#kwassakwassas Racisme Macron tombe le masque et rallie l’extrême droite !

Le 7 mai nombreux sont ceux qui croyant faire barrage à la ont mis un bulletin dans l’urne, malgré leur dégout du banquier de chez Rotschild pour barrer la route à Marine le Pen. Méprisant les conditions du scrutin, et le choix du peuple, – le président le plus mal élu de la Ve République – veut en profiter pour écraser les travailleurs sous de violentes euro ordonnances antisociales. Mais il n’aura pas fallu longtemps pour que les accointances avec l’ de Macron qui n’hésitait pas à s’afficher au coté de Philippe De Villiers tout en déclarant que la France était en manque d’un roi refasse surface.

A l’occasion de sa première visite en tant que président, en Bretagne, dans le but de soutenir son ministre et bras droit au sein de son parti politique le député PS Ferrand empétré dans les affaires, Macron a ainsi tenu des propos scandaleux à propos des émigrants comoriens qui au péril de leurs vies tentent de rejoindre par la mer.

A l’évidence, Macron n’est pas une digue contre la xénophobie, mais bien une porte vers l’extrême droite et ses idées.

Les scandaleux propos d’extrême droite de Macron sur les comoriens

Situé dans le canal du Mozambique, entre Afrique et Madagascar, l’archipel des comprend une l’ile de Mayotte, devenue récemment département français. Cette ile fait face à Anjouan, principale ile de l’archipel. En 1975, les , anciennes colonies françaises obtiennent leur indépendance à l’issue d’un referendum qui voient la population comorienne se prononcer massivement pour l’indépendance, à l’exception de l’ile de Mayotte. La France refuse de reconnaitre l’indépendance de Mayotte qui conserve le statut de TOM. L’ile n’accède cependant au statut de DOM qu’en 2011. La France est condamnée à une vingtaine de reprise par des résolutions de l’ONU pour violation du droit international. Mayotte demeure un territoire sous développée (son IDH place l’ile au niveau du 75e rang mondial à égalité avec la Bosnie) tandis que les Comores victimes d’une instabilité politique chronique entretenue par les puissances impérialistes (dont la France et l’Afrique du Sud du régime d’apartheid) sont plongés dans la misère.

C’est cette misère et cette instabilité qui pousse des milliers de comoriens à tenter de gagner l’ile de Mayotte : femmes, enfants, hommes essayent ainsi de franchir les 75 km de mer qui séparent Anjouan de Mayotte. A bord des bateaux de pèches traditionnels comoriens, les kwassakwassas. Des milliers y font naufrages : selon les rapports des autorités françaises, plus de 12 000 comoriens, enfants, femmes et hommes seraient ainsi morts noyés en mer. ce qui n’émeut pas Macron, mais au contraire le fait rire. C’est de cette tragédie – dont la France porte une responsabilité condamnée à de multiples reprises par l’ONU – dont rigole le président Macron. Abject.

D’autant plus scandaleux que dans ses propos qui n’ont rien à envier à ceux de l’extrême droite – rejoignant ceux de Marine Le Pen sur les migrants noyés en méditerranée – Macron se permet de parler  des bateaux amenant “DU comoriens”. Considérant ces enfants, ces femmes, ces hommes, comme des choses. Une rhétorique raciste et xénophobe classique de l’extrême droite, déshumanisant pauvres et personnes de couleurs, renvoyant aux pires heures de l’esclavagisme et du . Donnant à voir à chaque français les sombres idées et le coeur de pierre cynique d’un Macron. Une honte pour la France. Mais également un danger, cet homme étant à force de bourrage de crane, avec l’aide du PS et sous la menace du FN devenu président. Ces propos qui ne dépareillent pas de sa sympathie affichée avec la figure d’extrême droite De Villiers, de son choix d’un premier ministre symbolique de la Françafrique néocoloniale, de son recrutement d’un prefet emblématique des violences et de la répression policière contre les opposants à la loi travail en 2016 – celui de Rennes – où sa volonté de recourir à un pouvoir totalitaire par ordonnances après le recours à six 49.3 en tant que ministre de Hollande confirment la nature du pouvoir Macron.

Il est encore temps d’impulser la résistance pour défendre l’humanisme, la solidarité, la tolérance et barrer la route à la fascisation En Marche, en dressant un barrage républicain devant les députés d’EM aux législatives.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

En vidéo : Macron la honte de la France