Le bonimenteur Blanquer veut faire accepter aux enseignants une baisse de moitié de leurs retraites en échange de quelques euros par mois.

4 à 500 millions d’euros, c’est le chiffre lancé avec désinvolture et mépris par le ministre du budget Darmanin le 5 décembre au soir en guise de l’ordre de grandeur de la dépense que pourrait consentir Bercy et Grenelle pour augmenter les en France. Les parmi les plus mal payés de l’OCDE. Une tentative de briser la grève massive des enseignants qui ne résiste pas aux calculs.

Cela peut sembler beaucoup d’argent. Pas si on rappelle que l’Education Nationale, premier employeurs de France compte environ 861 000 enseignant dans près de 64 000 écoles, lycées et collèges publics et privés sous contrat.

500 millions d’euros par ans cela correspond donc à une augmentation annuelle moyenne de salaire de 580.7 €. Soit 50€ par mois. Sur une carrière complète de 43 ans cela représente 25 000 €. Une somme dites vous ? Et bien non car c’est en fait une véritable escroquerie.

Avec la retraite par point, la baisse de retraite pour un professeur certifié pourrait atteindre les 800 voir 1000€ par mois.

A ce tarif là, la perte sur 15 années de serait de l’ordre de 150 000 € de pension ! Soit 6 fois plus que l’augmentation que fait miroiter Blanquer Darmanin.

Qui plus est, l’augmentation ne serait pas immédiate mais renvoyée à … plus tard. C’est à dire peut être jamais si les prochains gouvernements ne la mettent pas en place. Par exemple les augmentations timides de salaires promises aux fonctionnaires lorsque la CFDT a signé de façon minoritaire le protocole PPCR ont immédiatement été supprimées lorsque Macron est arrivée au pouvoir. Et par ailleurs comme cette augmentation de 400 millions d’euros est un objectif à plusieurs années, elle ne sera pas touchée immédiatement.

On comprend mieux pourquoi les professeurs déjà sous payés, sont massivement mobilisés dans la grève générale. C’est qu’ils savent écouter, et compter. Mais aussi lire : l’engagement écrit de Blanquer ne comprend rien sur l’évolution des pensions. Il ne promet simplement que la garantie que les pensions des professeurs ne deviennent pas inférieures à celles des autres fonctionnaires de catégories A. Comme celles-ci vont elles même massivement baisser avec la retraite par point, c’est bien une baisse généralisée des pensions qu’il promet.

Ne nous y trompons pas le cas des enseignants illustre ce qui attend l’ensemble des agents publics, et au delà l’ensemble des travailleurs du régime général.

JBC pour www.initiative-communiste.fr