBE Noémie Allemand

  • DUCASTEL Anne Français

  • FERRARIS Jacques Sciences Naturelles

  • JALLOT Pierre Histoire-Géographie

  • JEANSELLE Christophe Technologie

  • JOND Véronique Anglais

  • KIEFFER Cécile Education musicale

  • LAURENT Janique Histoire-Géographie

  • MARIN Samuel Anglais

  • NARDI Laurent Français

  • NICOLAS Julia Anglais

  • PIESCHE Christine Arts Plastiques

  • ROUSSEY Anne Français

  • TERRACOL Amandine Anglais

  • TORNEL Anne Français

  • VILLANOVA Elena Histoire-Géographie

  • ZALTRON Noémie Italien