Macron, champion olympique de la destruction du sport en France !

« Pour des raisons personnelles » (sic), Laura Flessel a brutalement démissionné du gouvernement Macron, déjà déserté par Nicolas Hulot.

Et cette démission-surprise n’avait bien entendu rien à voir avec la baisse brutale du budget du ministère de la Jeunesse et des sports où 1500 postes de techniciens, indispensables au fonctionnement des fédérations sportives, seraient supprimés. Car sans ces incessantes suppressions d’emplois publics, la France euro-soumise n’entrera pas dans les clous des maudits « critères de Maastricht » sans lesquels la sacro-sainte « monnaie unique européenne » alignée sur le deutsche-mark ne tiendrait pas une journée. ou Euro, il faut choisir.

La toute nouvelle ministre des sports, la nageuse joue la suprise, dénonçant l’annonce brutale d’un plan social frappant 1500 postes et s’accompagnant de la réduction de 10% du budget de son ministère. Indiquant que les ordres “viennent d’en haut”…

Le plus choquant, c’est que ces coupes claires interviennent alors que la France va accueillir les Jeux olympiques ! Une perspective que le PRCF a combattue, contrairement à M. Ian Brossat et à toute la belle gauche établie (ce sera un gouffre financier comme tous les J.O. antérieurs, une manne énorme pour les monopoles capitalistes, un fardeau pour le contribuable, une nouvelle dose d’aliénation idéologique pour les masses populaires du monde entier et un nouveau carburant pour la mise en place funeste du Grand Paris, ce tombeau des départements et des communes ouvrières de la ceinture parisienne).

Bref, les contradictions politiques du néolibéralisme euro-macronien deviennent insurmontables, éclatantes, presque risibles.

Aux millions de sportifs de France, qui se dévouent pour faire fonctionner les clubs, entrainer les enfants et former les jeunes, est il utile d’expliquer ce que signifie cette politique ?

Si l’on supprime l’argent public nécessaire pour le fonctionnement du sport amateur et que, parallèlement, on doit financer les dispendieux J.O., les sportifs amateurs auxquels on a promis monts et merveilles en matière de retombées des J.O. n’ont pas fini de se serrer la ceinture.